Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 800 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 19 avril 2017

The Tiger's Coat - Roy Clements - 1920



Un différend sépare Andrew Hyde et Alexander MacAllister qui se détestent. Après que Hyde ait quitté la maison, une jeune femme se présente à la porte de MacAllilster et lui fait parvenir une lettre écrite par l'un de ses vieux amis, Ogilvie, dans laquelle il dit à sa fille de se réfugier chez son ami MacAllister s'il venait à disparaitre.
Mac est heureux d'héberger Jean Ogilvie qui tente bien de lui dire quelque chose le soir de son arrivée. Plus tard, Mac conscient des qu’en-dira-t-on, confie sa protégée à un couple, les Mendall dont le mari est un artiste peintre. Celui-ci semble se souvenir d'avoir peint le portrait d'une jeune Mexicaine ressemblant à Jean à Tijuana. Il n'est d'ailleurs pas le seul à trouver la peau de la jeune fille plus sombre que celle d'une écossaise pure souche mais le soleil du Mexique semble donner une explication rationnelle à son teint bronzé.

Petit à petit, Mac et Jean tombent amoureux l'un de l'autre et Mac annonce leurs fiançailles. Tout aurait été pour le mieux dans le meilleur des  mondes si Hyde n'avait pas envoyé son homme de loi enquêter à Tijuana. Au Mexique celui-ci apprend que Jean Ogilvie est décédée depuis de nombreux mois.

A son retour l'enquêteur se rend directement auprès de Hyde auquel il confie la nouvelle et bien sûr celui-ci est heureux de casser le bonheur de son rival ...


Un film de conte de fées, la petite servante étrangère se verra aimée pour ce qu'elle est malgré la barrière interraciale de l'époque. Le film est mieux que le laisse croire la note de 4,9 sur IMDB.
Roy Clements n'est pas un de ces réalisateurs très connus de l'âge d'or du cinéma, pourtant il a tourné plus d'une centaine de films pendant la période du muet.

La vie de Tina Modotti est digne d'un roman : ouvrière dès 14 ans, mannequin, actrice (elle tournera 3 films dont celui-ci), mais surtout photographe et militante révolutionnaire et communiste, elle a connu Neruda et Frida Kahlo. 

Frère d'une célèbre contralto, Clara Butt, Lawson Butt verra sa carrière cinématographique prendre fin avec la venue du son.

On trouve ce film édité par Zweitausendeins, musique de Jasper van't Hof, copyright 2005.


60 minutes



Lawson Butt ...
Alexander MacAllistter (as W. Lawson Butt)
Tina Modotti ...
Jean Ogilvie / Maria de la Guarda
Myrtle Stedman ...
Mrs. Carl Mendall
Miles McCarthy ...
Andrew Hyde (as Myles McCarthy)
Frank Weed ...
Frederick Bagsby
J. Jiquel Lanoe ...
Carl Mendall (as Jiquel Lanoe)
Nola Luxford ...
Clare Bagsby


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres