Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

dimanche 27 mai 2012

Sadie Thompson - Raoul Walsh - 1928



Lionel Barrymore ...
Alfred Davidson
Blanche Friderici ...
Mrs. Alfred Davidson
Charles Lane ...
Dr. Angus McPhail
Florence Midgley ...
Mrs. Angus McPhail
James A. Marcus ...
Joe Horn, the trader
Sophia Artega ...
Ameena
Will Stanton ...
Quartermaster Bates
Raoul Walsh ...
Sergeant Timothy 'Tim' O'Hara
Gloria Swanson ...
Sadie Thompson


91 minutes
D'après une histoire de W. Somerset Maugham

Un paquebot en provenance de San Francisco arrive à Pago Pago, des soldats américains regardent les passagers descendre. Parmi eux un couple de puritains les Davidson's et un couple plutôt quelconque les McPhail's. Leur attention est par contre très vite focalisée sur une superbe jeune femme habillée de façon voyante, Miss Sadie Thompson. Les hommes la suivent et elle se montre peu craintive, expliquant qu'elle est se rend travailler sur une autre île le lendemain. Malheureusement une épidémie de varicelle force le bateau à rester à quai. 
Sadie s'installe donc dans une arrière salle du petit hôtel local tenu par Joe et sa femme Ameena dans lequel ont déjà établi leurs quartiers les Davidson's et les McPhail's qui voient l'arrivée de Sadie d'un très mauvais oeil. Sadie fait la connaissance du sergent Tim O'Hara, un grand gaillard sympathique.
Très vite elle se trouve dans le collimateur d'Alfred Davidson, un homme d'une grande influence auprès du gouverneur de l'île ce qui ne semble pas l'affecter et ne l'empêche pas d'écouter de la musique bruyante sur son petit phonographe entourée d'une cour composée de nombreux hommes. Davidson ne peut tolérer cette situation et en réfère au gouverneur qui ordonne à Sadie de partir par le premier bateau pour San Francisco.
Celle-ci se montre effondrée et Tim tente de l'aider mais le puritanisme de Davidson est inflexible et il ne cède pas ce qui provoque une tension croissante alors que la pluie tombe sans répit ...



Un film puissant avec des protagonistes convaincants. L'ambiance est tout à fait particulière et les images montrant la pluie qui tombe et qui ponctuent le rythme y sont pour beaucoup certainement. 
Dès le départ, on cerne chaque caractère de manière très subtile grâce aux autographes demandés par un stewart du bateau aux Davidson's qui montrent leur inflexibilité, aux McPhail's qui démontrent de la compassion et à Sadie qui n'attend plus rien de la vie. Par petites touches légères et sous entendues on comprend que Sadie est considérée par les bien pensants de l'époque comme une femme de mauvaise vie. Mauvaise vie peut-être, mais terriblement vivante en comparaison des deux autres couples qui se montrent coincés et compassés (même si les McPhail sont plus compatissants mais ne se mouillent pas !), voire carrément dur, inflexible et presque mauvais et diabolique pour Davidson incarné par un Lionel Barrymore qui nous gratifie d'un nombre d'expressions terribles sur son visage. A l'opposé Sadie apparait un peu vulgaire au départ mais surtout blessée et heureuse de remporter une certaine attention qui l'empêche de se retrouver isolée. Par la suite son visage et son apparence vont se transformer.
Le sergeant O'Hara interprété par Raoul Walsh lui-même tente de lui ouvrir la porte de l'avenir en lui racontant l'histoire de l'un de ses amis qui a épousé une femme ayant le même vécu et qui a refait sa vie à Sydney. Le visage de Sadie s'illumine devant les propositions de Tim, la tendresse exprimée durant ces scènes est palpable, surtout par Raoul Walsh dont les yeux brillent d'une grande douceur. 
Les scènes opposant Lionel Barryomore et Gloria Swanson sont prenantes, entre cet homme tellement sûr de lui et démontrant aucune pitié pour pousser Sadie sur ce qu'il croit être la juste voie de la rédemption et Sadie luttant pour sa survie comme une souris face à un chat cruel et sans pitié. Gloria Swanson se lâche et les scènes sont particulièrement violentes avec des dialogues percutants : Bien sûr l'action va crescendo et  le drame se profile vite.
Quelques scènes sont très osées et sans équivoque possible, telle celle où Tim allume la cigarette de Sadie...

Gloria Swanson est au sommet de sa carrière et Raoul Walsh mène conjointement une carrière d'acteur et de réalisateur. Alors qu'il devait tourner In Old Arizona il perd un œil par accident et le rôle échoue finalement à Warner Baxter après que Buddy Roosevelt se soit cassé la jambe.

La version Kino est comme d'habitude d'excellente qualité et offre de nombreux bonus. On apprendra ainsi que W. Somerset Maugham aurait observé une jeune femme telle que Sadie est dépeinte lors d'un déplacement en bateau qui l'aurait inspiré pour écrire son livre. Un livre et un film courageux pour l'époque !
La musique composée par Joseph Turrin colle parfaitement à l'ambiance. http://www.josephturrin.com/band.html

Il manque quelques minutes de la fin de ce film qui a été considéré pendant longtemps comme perdu. La restauration comprend quelques photos de plateau qui aident à faire la transition.

Plus de détails sur l'édition Kino
http://www.kino.com/video/item.php?film_id=263

A noter plusieurs remakes de ce film : entre autres en 1932 sous le titre de Rain avec Joan Crawford ou en 1953 Miss Sadie Thomspon avec Rita Hayworth.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres