Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 3 novembre 2010

Cottage on Dartmoor (A) - Anthony Asquith - 1929


Norah Baring ...
Sally, a manicurist
Uno Henning ...
Joe, a barber's assistant
Hans Adalbert Schlettow ...
Harry, a Dartmoor farmer (as Hans Schlettow)

Une coproduction anglo-suèdoise de 87 minutes
D'après une histoire de Herbert Price
Autre titre : Escape from Dartmoor



Joe est barbier et fou amoureux de Sally, la manucure. Celle-ci est courtisée par Harry, qui lui présente des photos de sa nouvelle petite ferme achetée à Dartmoor. Par un triste concours de circonstance, un message placé dans un bouquet de fleurs adressé par Joe à Sally tombe à terre et ne lui parvient pas. Pourtant Sally porte une fleur à la boutonnière, ce qui induit Joe en erreur sur ses intentions. Joe sent monter une violente jalousie lorsqu'Harry propose à Sally une sortie au cinéma, puis le mariage ...



Le film débute par un homme, visiblement un bagnard évadé, courant dans la lande. Les plans et les cadrages sont très originaux, l'image magnifique. Les personnages sont beaux, chacun à sa manière. Joe est magnifique, ses expressions passent par une palette de sentiments, dureté, espoir, jalousie, désespoir, soulagement. Il est souvent inquiétant et démontre souvent des expressions d'une grande sauvagerie.
Sally est très belle elle aussi. Un beau visage que l'on voit au début du film d'une grande douceur, telle une madone avec son bébé, de belles expressions variées, douceur, interrogation, colère, douleur. Harry est le personnage en marge, mais son rôle est essentiel, jovial, heureux, simple.
Les autres protagonistes sont les collègues de travail des deux interprètes principaux, et les locataires de la pension de famille de la jeune fille. Il y a aussi une scène au cinéma où de nombreux visages sont scrutés durant une projection d'un film avec Harold Lloyd, puis un film dont le titre est My Woman. Les membres de l'orchestre accompagnant la projection sont particulièrement réalistes.
Une excellente surprise, un film magnifique au style dépouillé mais aux plans originaux, en clair obscur. Dès les premières images j'ai croché avec le sentiment d'être un peu "voyeur". Très vite on se passionne pour les trois protagonistes principaux. Il y a très peu d'intertitres, mais ils ne sont pas nécessaires, tant les visages sont expressifs. Des acteurs magnifiques dont je n'avais jamais entendu parlé, j'espère les retrouver dans d'autres films. Un film très soigné dans lequel on peut tout garder, le minutage est parfait, l'action sensée. A recommander sans retenue !









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres