Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

dimanche 18 juillet 2010

Tumbleweeds - King Baggot - 1925

William S. Hart... Don Carver
Barbara Bedford... Molly Lassiter
Lucien Littlefield... Kentucky Rose
J. Gordon Russell... Noll Lassiter
Richard Neill... Bill Freel (as Richard R. Niell)
Jack Murphy... Bart Lassiter
James Gordon... Joe Hinman
George F. Marion... Old man (as George Marion)
Gertrude Claire... Old woman
Lillian Leighton... Widow Riley

William S. Hart

Don Carver est un "Tumbleweed", ainsi se nomment les cowboys qui restent sans attache. Lorsque la terre sur laquelle se trouve le ranch pour lequel il travaille va être morcelée pour les colons lors de la fameuse Oklahoma's Cherokee Strip de 1893, il décide de tenter sa chance pour récupérer le ranch pour le compte de Molly Lassiter ...


William S. Hart est une personne comme je les aime : droit, direct, sans fioriture avec une bonne tronche. Ce rôle est aussi malheureusement son chant du cygne après une décennie au moins de bons films, car la compagnie de distribution désirait qu'il coupe son oeuvre de deux bobines, ce que Hart refusa de faire. Pour un film qui lui coûta $300'000 dollars à l'époque, il ne récupéra qu'une partie de sa mise malgré le succès du film. Dégoûté, il se retira ensuite de l'industrie cinématographique dans un ranch de Californie.
Ce film comprend de très belles images, les personnages sont attachants (les deux petits vieux pleins d'espoir, la veuve et ses enfants, etc), la photographie très belle (beaucoup de silhouettes qui se découpent ...), le texte est poétique, comme certaines images ...
Lui et son cheval Fritz qu'il chérissait particulièrement au point de lui écrire des poèmes, sont des monuments de cette période car l'ouest qu'il aimait tant, est relaté de manière vraie, naturelle et sans glorification inutile.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres