Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 800 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 25 janvier 2017

The Family Secret - William A. Seiter - 1924


A New York, il y a longtemps. Margaret Selfridge aime Garry qu'elle a épousé secrètement. Comme son père refuse qu'elle courtise un apparent coureur de dote, elle rencontre son amoureux dans le jardin.
Sa tante Abigail et son père voient le couple se bécoter par la fenêtre et le vieux Selfridge chasse Garry sans pitié avant d'envoyer Margaret au loin quelque temps dans l'espoir qu'elle oublie le pauvre garçon. Lorsque Margaret revient au foyer, elle ramène sa fille de quelques mois et annonce à son mari que son père n'aura pas de difficulté à apprécier la situation maintenant qu'il est grand-père. Las, loin s'en faut, Selfridge n'apprécie pas du tout la surprise et chasse à nouveau Garry qui pense avoir la bonne idée pour voir sa femme et sa fille de s'introduire de nuit dans la maison. Bien sûr un policier faisant sa ronde aperçoit la fenêtre ouverte et pense aussitôt à un cambriolage. Selfridge en profite pour faire arrêter le pauvre garçon qui est aussitôt jeté en prison pour 4 ans et demi.

Pendant ce temps sa pauvre fille Peggy est éduquée par une femme acariâtre qui lui lit des romans à l'eau de rose, tandis que sa mère alitée est sous la coupe d'une garde chiourme peu amène.
Ballotée en tous sens la petite Peggy fait des connaissances dans la rue et rencontre un monsieur accompagné d'un chien qui n'est autre que son père lorsqu'elle a mangé trop de bananes. Ignorant tenir sa fille, Garry l'emmène au poste de police qui appelle les Selfridge.

Petit à petit Margaret reprend le contrôle de sa vie et le vieux Selfridge s'adoucit ...


Petite histoire sans trop de prétention qui donne lieu à quelques revirements peu plausibles. Toutefois on a le plaisir de voir les rues de cette époque et la charmante Baby Peggy. Le reste n'est qu'un pretexte pour la mettre au centre de l'histoire.

On trouve le film chez Grapevine ou en ce moment sur la toile.

Image : MoMA

70 minutes



Baby Peggy ...
Peggy Holmes
Gladys Hulette ...
Margaret Selfridge
Frank Currier ...
Simon Selfridge
Lucy Beaumont ...
Miss Abigail Selfridge
Edward Earle ...
Garry Holmes
Martin Turner ...
Uncle Mose
Elizabeth Mackey ...
Aunt Mandy
Martha Mattox ...
Nurse Sneed
Cesare Gravina ...
Tomaso Silvano

Edward Earle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres