Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 12 août 2015

Le brasier ardent - Ivan Mozzhukhin - 1923



A Paris. Dans son sommeil une jeune femme fait un cauchemar terrible. Un homme est brûlé sur un bûcher et l'attire inexorablement en lui tirant les cheveux. Elle finit par s'enfuir, rencontre un mendiant et se réfugie dans une immense salle où se trouvent de nombreuses femmes qui rampent en direction de l'homme qui l'a suivie mais qui se trouve maintenant en habit de soirée. Un évêque lui apportera la paix, puis un autre mendiant à qui elle donnera sa bague et ses bijoux se tuera pour elle.Tous les hommes ont le même regard et le visage de l'homme du brasier.
En sueur elle se réveille et réalise que l'homme du cauchemar se trouve être le visage imprimé sur son livre de chevet qui conte les aventures d'un célèbre détective nommé Z passé maitre dans l'art du déguisement. Ainsi peut-on le voir en ecclésiastique ou en mendiant ...
La jeune femme sourit. Choyée par son mari tous ses désirs sont comblés aussi rien ne devrait lui manquer. Après le petit déjeuner et la visite de ses chiens chéris, elle sort quelques négatifs d'une boîte et se remémore sa rencontre avec son époux.
En ce temps, au cours d'une bagarre alors qu'elle se trouvait sur une barque, l'homme qui l'accompagnait se mit à la battre et elle tomba à l'eau. Un touriste sud américain de passage la ramena sur le rivage. Sa vie prit dès ce jour un nouveau tournant car l'homme qui devint son mari était très fortuné.
Pendant qu'elle se pomponne toujours dans son lit son mari range soigneusement dans une serviette leur acte de mariage ainsi que l'acte de vente d'une propriété qu'il vient d'acquérir pour en faire la surprise à sa femme. Celle-ci l'observe grâce à un système ingénieux posé près de son lit.
Lorsqu'elle apprend que son mari souhaite quitter Paris, la femme essaie de le convaincre de rester au moins jusqu'au Derby puis elle quitte la maison.
Le mari, jaloux, la suit mais elle le sème facilement. Le mari se retrouve dans la salle d'attente d'un club d'inventeurs qui se réunissent en secret. Après avoir été propulsé dans des couloirs qui ne mènent nulle part, le pauvre homme est emmené par le maitre d’hôtel qui le conduit dans une pièce où il comprend qu'il se trouve à l'agence trouve-tout, spécialisée dans le département des recherches de femmes perdues. Le directeur fait une présentation de l'agence et le mari va devoir choisir un homme de confiance mais il est bien difficile de d'élire l'un d'eux parmi les hommes qui ont de bien curieux aspects ...




Un film étonnant qui tourne autour d'un trio : Une femme, son mari et un détective. L'histoire s'empare de trois êtres qui démontrent de belles qualités de vie sans affectation, tous sont confondant de naturel et intrinsèquement bons. La passion est sous-jacente et bien présente mais les trois personnages, les hommes en particulier, restent proche d'idéaux moraux très élevés. Leurs vies dépendent et tournent autour de la femme qu'ils aiment tous deux d'un profond amour.

Retrouver la femme implique non seulement de la retrouver en chair et en os mais aussi de conquérir son âme. On ne saura rien de sa vie avant sa rencontre avec son mari.
Les images et le montage ménagent leur lot de surprises. Le spectateur se laisse mener par le bout du nez pour son plus grand plaisir tant l'action est surprenante et les inventions inattendues, ceci d'un bout à l'autre du film. On plonge directement dans le cauchemar qui est particulièrement violent avec des images de flammes et les yeux hypnotiques de Ivan Mozjoukine. C'est assez déroutant.
La scène de l'agence Trouve-Tout est excellente, si le genre de ce film nous échappe encore, on ne peut s’empêcher de trouver la scène très drôle !
Une autre scène amusante nous montre le détective et la femme courant derrière lui pour lui piquer la serviette. Par la suite Ivan Mozjoukine introduira des émotions refoulées qui ne manquent pas de toucher grâce à son visage très expressif et à de nombreux gros plans soigneusement cadrés. A la fois sensible, vulnérable et solide, Ivan Mozjoukine est de plus très séduisant.

Une scène nous montre le couple dans un café de Montmartre. Rien que cette séquence vaut le détour. D'ailleurs le film se regarde aussi pour les scènes tournées dans les rues de Paris et en particulier sur les Champs-Elysées !

Ainsi on le réalisateur réussit-il à nous intéresser, à nous faire rire et à nous émouvoir. Je ne vais pas tout raconter car ce serait dommage de gâcher les surprises qui vous attendent si vous décidez de voir ce film. Le rêve est expliqué scène par scène.
Le mari semble estimer le détective ce qui le montre sous un jour très sympathique. De même la grand-mère révèle-t-elle l'innocence encore enfantine du détective et je me suis prise à souhaiter que les êtres humains puissent parvenir -ou rester- à un tel niveau d'humanité car l'oeuvre cinématographique est tout entière enrobée d'amour et d'humour un peu douloureux.

Ivan Mozjoukine a écrit, réalisé et bien sûr joué dans ce film avant-gardiste qui mêle allégrement tous les genres de l'époque : comédie, drame, mystère, drame conjugal, etc dans une symphonie de symboles et de détails détonants, voire loufoques. Mozjoukine se montre ici sous de nombreux traits différents. Bizarrement le film n'eut aucun succès à sa sortie semble-t-il.

Ivan Mozjoukine et Nathalie Lissenko ont émigrés ensemble vers la France durant la révolution russe comme de nombreux autres personnes et artistes. Ils étaient mari et femme.

J'ai adoré et vous recommande vivement ce film. D'ailleurs pourquoi s'en priver lorsqu'il existe une superbe édition signée Flicker Alley intitulé French Masterworks: Russian Émigrés in Paris 1923-1929 , avec un excellent accompagnement musical de Neil Brand,


Un excellente critique sur DVD Classik


Titre USA (DVD) : The Burning Crucible

108 minutes


Ivan Mozzhukhin ...
Zed - le détective
Nathalie Lissenko ...
Elle
Nicolas Koline ...
Le mari
Camille Bardou ...
Le président du Club
Huguette Delacroix ...
La Grand Mère (as Mme. A. de la Croix)
Franco Zellas ...
(as François Zellas)
http://www.cinematheque.fr/catalogues/restaurations-tirages/film.php?id=50361

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres