Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 950 films ...
Déclencheur de ce blog, le premier message daté du 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 15 mai 2019

O Fado - Maurice Mariaud - 1924



A Lisbonne dans le quartier de Alfama, João est forgeron. Père de famille, il délaisse sa femme et ses deux enfants ainsi que son père toutes les nuits pour retrouver Ana, une femme à la moralité douteuse dans un bouge.

Tónio n'apprécie pas de voir Ana dans les bras de João, et pour la reconquérir chante le fado. Ana est sur le point de revenir auprès de son ancien amant mais le forgeron est fortement épris et refuse de la laisser se lever ce qui provoque une bagarre.

Pour faire cesser les combattants, le bistrotier éteint la lumière et comme quelqu'un crie que la police est en chemin, tout le monde prend la fuite. João passe la nuit dans les bras d'Ana et au petit matin s'en va acheter de quoi manger.
Pendant ce temps, l'ami de Tónio va trouver la femme du forgeron dans l'espoir qu'elle s'en mêle et éloigne son mari d'Ana. Or à la place, il tombe sur le père qui le menace afin de savoir où se trouve son fils.

Après avoir essuyé une raclée, l'ami donne l'adresse d'Ana et le père s'y rend de suite ..

O Fado de José Malhoa

Je ne suis peut-être pas sensible au Fado, visiblement par contre son emprise est totale sur Ana. J'ai  de la peine avec ce fatalisme injuste qui met la pauvre Ana dans la situation de victime consentante. En tant que femme je trouve que les hommes de ce film sont horribles et lâches, à part le père évidemment, même s'il couvre son fils pour protéger sa belle-fille.
Ana est une brave femme et quelqu'un devrait chanter ses louanges au lieu de lui chanter ce chant dépréciateur qui la replonge dans sa triste vie.
João n'est qu'un imbécile qui ne voit pas sa famille à sa juste valeur. En plus il renonce de manière tellement facile à Ana que c'en est presque écœurant. Il est où son grand amour ? 
Le Fado est certainement très beau et nostalgique, mais l'histoire est bien triste dans le fond et termine de manière très lourde sans espoir. Mais c'est peut-être cela, le Fado ...

Le film termine avec un plan du célèbre tableau peint par José Malhoa intitulé le Fado qui a inspiré cette histoire.

 Short

Eduardo Brazão ... Grand-père
Sarah Cunha ... Femme de João
Emilia D'Oliveira Ana
Raul de Carvalho ... Tónio
Castro Neves L'ami ?
José Soveral ... João Ferreiro


On trouve ce film dans l'excellent livre de Frédéric Monnier

Maurice Mariaud Itinéraire d'un cinéaste des Buttes-Chaumont au Portugal (1912 - 1929) - Frédéric Monnier





mercredi 8 mai 2019

Quand la raison s'en va - Maurice Mariaud - 1919

A Marseille, des panneaux mettent les marins en garde contre l'alcool.

François Estaban est un homme intègre.Travailleur apprécié, bon père et homme de famille, il héberge son père dans son foyer.
Ainsi lorsque l'un des ses collègues l'invite à boire un verre au comptoir il refuse et rentre chez lui où il retrouve avec plaisir et reconnaissance, sa femme, son père et son enfant qu'il embrasse de tout son coeur.

Le lendemain son frère,  marin et sur le point d'embarquer sur un navire, vient le trouver sur le chantier sur lequel il travaille. François demande à son contremaître la permission de se libérer, ce qui lui est accordé car il est un ouvrier très apprécié.

Les deux frères se rendent au comptoir pour boire un verre. Malheureusement le collègue de la veille les remarque et offre une tournée bientôt suivie par d'autres verres. Bref, François, bien imbibé, s'en retourne à la maison avec une bouteille de Rhum "Fantaisie" accompagné de son frère non moins alcoolisé. Les deux hommes arrivent à la maison avec un gros retard et se montrent peu sensés, au grand dam du père et de la femme qui sont choqués par cette situation peu ordinaire.

23 heures sonnent et le frère s'en va pour suivre son ordre de mission. François voudrait bien l'accompagner mais sa femme le retient et il va donc se coucher. A peine endormi, il commence à cauchemarder ...
Dans la forêt une jeune sylphide l'attire. Alors que François est sur le point de la rejoindre, la jeune femme se transforme en une espèce de farfadet maléfique qui rit à gorge déployée avant de se transformer à nouveau. Cette fois-ci c'est le maitre de l'alcool qui se montre impitoyable avec François. Puisqu'il a voulu connaître le mystère de la forêt, il devra y rester pour désormais suivre sa destinée.

Deux hommes trainent alors le pauvre homme enchainé avant de le faire paraître devant une audience. François est sur le point d'avoir la tête tranchée, et, comme il refuse de boire, le maitre de l'alcool lui propose de battre sa femme à la place ce que le brave homme refuse de faire. Il lui est ensuite proposé de chasser son père. A nouveau François refuse et décide alors de boire.
La bouteille ne se vide jamais et François continue à boire. Il demande au maître de l'alcool de faire apparaitre sa maison et, de retour chez lui, François frappe sa femme et chasse son père ....



Tournée pour Phocéa, l'histoire est fort simple et dénonce de manière très explicite les méfaits de l'alcool sans tomber dans un ton moralisateur et lourd. C'est l'occasion de découvrir Maurice Mariaud dans le rôle de François.
Labellisée Comédie fantastique, l'histoire est fort bien montée et percutante. Le montage est ingénieux et les trucages bien montés, ainsi voit-on la bouteille se remplir toute seule ou rebondir après avoir été jetée contre un arbre.
Nulle doute que ce court film a dû atteindre son but à l'époque et marquer les esprits ! Images très nettes pour ce film restauré et numérisé par les Archives Françaises du Film (CNC) (pas de bande sonore)

On trouve ce film sur le DVD qui accompagne l'excellent livre de Frédéric Monnier

Maurice Mariaud Itinéraire d'un cinéaste des Buttes-Chaumont au Portugal (1912 - 1929) - Frédéric Monnier


552 mètres, environ 20 minutes ?

mercredi 1 mai 2019

Le secret du Cargo - Maurice Mariaud - 1929

Le cargo Ville de Damas a quitté Alger et vogue en direction de Marseille. Le Capitaine et son second découvrent dans une barque le cadavre d'un homme porteur d'un poignard que le Capitaine met sous clé dans sa cabine. Durant la nuit le Capitaine est assassiné.
A Marseille, le Caïd El Gahri qui a porté plainte pour le vol du poignard se trouve dans le bureau du Commissaire Delcamps. Celui-ci est un fin limier qui enquête avec l'aide de son berger allemand, Sherlock. Le Caïd tient beaucoup à son poignard et voudrait le récupérer car il est le garant de l'accès à la sépulture sacrée de l'un de ses ancêtres. Toutefois Delcamps arrive à le convaincre de le lui laisser le temps de l'enquête.
Parallèlement à celle-ci, il a reçu une lettre d'une mère éplorée lui demandant de retrouver sa fille Miralda, artiste à l'Alcazar qui a disparu en même temps que ses impresarii, Bishoff, Kerig et Wormsky.

Bishoff se fait passer pour un enquêteur et monte à bord du Ville de Damas sur le point de larguer les amarres et Kérig prend la place d'un marin. Pendant ce temps sur le quai un artiste nommé Langlume fait le clown en compagnie de son chien et d'un canard. Lorsque le cargo lève l'encre il se précipite à bord où le Capitaine s'amuse de voir cet original passager clandestin et lui confie les patates à peler. Langlume qui n'est autre que Delcamps surveille les passagers car il a promis au Caïd de lui rapporter son poignard.
Las, à peine dans les eaux d'Alger, Bischoff et Kérig dérobent le poignard et se rendent en ville tandis que Delcamps, assommé, confie sa vraie identité au Capitaine.

A Alger, grâce au flair de Sherlock, Delcamps découvre le repère des voleurs. Il y pénètre une fois les deux hommes éloignés et découvre une pauvre femme qui le supplie de l'emmener. Survient alors Wormsky, un affreux bonhomme sadique qui brandit un fouet. Les deux hommes se battent férocement et Sherlock vient heureusement à la rescousse ce qui permet à son maître de s'en sortir et d'emmener la demoiselle qui n'est autre que Miralda auprès de Soeur Irénée qui la soigne comme une mère (!).

Une fois remise, Miralda révèle au commissaire que les impresarii ont dérobé de poignard du Caïd venu la féliciter dans sa loge. Refusant d'être complice du vol, Miralda avait confié l'arme à Ali, un opérateur du théâtre, pour qu'il la remette au Caïd mais le pauvre homme avait été suivi et reçu une balle alors qu'il ramait pour fuir vers le large ...


Jean-François Martial

Je m'arrête là car il y a encore beaucoup à dire, le film est truffé de détails, l'action est constante et le scénario bien rempli !

Dernier film français et avant dernier film tourné par Mariaud, ce film palpitant m'a tenue en haleine tout du long. C'est un magnifique voyage dans le temps, de Marseille on part pour Alger, on se balade dans la ville puis on descend vers les Oueds du sud, il y a des paysages caillouteux et désertiques, des tribus dans le désert et même des goumiers, bref, vous l'aurez compris c'est aussi un documentaire passionnant. 

Certaines scènes sont tout à fait fascinantes, le chargement du cargo, les cavaliers dans le désert et la course poursuite, la danse du ventre dans la fumée du camp, l'escalade finale et la mort de Kérig .... il y a de quoi s'en mettre plein les mirettes !

L'acteur principal est surprenant. Avec un fasciés taillé à la hache et très émacié, il apparait tout d'abord très sérieux puis se déride et se montre tout à fait charmant. Janine Lequesne est quant à elle parfaitement adorable, son beau visage est magnifiquement filmé. Les scènes où elle est battue par Wormsky sont terribles et les scènes de bagarres avec le chien sont percutantes.

Cerises sur le gâteau, les images filmées par Albert Sorgius sont remarquablement nettes et belles, la sonorisation parfaite et la musique originale composée par Paul Devred tout à fait agréable (bien que le son ne soit pas très bon). 

On se demande quand même pourquoi avoir assassiné le premier Capitaine si ce n'était pas pour lui dérober le poignard ? Et qui l'a assassiné et pourquoi alors ? Et pourquoi Ali file-t-il en barque, avait-il l'intention de traverser la Méditerranée ou juste d'échapper à ses poursuivants ?
... Et qu'est-il advenu du sympathique canard ? Ceci dit ces questions n'ont aucune influence sur le film en général et j'aimerais qu'on m'explique pourquoi ce film est noté 2,5 sur IMDB à ce jour ?  C'est parfaitement injustifié.

Un fois sonorisé le film a été rebaptisé L'énigme du poignard

Magnifiquement restauré par le Service des archives du film du CNC

On trouve ce film sur le DVD qui accompagne l'excellent livre de Frédéric Monnier

Maurice Mariaud Itinéraire d'un cinéaste des Buttes-Chaumont au Portugal (1912 - 1929) - Frédéric Monnier



90 minutes environ

Jean-François Martial ..... Commissaire Delcamps
Jeanine Lequesne ..... Miralda
Henri Baudin .... le Capitaine
Edouard Faguais .... Bischoff


mercredi 24 avril 2019

Vive la France! - Roy William Neill - 1918



Originaire de Virien en France, Geneviève fait une carrière dans le cinéma aux Etats-Unis.
Son fiancé à la ville comme à l'écran s'appelle Jean. La guerre bat son plein en Europe et lorsque les Etats-Unis entrent dans le conflit, les troupes commencent à défiler en ville.
Jean, Un acteur d'origine française mais désormais citoyen canadien, décide de s’enrôler dans l'armée et part pour l'Europe. Geneviève reçoit des missives de son fiancé mais lorsqu'une lettre lui apprend le décès de ses parents restés au pays assassinés par les Allemands, elle décide de rejoindre la France et se retrouve responsable d'une ambulance dans son village natal.

Malheureusement les Allemands sont sur le point de reprendre les lieux et Geneviève décide de rester prêter main forte aux blessés intransportables qui sont cachés dans un hôpital souterrain.

Les allemands débarquent et la jeune fille attire l'attention du Capitaine Schwartz, l'homme cruel qui a abattu ses parents. Schwartz décide de faire plier la pauvre fille qui se retrouve à sa merci mais résiste, à tel point que le sale type décide de la marquer au fer rouge du signe de la honte.

De son côté Jean se porte volontaire pour apporter un message de la plus haute importance aux troupes qui défendent vaillamment les positions de alliés. Malheureusement son avion est attaqué et il se retrouve à Virien grièvement blessé. Après avoir descendu le garde qui veille devant la porte de Geneviève, il retrouve sa bien aimée avant de perdre conscience  ...



Quel mélo ! L'action ne tient pas trop la route, les images de combat servent d'écrin à cette histoire à l'eau de rose qui s'attarde sur la pauvre Geneviève qui résiste au cruel Schwartz.
De son côté Jean est soit héroïque, soit blessé, voire mourant. On se demande quand même pourquoi Geneviève, infirmière, ne fait rien pour soulager le pauvre garçon ! D'ailleurs qui s'occupe des blessés durant son absence ?
De même qu'on se demande si Schwartz  n'a rien d'autre à faire que de s'en prendre à Geneviève qui résiste, encore et toujours à l'envahisseur ...
Le seul intérêt de ce film, ce sont les images de guerre qui semblent authentiques !


62 minutes

Dorothy Dalton ... Genevieve Bouchette
Edmund Lowe ... Jean Picard
Fred Starr ... Captain Heinrich May (as Frederick Starr)
Tom Guise ... Colonel Bouchier
Bert Woodruff ... Pierre Le Gai
Bert Sprotte ... German Sergeant (as B. Sprotte)


mercredi 17 avril 2019

Mon oncle - Maurice Mariaud - 1925

Mon oncle de Passy

Au petit matin à Paris, l'hospice de nuit ferme ses portes et les pauvres hères qui y ont passé la nuit sont priés de quitter les lieux. 

Jean Bonnefous, dit le père Jean, longe les quais en quête de travail tandis que la Bricole cherche un coup facile qui lui permette de s'enrichir sans trop d'efforts.

Le père Jean se rend auprès du toiletteur pour chiens qui n'a pas de travail à lui offrir. Un petit chien voué à être noyé car il n'intéresse aucun acheteur attire l'attention du brave homme qui l'emmène avec lui.
Plus loin, Jean découvre un fagot de vêtements, un trousseau de clé, un porte feuille et un mot signé par un certain Maurice de Champleux, las d'être seul et désireux d'en finir avec la vie, qui lègue à celui qui trouvera ses affaires sa villa de Passy - sans locataire à l'heure qu'il est - et toutes ses possessions. 

Accompagné du petit chien, Jean se rend à l'adresse donnée et découvre une magnifique villa entourée d'un beau jardin. Il y pénètre sans peine, et, très gêné, parcourt les pièces richement meublées avant de découvrir la cuisine où il s'installe pour casser la croute.

Peu de temps plus tard, tuyauté par un copain malhonnête et attiré par un cambriolage facile, la Bricole enlève un carreau de fenêtre et pénètre dans la même maison où il découvre Jean, ce qui le pousse à penser que le vieil homme a dégotté un boulot de veilleur de nuit. Rebondissant sur la suggestion, Jean abonde dans son sens et déclare appeler la police si la Bricole revient.

Jean prend ses aises dans la villa mais son bonheur est de courte durée car on sonne au portail. Une charmante demoiselle bondit pour l'embrasser en l'appelant "Mon oncle". Jean est bien embarrassé, Hélène la jeune fille a perdu son père aux Antilles où ils habitaient et, seul parent oblige, la jeune fille décide de s'installer chez son oncle à Paris. D'abord très perturbé par la nouvelle arrivante et sa suite, Jean finit par se laisser vivre jusqu'à ce que sa nièce déclare vouloir le pousser à se remettre à l'écriture après avoir lu quelques ouvrages dont il est l'auteur. Hélène se met donc à la recherche d'un secrétaire et trouve son bonheur en la personne d'André Bresson qu'elle souhaiterait voir plus entreprenant envers elle. 

Jean est bien embêté, d'autant plus que la Bricole, pas convaincu par sa dernière visite de la villa décide de tenter sa chance pour obtenir une part du gâteau ...

 *******************************


Sympathique conte de fée qui réserve son lot de surprises. Vu la tournure des événements, on se demande quand même bien comment l'histoire va prendre fin. 
René Navarre est très crédible dans ce rôle qui sort de l'ordinaire, on le comprend car Francine Mussey est fort mignonne !
Un bonne surprise que ce film !

Je n'ai pas trouvé d'images d'illustration.


1710 mètres restauré par le Service des archives du film du CNC

On trouve ce film ainsi que d'autres informations dans l'excellent livre de Frédéric Monnier

Maurice Mariaud Itinéraire d'un cinéaste des Buttes-Chaumont au Portugal (1912 - 1929) - Frédéric Monnier


Écrit et réalisé par Maurice Mariaud

Opérateur M.H. Stuckert
Direction artistique Louis Nalpas


Francine Mussey... Hélène, la nièce
Jean Devalde... André Bresson, le secrétaire
Paul Menant... Pierre Sorbier dit la Bricole
René Navarre... Jean Bonnefous - le père Jean)



mercredi 10 avril 2019

The Perils of Pauline - Louis J. Gasnier, Donald MacKenzie - 1914 - serial




Titre français les exploits d'Hélène (ou Elaine, c'est selon)



A la mort de son oncle Pauline devient une riche héritière. Seul hic, le majordome de l'oncle est nommé gardien de la fortune jusqu'à ce que la jeune fille se marie. Malgré son séduisant fiancé Harry, Pauline veut profiter de la vie. Ainsi le majordome Owen (renommé Koerner en l'honneur des allemands qui débutent la 1ère guerre mondiale) voue-t-il son temps à essayer de se débarrasser de la jeune femme et invente d'ingénieux moyens visant à provoquer des accidents mortels.
Le premier jour, il fait miroiter un vol en ballon à Pauline, et bien sûr la corde va se rompre et la pauvre fille sera bien impuissante à redescendre sur terre, ensuite elle sera kidnappée et enfermée dans une maison auquel Koerner met le feu ... et ainsi de suite.

La série se compose de 30 épisodes, le 1er d'une durée de 30 minutes (trois bobines) et les suivants de 20 minutes (deux bobines).
La plupart ont été perdus, les épisodes remaniés ou raccourcis, à ce jour seuls subsistent 9 épisodes (214 minutes)

 Tourné essentiellement à Fort Lee, New Jersey,




En fait, Pauline doit surtout sa vie au brave Harry qui arrive à sa rescousse à chaque fois !

Effectuant presque toujours ses propres cascades, Pearl White était l'une des deux grandes serials queen, l'autre étant Helen Holmes.

Ce serial a inspiré de nombreux films,  plus ou moins basés sur l'histoire.

1933 tourné par Ray Taylor avec Evalyn Knapp
1947 tourné par George Marshall avec Betty Hutton
en 1967, etc





Pearl White ... Pauline Marvin

Crane Wilbur ... Harry Marvin

Paul Panzer ... Raymond Owen - aka Koerner (re-release)

Edward José ... Sanford Marvin - Pauline's Father

Francis Carlyle ... Hicks - Owen's Henchman

Clifford Bruce ... Gypsy Leader

Donald MacKenzie ... Blinky Bill - the Pirate

Jack Standing ... Ensign Summers

Eleanor Woodruff ... Lucille Sampson / Mlle. de Leongeon [Ch. 18]




mercredi 3 avril 2019

Dangerous Days - Reginald Barker - 1920

Pauline Starke
Les usines Spencer tournent à plein pot, la production d'obus a le vent en poupe, la guerre fait rage en Europe.
Cela ne dérange pas Madame Spencer qui donne un bal masqué sous prétexte de récolter des fonds pour les victimes du conflit.

Son mari, Clayton est sincèrement désolé par la tournure des événements et offre une belle somme d'argent au curé pour ses orphelins belges tandis que leur fils, Graham, coule une vie sans souci et flirte allégrement sous le regard de Delight Haverford qui est bien désolée de voir celui qu'elle considère comme son fiancé regarder d'autres filles.


A l'usine, Graham a une secrétaire nommée Anna. Celle-ci est la fille de leur contremaitre, Herman Klein, un nouveau citoyen américain d'origine allemande.

Lawson Butt, Pauline Stark, Rowland V. Lee
Quand les Etats-Unis commencent à envisager d'entrer dans le conflit, Herman est déboussolé car son cousin Rudolph l'adjure de commettre un acte patriotique en faveur de ceux restés sur le vieux continent. D'abord peu convaincu Herman finit par se trouver confronté à lui-même et donne sa démission à l'usine.
Seule Anna continue à travailler pour Graham qu'elle aime secrètement. Lorsque le jeune homme lui offre une montre en témoignage d'amitié et de sa reconnaissance pour son travail, Anna est très émue.
Mais Rudolph qui voit tout dénonce la jeune femme à son cousin pour le pousser à rejoindre les troupes de saboteurs allemands et faire sauter l'usine. Pour bien s'assurer une réaction immédiate, il annonce à Herman qu'Anna s'est compromise avec Graham. Le père donne les tours comme de bien entendu et lorsque les Etats-Unis entrent en guerre, il demande à se faire réengager au sein de l'entreprise. Clayton accepte.
De son côté Graham veut s'engager dans les troupes et sa mère est terrorisée à cette idée tandis que son père voit là un beau geste patriotique ...



Sabotage sur fond de passion et de patriotisme. Malheureusement le film est trop incomplet pour se faire une idée objective. De ce qu'on peut voir, l'histoire n'est pas très plausible et même un peu barbante. Dommage car Reginald Barker nous a habitué à beaucoup mieux !

Ann Forrest
Anna Klein est folle du jeune Graham qui ne s'intéresse pas vraiment à elle jusqu'au moment où elle le cherche ouvertement. Le père Clayton n'aime plus sa femme (lui seul semble avoir une attitude décente dans le film) mais est sous le charme de Antonia Valentine. Celle-ci perd son mari à la guerre (c'est bien pratique pour le scénario), Madame Spencer quant à elle s'accroche à son fils qui tente de devenir adulte enfin..
Le père Klein pourtant contremaître est influençable et à la limite simplet (on se demande comment il pouvait être apprécié et contremaitre dans les usines Spencer), l'oncle Rudolph Klein est horrible (on voit bien qu'il n'est pas sain dans sa tête et dans ses actes), bref, difficile de se laisser prendre par l'action.



77 minutes (forme visible actuellement)

Titre belge : Heures d'épouvante

Lawson Butt ... Clayton Spencer
Clarissa Selwynne ... Natalie Spencer
Rowland V. Lee ... Graham Spencer (as Rowland Lee)
Ann Forrest ... Anna Klein
Stanton Heck ... Herman Klein
Milton Ross ... Dunbar (as H. Milton Ross)
Pauline Starke ... Delight Haverford
Bertram Grassby ... Rodney Page
Frank Leigh ... Rudolph Klein
Edward McWade ... Dr. Haverford (as Eddie McWade)
Barbara Castleton ... Audrey Valentine (ou Antonia Valentine)
Florence Deshon ... Marion Haydon
Barbara Castleton

mercredi 27 mars 2019

Le faux magistrat - Louis Feuillade - 1914



D'après le roman de Pierre Souvestre et de Marcel Allain.
5e et dernière partie des aventures de Fantômas.tournées par Louis Feuillade et découpées ainsi :

Fantômas - À l'ombre de la guillotine 1913 (autre titre : Fantômas)
Juve contre Fantômas 1913
Le mort qui tue 1913
Fantômas contre Fantômas 1914
Le faux magistrat 1914

Version restaurée par Gaumont en 2013 avec partition musicale de Yann TIERSEN

Le Marquis et la marquise de Tergall ont des soucis financiers. Du coup, avec l'autorisation de sa femme, le Marquis se rend au Mans pour vendre ses bijoux. L'accord est conclu, contre 250'000 francs en mains propres, les bijoux seront remis à l'acheteur. Tout cela n'échappe pas à Rosa, la femme de chambre qui alerte Paulet, son amant.

Au Mans, au moment de passer à la transaction l'acheteur fournit un chèque. En guise de bonne foi il enferme les bijoux dans une commode tandis que le Marquis se rend à la banque encaisser le chèque. 

A son retour les bijoux ont disparu de la commode, un trou ayant été creusé dans le mur depuis la chambre voisine. Suspecté, un gentil curé sort un billet l'ayant amené à donner l'absolution à un pauvre bougre en dehors de la ville.
Plus tard, le Marquis se fait agresser en rentrant chez lui et se fait dérober l'argent.

De son côté Juve apprend que Fantômas a été condamné en Belgique pour crime à la perpétuité et se trouve enfermé à la prison de Louvain. La Belgique ayant aboli la peine de mort, désireux de faire condamner à mort Fantômas n France, par un habile stratagème Juve prend sa place dans la cellule tandis que ses hommes suivent le fugitif qui traverse la frontière, comme l'avait prévu l'inspecteur.
Bien sûr Fantômas n'a aucune peine à repérer les deux hommes et les sème rapidement.
Dans le wagon des bagages où il se cache, un voyageur sur le point de rater le départ bondit. Fantômas l'assassine et dérobe ses papiers, il s'agit du juge Pradier, envoyé à Saint Calais pour remplacer un juge parti à la retraite. Le bandit prend l'apparence du juge mais son tour de tête lui fait mettre une bande de papier dans le chapeau. En ville, il retrouve facilement ses anciens complices qui lui avouent où se trouvent les bijoux et les 250'000 francs ...



Petite baisse de régime dans cette dernière partie qui est un peu tirée par les cheveux. On se demande pourquoi diable Juve reste emprisonné à Louvain presque jusqu'à la fin du film. Fandor n'apparait d'ailleurs lui-même que dans les dernières minutes aussi.
Le film, comme le titre de cette partie l'indique, est davantage axé sur les méfaits du juge qui cache bien son jeu. La scène de récupération de l'argent dans la cloche vaut son pesant de cacahuètes !

70 minutes

René Navarre ... Fantômas / Le juge d'instruction Pradier
Edmund Breon ... Inspector Juve (as Edmond Bréon)
Georges Melchior ... Jérôme Fandor, journaliste
Mesnery ... Le marquis de Tergall
Laurent Morléas ... L'apache Paulet
Jean-François Martial ... Ribonard (as Martial)
Germaine Pelisse ... La marquise de Tergall
Suzanne Le Bret ... Rosa, la femme de chambre




Titres français (incomplet)

Admirable Crichton (L') Aigle des Mers (L') Ailes Brisées (Les) amant éternel (L') Amour de Jeanne Ney (L') Après la pluie le beau temps Arche de Noé (L') Asphalte Au bout du monde Au Service de la loi Aurore (L') Barbara fille du désert Bardelys le magnifique Bateau ivre (Le) Belle ténébreuse (La) Bessie à Broadway Bête enchaînée (La) Bon petit diable (Le) Bru (La) C'est la Vie Caravane vers l'ouest Casaque verte (La) Ce n'est qu'un au revoir Cendres de vengeance Chanson païenne Chapeau de New York (Le) Charrette fantôme (La) Chasseurs de baleines (Les) Chasseurs de salut (Les) Club des trois (Le) Coeur de l'humanité (Le) Coeur Fidèle Coeur nous trompe (Le) Coeurs du monde Comte de Monte Cristo (Le) Cottage enchanté (Le) Crainquebille Crépuscule de Gloire Cuirassé Potemkine (Le) Dame de pique (La) Damnés de l'océan (Les) Dans la tourmente Dans la ville endormie Danse Rouge Dernier avertissement (Le) Dernier des Don Farrel (Le) Dernier des Mohicans (Le) Déshérités de la vie (Les) Désordre et Génie Deux orphelines (Les) Divine (La) Dix Commandements (Les) Droit au bonheur (Le) Droit d'aimer (Le) Droit d'asile (Le) Empreinte du passé (L') Enchantement Enigme (L') Ensorceleuse (L') Escaliers de service Et puis ça va Eternel problème (L') Etudiant de Prague (Le) Eventail de Lady Windermere (L') Expiation Femme au corbeau (La) Fiancées en folie (Les) Figurant (Le) Fils d'Amiral Fils du Sheik (Le) Fleur d'amour (La) Forfaiture Foule (La) Frères Brigands (Les) Grande Parade (La) Heure suprême (L') Homme aux yeux clairs (L') Homme du large (L') Homme que j'ai tué (L') Homme qui rit (L') Huit jours de bonheur Île du Salut (l') Illusion perdue (L') Indésirable (L') Infidèle (L') Insoumise (L') Instinct qui veille (L') Interférences Intrépide amoureux (L') Jardin du plaisir (Le) Jardinier (Le) Jim le Harponneur Journal d'une fille perdue (Le) Larmes de clown Lettre écarlate (La) Lien brisé (Le) Loi des montagnes (La) Loulou Lys brisé (Le) Maître à bord (Le) Mécano de la Général (Le) Monte là-d'ssus Moran du Lady Letty Mystérieux X (Le) Nuits de Chicago (Les) Oiseau noir (L') Opérateur (L') Patrie (Sa) Père Serge (Le) Phalène Blanche (La) Piste de 98 (La) Portes de l'enfer (Les) Quatre Fils (Les) Rail (Le) Rançon d'un trône (La) Rapaces (Les) Rédemption de Rio Jim (La) Repentir (Le) Réquisitoire Révélation Révoltés (Les) Riche famille (Une) Rictus de Satan (Le) Ris donc paillasse Rose blanche (La) Roue de la Fortune (La) Routes en croix Rue des rêves (La) Rue sans joie (La) Sa majesté la femme Satan Secrétaire particulière (La) Secrets Serment de Rio Jim (Le) Sexes enchaînés Signal de feu (Le) Sirène du Pacifique (La) Soif de vivre (La) Solitude Sorcellerie à travers les âges (La) Sportif par Amour Tais-toi mon coeur Talisman de Grand-mère (le) Tempête Tentatrice (La) Tigresse royale (la) Tombeau des amants (Le) Tricheuse Trois âges (Les) Trois lumières (Les) Veilleur de rail (Le) Vierge mariée (La) Visages d'enfants

Articles les plus consultés

Membres