Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 23 novembre 2010

Stella Dallas - Henry King - 1925




Frances Marion : adaptation



Ronald Colman ...
Stephen Dallas
Belle Bennett ...
Stella Dallas
Alice Joyce ...
Helen Morrison
Jean Hersholt ...
Ed Munn
Beatrix Pryor ...
Mrs. Grosvenor
Lois Moran ...
Laurel Dallas
Douglas Fairbanks Jr. ...
Richard Grosvenor
Vera Lewis ...
Mrs. Tibbets
 et de nombreux autres ...



110 minutes

Steven Dallas et Helen Morrison sont amis depuis l'enfance et sont sur le point de se marier. Malheureusement le père de Steven se suicide après un scandale et Steven s'enfuit dans une petite ville où il dirige une usine. Il fait la connaissance de Stella, une ouvrière qui rêve d'entrer dans le beau monde et l'épouse. Peu de temps après il est promu à New York où Stella refuse de le suivre à Steven part donc seul en laissant sa femme et sa fille que Stella refuse de voir partir. Il ne tarde pas à retrouver Helen, devenue veuve. Pendant ce temps Stella est courtisée par Ed Munn, un homme plutôt frustre ....

Tiré d'un best seller de Olive Higgins Prouty



Je me demande bien pourquoi elle refuse de suivre son mari alors qu'elle rêvait de beau monde ? ceci dit évidemment le film repose sur ce choix et sur la différence d'éducation. Stella Dallas a beau avoir du coeur, elle démontre un certain mauvais goût pour les fanfreluches et pour choisir ses amis. Mais bon, avait-elle le choix ?

 Un film émouvant à la fin, par le sacrifice de Stella pour que sa fille puisse vivre sa vie dans le monde. Mais on se demande quand même pourquoi diable personne ne lui a proposé quelques cours de maintien pour l'aider à mieux se tenir et à s'habiller ? Bref, quelques invraisemblances, mais sinon un film agréable à voir, aussi pour les décors et les classes sociales bien représentées. Tout le film repose sur Belle Bennett qui crée un personnage haut en couleur et plutôt pathétique. Ronald Colman et Beatrix Pryor sont très classes, dans le rôle des enfants Lois Moran et Douglas Fairbanks Jr sont chous tout plein, et Jean Hersholt grossier à souhait ...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres