Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 18 juillet 2018

Tearin' Loose - Richard Thorpe - 1925




Ce résumé concerne le film qui est visible sur le DVD sorti chez Oldies avec The Wildcat réalisé par Harry L. Fraser avec Gordon Clifford.

Ann, la fille d'une veuve devenue aveugle, attend son fiancé à la barrière du ranch Flighing A. Jim Dorn du Bar X ranch est ravi de retrouver sa chérie mais est désolé de lui apprendre qu'il n'a pas retrouvé son frère qui a disparu depuis le hold up de la banque locale. Le shérif soupçonne Bud car il a été vu quitter la ville avec les voleurs.

En réalité Bud a bien vu les voleurs et les a suivi jusqu'à Thundering Gulch où se trouve leur repère. Jed Holly le retient maintenant prisonnier car il ne tient pas à ce que le shérif les arrête, lui et ses hommes.

Le diabolique Jed veut faire chanter la veuve en lui faisant payer une rançon. Pour appuyer la thèse de la culpabilité de Bud, il fait envoyer l'un de ses hommes chercher Ann pour lui apprendre où se trouve son frère. En voyant Ann, Jed a d'autres idées en tête et décide de se débarrasser de Bud qu'il confie à ses hommes pour le faire abattre. 

Sur le point d'être descendu comme un lapin ficelé par les bandits qui ont tiré à la courte paille qui aurait le plaisir de le tuer, Bud est secouru par Jim qui réussit à tenir les trois bandits en joue. Puis il confie son colt à Bud pour aller sauver Ann, évanouie après avoir cru à la mort de son frère ...



La distribution est erronée dans les bases de données, du moins par rapport à celle indiquée dans le film que l'on peut se procurer chez Oldies qui est un condensé du film d'origine.

En effet dans ce film :

Jean Arthur s'appelle Ann Deering
Son frère s'appelle Bud Deering

Le malfrat interprété par Slim Whitaker s'appelle Jed Holly et Wally s'appelle sauf erreur Jim Dorn.

Du coup même les résumés ne correspondent pas. On se demande finalement comment était le scénario du film original qui devait durer un peu plus de 60 minutes ?

C'est l'un des premiers films de Wally Wales alias Hal Taliaferro, Jean Arthur a déjà une carrière bien remplie derrière elle.

13 minutes environ dans la forme actuelle.


mercredi 11 juillet 2018

Human Desire (The) - Wilfrid North - 1919

 
 
A New York, un artiste peintre, Robert Lane, essaie de comprendre sa femme Helen, qui lui annonce vouloir se rendre en Italie avec son amie, Marguerite Hunt pour prendre de la distance avec leur couple.

Helen et Marguerite se rendent dans un couvent pour voir une célèbre statue et Helen fait la connaissance d'une jeune orpheline recueillie par les nonnes, Berenice. Lorsque Berenice demande si Helen a déjà vu des bébés, Helen répond qu'il y en a beaucoup qui souffrent de froid et de faim aux Etats-Unis. Dés lors Berenice ne souhaite plus qu'une chose, se rendre aux Etats-Unis pour sauver les "bambinos".

Le soir une grosse tempête souffle sur le couvent et Berenice se rend sur la plage où elle trouve dans une malle échouée des vêtements de garçon qui lui seront bien utiles pour voyager. 
Un américain de passage veut bien l'aider à traverser et se montre gêné lorsqu'il découvre la vraie nature de la jeune fille. Toutefois il écrit à un couvent de New York qui sera chargé de prendre en charge Berenice.

A  son arrivée au port, Berenice est accueillie par une soeur mais se perd dans la foule. Epuisée elle se retrouve au pied d'un immeuble en ville où elle se repose un instant. Justement Robert Lane en sort et invite la jeune femme à monter manger et se reposer dans son studio de peintre. Sa gouvernante prend soin de la jeune italienne qui se prend d'affection pour le bébé qu'un modèle tient dans ses bras afin d'être représenté sur la fresque que peint Robert.
Celui.-ci se prend d'affection pour Berenice, et comme sa femme ne lui accorde pas le divorce, décide d'adopter un bébé avant de le confier à la jeune fille ...


Je me réjouissait de voir ce film qui tourne à la déception. N'ayons pas peur des mots, le scénario de ce film est particulièrement immature. Pour faire croire à l'innocence de Berenice, non seulement  le réalisateur la montre sous un jour de grande bêtise mais en plus il fait passer une jeune femme pour une petite fille. Or ici l''innocence est synonyme de niaiserie et le spectateur ne comprend pas pourquoi tout le monde traite l’héroïne en petite fille, ni ne peut croire les hasards improbables montrés dans le film ! Née en 1985, Anita a quand même 24 ans en 1919 ! Sans parler du fait que les nonnes ont quand même du apprendre une chose ou l'autre à Berenice durant son séjour au couvent, ou bien ? !

De plus la jeune femme se montre particulièrement ingrate puisqu'elle disparait sans prévenir les soeurs qui s'inquiètent de sa disparition. Elle n'était pourtant pas prisonnière du couvent ! Et que dire du fait que Berenice se retrouve au pied de la maison de Robert, comme ça par hasard ? Perdue il lui suffisait de demander à retrouver une communauté de soeurs au lieu de s'en aller sans se soucier de la pauvre nonne qui la recherche dans la foule. 
D'ailleurs on s'étonne du peu de formalités d'immigration montrées dans ce film, il n'y en a pas ...

Il subsiste tellement de questions qui resteront sans réponse, d'où sortent les bébés qui apparaissent ? Pourquoi Helen ne supporte-t-elle plus Robert, sort-elle avec un autre homme ? Roberto a-t-il eu du succès avec sa fresque ? La relation entre Berenice et Roberto est-elle purement platonique ? Allez savoir ...

Quel gâchis que ce film qui aurait pu voler bien plus haut. Le fait de faire dire à Berenice, "où sont les bambinos" presque tout au long des 56 minutes que dure ce film, la rend particulièrement ridicule. Ses actions la montre à la limite de la stupidité.
Les bébés tombent du ciel, c'est fou, Roberto aurait mieux fait de lui acheter des poupées car visiblement à part les serrer dans ses bras, Berenice ne sait pas s'en occuper. La fin est complétement bâclée et on peine à croire à cet amour platonique qui devrait voler tellement plus haut que tous les autres. Bref, Anita Stewart est bien mignonne, et c'est tout.
Heureusement Conway Tearle est toujours solide, malgré le scénario particulièrement débile.

Sur le générique du début le titre du film est "The Human Desire"

56 minutes

Anita Stewart ... Berenice
Conway Tearle ... Robert Lane
Vernon Steele ... Jasper Norton
Eulalie Jensen ... Helen Lane
Naomi Childers ... Marguerite Hunt
Templar Saxe ... Paul Stapleton
Hattie Delaro ... Miss March


mercredi 4 juillet 2018

The Secret Game - William C. de Mille - 1917




Pendant la grande guerre. 
Secondé par sa fidèle secrétaire, Miss Loring, le Major John Northfield dirige un bureau de renseignements. Bientôt doit leur parvenir la nouvelle de mouvements de troupes et cette information est bien sûr très confidentielle.
L'ambassadeur du Japon fait venir Nara Nara auquel il confie la mission de veiller à ce qu'aucune fuite ne puisse sortir du bureau du Major car le Japon est impliqué dans les transports et allié des Etats-Unis.
Une demoiselle, Kitty Little, reçoit une lettre de son frère sur le front en Allemagne. La lettre est codée et doit être transmise au Dr Ebell Smith, un espion allemand nommé Schmid bien établi dans le pays. Celui-ci est secondé par M. Harris, un homme qui se fait passer pour la gouvernante du Docteur.

Nara Nara emménage dans le bureau à côté de celui du Major. Sous la couverture d'une entreprise d'import du Japon, il met le bureau des renseignements voisin sous écoute.
De son côté Kitty a apporté la lettre au docteur qui se charge de la décoder puis de faire placer Kitty dans le bureau de Northfield en comptant sur l'amitié de Miss Loring afin que Kitty puisse approcher le Major. Celui-ci n'est pas insensible au charme de la demoiselle qui arrive sans problème à de faire donner une promotion par la trop gentille Miss Loring.

Le Dr Smith vient trouver le Major pour l'emmener au golf ce qui laissera le champ libre à Kitty.

Nara Nara suit les deux hommes au golf et dérobe le code secret caché dans le stylo se trouvant dans la veste de Smith. De retour au bureau, Nara Nara qui surveille les faits et gestes de la jeune fille en tombe amoureux. Celle-ci se montre de plus en plus troublée par les deux hommes.

Les choses se compliquent lorsque l'information tant attendue est délivrée.



Excellent film d'espionnage qui vous maintient sous son charme tout du long, en partie aussi grâce à Sessue Hayakawa et son visage fascinant. L'histoire parait un peu confuse au départ mais une fois les trois clans bien cernés, les choses se déroulent de façon très maitrisées.

Tous les personnages sont extrêmement bien campés, certains présentant des faiblesses humaines très compréhensives. Le petit plus du film provient du passé de Nara qui raconte comment il a quitté son père et surtout du code d'honneur japonais. La fin de Nara m'a beaucoup touchée, les images en surimpression donnent une impression de surnaturel magique.

Il est amusant de voir Raymond Hatton grimé en femme, il faut dire que le déguisement est parfait.

Par contre même si on comprend bien que la fin est liée à l'époque qui ne tolérait pas l'amour entre un japonais et une allemande naturalisée, il est bien clair que Kitty aurait dû être fusillée pour trahison à la fin. D'ailleurs le Major aurait certainement été fusillé aussi si son acte de pardon avait été porté à la connaissance de ses supérieurs ! 

Partiellement teinté, images plutôt nettes. A voir !

env 60 minutes

Sessue Hayakawa ... Nara-Nara
Jack Holt ... Maj. John Northfield
Florence Vidor ... Kitty Little
Mayme Kelso ... Miss Loring
Raymond Hatton ... Mr. Harris
Charles Ogle ... Dr. Ebell Smith




mercredi 27 juin 2018

Helen of Four Gates - Cecil M. Hepworth - 1920



Sur une colline dans la lande du Yorkshire Abel Mason courtise Helen et propose le mariage en lui mettant une bague au doigt.
Plus loin sur le chemin du retour, Helen rencontre Hinson, un homme qui lui raconte la malédiction qui pèse sur les Masons qui ont un criminel dans leur parenté et de nombreux cas de folie dans leur famille.
Helen rend alors sa bague de fiançailles à Abel qui devient fou de rage. 

Beaucoup plus tard, à la mort de son mari Hinson et elle-même sur le point de non retour, Helen confie son bébé, une petite fille, à Abel qui voit alors l'enfant comme l'objet de sa vengeance.
Il emporte la petite à Four Gates où elle grandit comme un chat sauvage, sans aucun geste d'affection de la part d'Abel qui s'enferme dans sa méchanceté et qu'elle croit être son père.

Bien plus tard Abel engage un homme de main, Martin pour l'aider à la ferme. Helen et Martin éprouve un doux penchant l'un pour l'autre ce qui a le don de rendre encore plus furieux Abel qui finit par déclarer que Martin ne peut pas épouser Helen qui a de gros antécédents dans sa famille.
Le pauvre Martin ne sait pas très bien comment faire face à ces informations et prend de la distance. Helen de son côté fait tout ce qui est en son pouvoir pour attirer Martin. Un jour, alors qu'elle a tracé un cercle sur le sol et qu'elle semble se livrer à des actes de sorcellerie, une ancienne connaissance d'Abel, Fielding, apparait et aperçoit la jeune femme au centre du cercle fumant.
A la ferme, Abel est ravi de l'arrivée de cet homme cruel car il va pouvoir éloigner définitivement Helen de Martin. Les deux affreux hommes signent un pacte de leur sang, Helen deviendra la femme de Fielding contre une grosse somme d'argent.
Martin tente bien de reprendre Helen après avoir retrouvé sa raison mais trop tard, il n'a plus qu'à quitter la ferme.
Le temps passe, la pauvre Helen est traitée comme un chien, mais se montre gentille avec le diabolique Abel qui est maintenant à demi paralysé. Pensant blesser encore plus la pauvre fille, Abel lui avoue ne pas être son père et que Martin aurait pu l'épouser.
Maintenant mariée à l'affreux Fielding, Helen veut alors s’ôter la vie et saute dans une rivière où le nouveau garçon de ferme la trouve avant de l'emmener à la ferme des Tripp, non loin de là.
Helen reprend lentement des forces alors que Tripp apparait avec Martin, de retour pour voir sa bien aimée. 
Plus tard, Helen s'en retourne à la ferme d'Abel où elle est toujours aussi mal traitée. Martin de son côté va très mal et appelle la jeune fille dans son délire.
Helen revient à son chevet mais Fielding l'a suivie et la ramène de force avant de la fouetter violemment. Le garçon de ferme est lui même traité comme un chien. Ainsi lorsqu'Helen quitte la ferme, suivie par Fielding, les suit-il discrètement ....



Images parfaitement nettes, des paysages naturels somptueux, un film à voir assurément pour son ambiance très particulière et l'action terriblement prenante. La rudesse des habitants est en symbiose avec leur environnement et on a vraiment l'impression d'être propulsés 100 ans en arrière.

La cruauté et les actes diaboliques d'Abel font comprendre qu'il est réellement fou, Fielding quant à lui est juste mauvais jusqu'à la moelle de ses os.

D'après le roman du même nom de Ethel Carnie Holdsworth

Pour davantage d'extraits, cliquez ici

87 minutes

Alma Taylor ... Helen
James Carew ... Abel Mason
Gerald Ames ... Hinson
George Dewhurst ... Martin Scott
Gwynne Herbert ... Mrs. Tripp
John MacAndrews ... Fielding Day
James Annand ... Farm Hand



mercredi 20 juin 2018

Big Stakes - Clifford S. Elfelt - 1922

 

Dans un patelin de l'Ouest non loin de la frontière mexicaine, au saloon, une grosse brute nommée Brand jette dehors un cowboy qui a eu le toupet de sourire à Mary, la jolie serveuse du saloon que lui, Brand, considère comme sienne.
Jim Gregory et son copain Skinny Fargo arrivent en ville et décident de donner une leçon à Brand. Jim s'applique à bien sourire à Mary et bien sûr Brand fonce comme un taureau furieux. Mal lui en prend car Jim est un adversaire coriace qui réussit finalement à neutraliser la brute en l'attachant à la barre d'attache des chevaux grâce aux menottes obligeamment prêtées par le shérif. Malgré tout Brand arrache la barre et se précipite au saloon pour assommer Jim qui une fois de plus contrecarre les intentions du vilain en suspendant la barre et le goujat très haut devant le magasin local.

Toute la population est écroulée de rire et Jim et Skinny s'en retournent au ranch du Crazy Snake où ils travaillent. Plus tard Mary vient prévenir celui qu'elle chérit dans son coeur que Brand veut se venger. Pas très téméraire, Brand finit par s'en retourner lorsqu'il perd la face devant Jim.

Un jour Jim et Skinny poursuivent un bœuf qui échappe à leur vigilance et file en direction de la frontière. Lorsqu'il la traverse Jim poursuit seul l'animal qui fait paniquer le cheval d'une jolie señorita qui s'amusait à faire la course avec l'homme à qui son père a donné sa main, El Capitan, et auquel elle a promis un baiser s'il gagnait la course.
Jim vient à la rescousse de la jeune femme, Mercedes, qui lui fait aussitôt les yeux doux.
Jim passe plusieurs soirées auprès de la demoiselle jusqu'à ce que, excédé, El Capitan qui les fait surveiller par un yaki nommé Pascal, fasse venir ses troupes pour se débarrasser de l'intrus.

Il a apporté un monstre de Gila qui devrait se charger de faire mourir Jim. Mais celui-ci a une brillante idée et propose au Capitaine de jouer leurs vies. Pour ce faire Jim emprunte les pois sauteurs du Yaki et trace un cercle autour. Le premier pois à sauter hors du cercle sera le vainqueur. Chacun choisit son pois et il ne reste plus qu'à attendre bien longtemps avant que le pois de Jim ne remporte la manche finalement.
Le Capitaine est un homme d'honneur, il est sur le point de mettre sa main dans la cage du sauriens lorsque Jim abat la bête. Les deux hommes se serrent la main et Jim déclare que c'est à Mercedes de décider pour lequel de ces messieurs son cœur bat.
Mercedes est indécise et une lettre écrite par Mary demande à Jim de venir à sa rescousse car Brand, à la tête des Night Riders, une société secrète, l'a enlevée ...


Un film qui tourne à l'absurde après un départ excellent et drôle, c'est bien dommage ! Du moment que Jim passe la frontière le scénario devient loufoque et le film effectue un virage à 180°. Toutefois il réserve quelques surprises que je ne dévoilerai pas ici mais qui rendent le film très agréable à regarder.

Les Night Riders dirigés par Brand sont des membres du KKK cachés sous leurs costumes blancs portant la croix.

On ne boude pas son plaisir avec ce film dont le héros est le sympathique James Byron Warner, décédé à l'âge de 29 ans en 1924 de la tuberculose. On n'a donc malheureusement pas souvent l'occasion de voir un film dans lequel il tourne mais on peut encore le découvrir dans Behind Two Guns déjà répertorié dans ce blog.

La charmante Elinor Fair a été la femme de William Boyd durant quelques années seulement. 

La jolie Wilamae Carson ne tournera que dans 6 films avant de partir vers d'autres horizons et Les Bates décédera en 1930 suivi dans la tombe 4 ans plus tard par R. Henry Grey, un acteur très prolifique dont on ne sait malheureusement pas grand'chose.

61 minutes

J.B. Warner ... Jim Gregory (as James B. Warner)
Elinor Fair ... Señorita Mercedes Aloyez (as Eleanor Fair)
Les Bates ... Bully Brand
Willie Mae Carson ... Mary Moore (as Wilamae Carson)
Hilliard Karr ... Sidekick Skinny Fargo (as H.S. Karr)
R. Henry Grey ... El Capitán Montoya (as Robert H. Grey)
Ethelbert Knott ... Pascal (as A. Knott)



mercredi 13 juin 2018

A Desperate Chance - J.P. McGowan - 1925



Dans une petite ville sous la coupe d'un affreux jojo qui détient et tire toute les ficelles, Bulldog Prentice, Fred Forman et sa fille Beth arrivent en ville en voiture pour prolonger leur prêt à la banque. Aidé par le shérif qui lui fournit une autorisation de construire un péage au col Forman, Bulldog n'a aucune envie de le faire et annonce simplement avoir changé d'avis de manière à ce que Forman perde sa propriété.

Pendant ce temps la diligence arrive et en sort Dick Sutherland, un ancien enfant du pays qui s'en revient après dix ans d'absence qui lui ont permis de faire fortune pour venger son père que Bulldog avait spolié en son temps.

Dick va à la rescousse de Beth que deux hommes de Bulldog, Peters et Grimes, molestent. Une barrage s'ensuit et le costaud Dick n'a aucune peine à oblitérer les deux voyous. Du coup il est arrêté et jeté sous les verrous.

Beth est désolée et rentre au ranch avec son père. Peu de temps plus tard, le vieux Forman découvre le péage construit au col qui permet d’accéder au ranch. Les hommes ricanent et le pauvre Forman est bien embêté. Plus loin il écorche son visage à une branche qui le désarçonne. Pendant ce temps Bulldog est tué d'une balle dans le dos. Aussitôt, Forman est accusé du crime et emmené en prison où on l'enferme dans la cellule voisine de celle de Dick. 
Les deux hommes sympathisent et signent un accord de partenariat. Beth qui a forcé le barrage du péage va chercher la valise de Dick pour payer sa caution.

Dick et Beth se rendent ensuite dans l'office de Bulldog pour payer les traites de Forman. Les deux hommes de main, Peters et Grimes n'ont pas d'autre choix que d'accepter le paiement.

En route pour le ranch, Beth est attaquée par les hommes de Grimes et Peters qui gardent l'entrée du col menant à son ranch. Dick vient à nouveau à sa rescousse.

Entre temps le shérif revient en ville et déclare que l'achat des traites n'est pas légale. Tout ce petit monde se précipite au ranch Forman ...



En ce temps là Bob Reeves était en tête d'affiche. Difficile de le croire tant il n'a pas un physique de jeune premier. Costaud et grand (1m88), son visage rappelle celui de Jack Hoxie en plus rond, il donne l'impression d'être un peu balourd. 
Il a souvent travaillé de paire avec Hoot Gibson avec lequel il a tourné entre autres The Thrill Chaser (1923) et Taming of the West (1925). Malheureusement à la venue du son, Bob dégringola dans les bas fonds de la popularité, on peut le voir encore apparaitre dans de bons films pendant quelques années avant qu'il finisse, à l'âge de 68 ans, par tristement mourir d'une crise cardiaque au bureau du chômage.

Ce film fait partie d'une série de 8 films produit par Larry Wheeler pour Anchor Distribution et dirigés par J.P. McGowan. En général les films tournés par McGowan sont des petits budgets assez corrects et c'est le cas de ce film aussi.

Ione Reed quant à elle a tourné dans des westerns réalisés entre 1925 et 1929 avec Pete Morrison, Art Acord ou Al Hoxie.

On peut trouver ce film à l'action constante chez Oldies en compagnie de Big Stakes réalisé en 1922 par Clifford S. Elfelt avec J.B. Warner.

Dans le rôle du shérif, Frank Ellis un habitué des seconds rôles tournés principalement pour Columbia, Universal, Monogram, PRC et Republic tournera dans plus de 580 films durant sa carrière, souvent même pas crédité.

50 minutes environ

Bob Reeves ... Dick Sutherland
Ione Reed ... Beth Forman
Leon De La Mothe ... Frank Benson
Slim Whitaker ... George Peters (as Charles Whittaker)
L.J. O'Connor ... Bulldog Prentice (as Lew O'Connor)
Lafe McKee ... Fred Forman
Frank Ellis ... Sheriff
Barney Furey ... Tommy Grimes
Gypsy Clarke ... Elsie Prentice

  
Bob Reeves

mercredi 6 juin 2018

Le Capitaine Fracasse - Alberto Cavalcanti -1929



En France, dans le Sud Ouest, durant le règne de Louis XIII. 
Ruiné, le jeune Baron de Sigognac se morfond dans son château lorsqu'une troupe théâtrale lui demande asile. Devant l'hésitation du Baron qui n'a pas les moyens de nourrir tout ce petit monde, Blazius, le directeur, précise que sa troupe a assez de victuailles qu'ils ont reçues en guise de paiement lors de leur dernière représentation.

Pierre Blanchar
La soirée retentit de rires comme au bon vieux temps. De Sigognac admire l'ingénue du groupe, Isabelle. Lorsque vient le départ, de Sigognac reste seul mais finit par accepter l'offre de suivre la troupe à Paris et rejoint ses amis alors qu'ils donnent une représentation dans une petite ville.
Chiquita, une jeune gitane, est très impressionnée par les atours que porte Isabelle qui lui offre un collier.

Un peu plus tard, leur char est attaqué par un malfrat, Agostino, prévenu par Chiquita qui décrit des malles emplies de richesses. Agostino est vite renvoyé par de Sigognac qui sort son épée.
Lorsque Matamore est retrouvé mort d'une crise cardiaque après l'attaque, de Sigognac décide de faire partie de la troupe à son tour et prend le nom de Capitaine Fracasse.

Charles Boyer
Les amis arrivent bientôt près de Paris. Dans une auberge le duc de Vallombreuse tombe sous le charme de Isabelle. Dès lors il va tout faire pour essayer de séduire la jeune fille.

Fracasse propose le mariage à Isabelle mais de Vallombreuse soudoie Dame Léonarde pour isoler Isabelle. Puis il envoie ses hommes à l'auberge du Soleil Bleu pour l'enlever mais ne parvient pas à ses fins. Vallombreuse finira par payer deux malandrins pour se débarrasser de Fracasse mais l'un d'eux, Jacquemin Lampourde aura la vie sauve et se montre redevable à de Sigognac.

De Vallombreuse finira par kidnapper la jeune femme alors que les deux jeunes gens s'en retournent au chateau de Sigognac ....

Fracasse


Les romans de l'enfance ont un goût de nostalgie ! 

Chiquita à la rescousse !
Il y a quelques scènes tout à fait intéressantes et on n'a pas le temps de s'ennuyer tant il y a de détails à regarder et à découvrir. La trame de ce film de cape et d'épée n'est pourtant pas très épaisse mais le réalisateur s'applique à rendre l'action constante. Il y a quelque belles cascades, des courses poursuites, des combats à l'épée, etc

On a plaisir à voir Pierre Blanchar et Charles Boyer alors encore au début de leurs carrières, ainsi que la belle Lien Deyers, découverte par Fritz Lang qui lui offrira le rôle de Kitty dans le film Spione 1928.
Hollandaise, Lien est ensuite devenue une star en Allemagne mais à la montée du nazisme elle quitta le pays pour l'Angleterre car son mari, le réalisateur producteur Alfred Zeisler était juif. N'ayant pas pu trouver de travail le couple s'en alla tenter sa chance aux Etats-Unis. 

Roumaine, Pola Illéry a surtout tenu des rôles exotiques dans des films français avant de s'installer aux Etats-Unis.

Daniel Mendaille alias Agostino a une très belle carrière cinématographique.

Le film est bien monté, extrêmement bien restauré, on trouve une excellent version chez Lobster films, musique composée et dirigée par Michel Portal, piano Neal Kurz.

Dans le rôle de Fracasse on pense bien sûr à Jean Gravey en 1943 et à Jean Marais en 1961 ! (Il y a une version tournée en 1919 mais invisible de nos jours)

Adapté du roman du même nom de Théophile Gautier. 

Partiellement teinté.

88 minutes

Pierre Blanchar ... Baron de Sigognac / Le capitaine Fracasse
Lien Deyers ... Isabelle
Charles Boyer ... Duc de Vallombreuse
Daniel Mendaille ... Agostin
Pola Illéry ... Chiquita
Marie-Thérèse Vincent ... Séraphine
Odette Josylla ... Zerbine
Marguerite Moreno ... Dame Léonarde
Armand Numès ... Blazius
Paul Quevedo ... Leander (as Quevedo)
Paul Velsa ... Matamore
René Bergeron ... Scapín
Léon Courtois ... Herode

La belle Chiquita


mercredi 30 mai 2018

The Dragon Painter- William Worthington - 1919




Dans les montagnes non loin de Tokyo vit Tatsu, un peintre réputé fou. En effet il vit comme un sauvage et arpente la montagne d'un pas décidé avant de peindre presque rageusement des tableaux que personne n'a la chance de regarder. Absorbé par sa quête, il ne se préoccupe que de retrouver sa sa princesse qui a été transformée en dragon par les esprits il y a plus de 1000 ans. Évitant ses congénères qui ne le comprennent pas, Tatsu va toujours plus loin dans les montagnes pour peindre des dragons mais un jour, alors qu'il se trouve au dessus d'une cascade monumentale et qu'il jette ses feuilles dans le vent, un arpenteur venu ouvrir de nouvelles voies découvre ses 3 de ses oeuvres tombées du ciel et reste abasourdi devant son talent.

A Tokyo, un peintre très renommé, Kano Indara, est désespéré car le temps passe et il n'a pas de fils ni de disciple digne de ce nom. Tous les tableaux que lui présente sa bonne sont renvoyés sans états d'âme. Sa fille Ume-Ko, est bien malheureuse de voir son père s'assombrir de jour en jour. Bientôt il en vient même à refuser la nourriture mais un mot de son ami l'arpenteur accompagné des 3 peintures portées par le vent arrivées presque par hasard entre ses mains le réjouissent. Kano est émerveillé par les dessins et se montre impatient de rencontrer Tatsu.

Le jour du rendez-vous, Kano prépare une cérémonie spéciale pour recevoir Tatsu qui a suivi l'arpenteur uniquement parce que celui-ci lui a promis qu'il allait enfin revoir sa princesse.

Tatsu, prié d'attendre dans le jardin, se comporte comme un enfant sauvage et impatient de voir sa bien aimée; quiconque essayant de le calmer se voit violemment repoussé, de même tout luxe auquel Tatsu n'est pas habitué.

Lorsque Kano demande à sa fille de danser pour leur invité, Tatsu est persuadé de voir sa fiancée vénérée et se jette sur la demoiselle qui lui échappe. 
La nuit venue, Tatsu a bien de la peine à dormir avec un toit au-dessus de sa tête. De son côté Ume-Ko sort dans le jardin baigné dans la douce lumière de la lune qui brille telle un lampion dans le ciel.

Tatsu tombe fou amoureux de Ume-Ko qu'il considère comme sa fiancée perdue. Il déclare vouloir bien peindre si la main de la jeune fille lui est promise. Or, à peine son souhait est-il réalisé, qu'il n'arrive plus à tenir un pinceau.

Kano est désespéré tandis que Ume-Ko et Tatsu vivent le parfait amour. 
Mais bientôt Ume-Ko se demande si elle n'est pas la cause de la perte de talent du jeune peintre ...

 

Quelle belle histoire emplie de poésie et d'images magnifiques. Bien que tourné aux Etats-Unis dans le parc Yosemite, l’atmosphère est juste magique et les scènes de la rencontre sous la pleine lune envoutantes. Le film délivre un message que l'on sent venir lentement, il faut juste un petit revirement pour que la compréhension soit totale. Malgré tout, le petit revirement en question semble presque trop facile, et on se prend à se dire que la conclusion aurait pu être trouvée de manière encore plus percutante et avec davantage de profondeur.

L'autre petit bémol c'est la performance de Edward Peil Sr qui n'est pas crédible dans ce rôle de grand maitre japonais.

Tsuru Aoki était la femme de Sessue Hayakawa (Leur couple a perduré jusqu'à sa mort en 1961) Tsuru est considérée comme la première actrice asiatique reconnue aux USA. 
Magnifique performance de Sessue Hayakawa que je trouve toujours fascinant.

Produit par Haworth Pictures Corporation, une compagnie créée par Sessue Hayakawa lui-même, ce film est l'un des 19 films sortis entre 1918 et 1922.

D'après un roman du même titre de Mary McNeil Fenollosa.

il existe une très belle version restaurée de ce film, avec un bon accompagnement musical, chez Milestone films, version partiellement teintée. On trouve en outre The Wrath of the Gods (1914) sur le DVD.

A voir bien évidemment.

50 minutes environ

Sessue Hayakawa ... Tatsu - the Dragon Painter
Tsuru Aoki ... Ume-Ko
Edward Peil Sr. ... Kano Indara (as Edward Peil)
Toyo Fujita ... Undobuchida 'Uchida'


Titres français (incomplet)

Admirable Crichton (L') Aigle des Mers (L') Ailes Brisées (Les) amant éternel (L') Amour de Jeanne Ney (L') Après la pluie le beau temps Arche de Noé (L') Asphalte Au bout du monde Au Service de la loi Aurore (L') Barbara fille du désert Bardelys le magnifique Bateau ivre (Le) Belle ténébreuse (La) Bessie à Broadway Bête enchaînée (La) Bon petit diable (Le) Bru (La) C'est la Vie Caravane vers l'ouest Casaque verte (La) Ce n'est qu'un au revoir Cendres de vengeance Chanson païenne Chapeau de New York (Le) Charrette fantôme (La) Chasseurs de baleines (Les) Chasseurs de salut (Les) Club des trois (Le) Coeur nous trompe (Le) Comte de Monte Cristo (Le) Cottage enchanté (Le) Crainquebille Crépuscule de Gloire Cuirassé Potemkine (Le) Dame de pique (La) Damnés de l'océan (Les) Dans la ville endormie Danse Rouge Dernier avertissement (Le) Dernier des Don Farrel (Le) Dernier des Mohicans (Le) Déshérités de la vie (Les) Désordre et Génie Deux orphelines (Les) Divine (La) Dix Commandements (Les) Droit d'aimer (Le) Droit d'asile (Le) Empreinte du passé (L') Enchantement Enigme (L') Ensorceleuse (L') Escaliers de service Et puis ça va Eternel problème (L') Etudiant de Prague (Le) Eventail de Lady Windermere (L') Expiation Femme au corbeau (La) Fiancées en folie (Les) Figurant (Le) Fils du Sheik (Le) Fleur d'amour (La) Forfaiture Foule (La) Frères Brigands (Les) Grande Parade (La) Heure suprême (L') Homme aux yeux clairs (L') Homme du large (L') Homme que j'ai tué (L') Homme qui rit (L') Huit jours de bonheur Île du Salut (l') Illusion perdue (L') Indésirable (L') Infidèle (L') Insoumise (L') Instinct qui veille (L') Interférences Intrépide amoureux (L') Jardin du plaisir (Le) Jardinier (Le) Jim le Harponneur Journal d'une fille perdue (Le) Larmes de clown Lettre écarlate (La) Lien brisé (Le) Loi des montagnes (La) Loulou Lys brisé (Le) Maître à bord (Le) Mécano de la Général (Le) Monte là-d'ssus Moran du Lady Letty Mystérieux X (Le) Nuits de Chicago (Les) Oiseau noir (L') Opérateur (L') Patrie (Sa) Père Serge (Le) Phalène Blanche (La) Piste de 98 (La) Portes de l'enfer (Les) Quatre Fils (Les) Rail (Le) Rançon d'un trône (La) Rapaces (Les) Rédemption de Rio Jim (La) Repentir (Le) Réquisitoire Révélation Révoltés (Les) Riche famille (Une) Rictus de Satan (Le) Ris donc paillasse Rose blanche (La) Roue de la Fortune (La) Routes en croix Rue des rêves (La) Rue sans joie (La) Sa majesté la femme Satan Secrétaire particulière (La) Secrets Serment de Rio Jim (Le) Sexes enchaînés Signal de feu (Le) Sirène du Pacifique (La) Soif de vivre (La) Solitude Sorcellerie à travers les âges (La) Sportif par Amour Tais-toi mon coeur Talisman de Grand-mère (le) Tempête Tentatrice (La) Tigresse royale (la) Tricheuse Trois âges (Les) Trois lumières (Les) Veilleur de rail (Le) Vierge mariée (La) Visages d'enfants

Articles les plus consultés

Membres