Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

samedi 23 août 2014

Children of Eve - John H. Collins - 1915



Dans sa chambre Henry étudie lorsqu'il entend un grand bruit dans la pièce d'à côté où vit sa voisine Flossy, une femme de mauvaise vie qui travaille aux "follies". Henry frappe et trouve "l'âge de l'innocence" un tableau que Flossy vient de violemment jeter à terre brisé sur le sol. Henry demande la permission de réparer le tableau qu'il rapporte le lendemain à sa voisine. Petit à petit les deux voisins sympathisent jusqu'à ce que Flossy disparaisse après avoir écrit une lettre à Henry dans laquelle elle lui explique qu'elle se doute qu'il l'épouserait mais qu'elle ne se sent pas digne de lui. 
Peu après avoir donné naissance à une petite fille, Flossy meurt sur le trottoir et la petite est recueillie par une femme qui l’élèvera dans un quartier défavorisé.
De son côté Henry est devenu un homme riche, il est propriétaire d'une usine qui exploite des enfants; de plus un ami décédé lui a laissé la charge de son petit garçon Bert. 
17 ans plus tard Bert est devenu un fervent défenseur des droits de ses concitoyens auxquels il donne des cours. Il est aussi un actif militant de la protection de l'enfance. 
Mamie, la fille de Flossy est maintenant une jolie jeune femme qui sort avec de mauvaises fréquentations, dont Bennie qui l'emmène danser dans des bars peu recommandables. Pour sortir Mamie revêt ses plus beaux atours qui sont assez pitoyables. Son chapeau est surmonté d'une plume miteuse. Du coup, en passant dans la rue près du marchand ambulant elle ne résiste pas et en dérobe une nouvelle. Malheureusement elle est surprise par le vendeur qui ameute toute la rue et la police. Mamie se réfugie dans le bureau de Bert et se cache dans une armoire. Après avoir rendu la plume au marchand Bert fait la leçon à Mamie qui l'attire beaucoup et lui demande de revenir le lendemain. Comme Mamie n'a aucune intention de le faire, il décide de lui apporter chez elle une bible dans laquelle il a noté son nom. Mamie résiste à l'envie de l'ouvrir et feint une grande indifférence.
Vers la sortie de l'immeuble Bert découvre une petit garçon en pleurs car sa maman, gravement malade, ne bouge pas de son lit. Bert va chercher Mamie qu'il convainc de rester auprès de la malade avant de courir chercher un docteur qui soignera la pauvre femme. Au petit matin celle-ci est sauvée et Bert félicite Mamie qui se sent alors devenir utile. Quelques semaines plus tard, Bert engage Mamie comme inspecteur de travail dans les usines employant des enfants, mais peu de temps après il tombe gravement malade. Mamie se rend chez lui pour le voir mais son oncle Henry la convainc de le laisser en paix par amour. Mamie disparait de sa vie et s'engage pour enquêter dans l'usine de Henry dans laquelle elle se fait passer pour une très jeune fille ...


Le film se base sur un événement tragique survenu quelques années auparavant, en 1911, l'incendie de l'usine Triangle Shirtwaist à New York. En 18 minutes 146 personnes, dont de jeunes enfants avaient trouvé la mort. http://www.ilr.cornell.edu/trianglefire/

C'est un film percutant qui a dû bien remuer les esprits de ces années là. Pas de concession ni de pathos, le message est clair. Étant donné ses vues très arrêtées, seul un drame de cette magnitude pouvait faire évoluer Henry.
Comment oublier tous ces enfants de Eve qui ont été exploité sans scrupules, ou ces hommes et femmes courageux qui se sont attelés à la tâche difficile de changer les esprits et lutté pour que nos vies soient ce qu'elles sont ? Je me demande bien ce qu'ils penseraient de notre monde d'aujourd'hui ?
Il est difficile de rester insensible au message dans le contexte de l'époque mais bien sûr ce film est aussi très moralisateur. Ainsi Bert ou Henry brandiront leur index plusieurs fois en citant des passages de la bible ce qui semblait être très efficace si l'on en croit les réactions de Flossy et de Mamie.
Ce film qui milite pour les droits des enfants et des travailleurs est réalisé de façon courageuse par un jeune réalisateur qui mourra à 'âge de 28 ans de la grippe espagnole 3 ans plus tard. Viola Dana était sa jeune femme. La petite Viola (1m51 !) épousera Maurice Lefty Flynn en 1925 puis se mariera encore une troisième fois en 1930 avec Jimmy Thomson, un golfeur professionnel.
Robert Walker a eu une belle carrière d'acteur jusqu'à sa mort et Robert Conness voit sa carrière s'arrêter brutalement en 1919 (avec un film tourné pour Essanay), ce qui pousse à penser qu'il a subi de plein fouet la fin des productions de Thomas A Edison.

Kino Lorber a édité un DVD aux images très nettes, l'accompagnement musical composé partiellement à partir de la musique d'origine par Rodney Sauer accompagne parfaitement l'action.  On trouve ce film sur le DVD intitulé

The Devil's Needle & Other Tales of Vice and Redemption


Viola Dana ...
Fifty-Fifty Mamie
Robert Conness ...
Henry Clay Madison
Tom Blake ...
Bennie the Typ (as Thomas F. Blake)
Nellie Grant ...
Flossy Wilson
Robert Walker ...
Bert Madison
William Wadsworth ...
Peddler
James Harris ...
Mill Foreman
Hubert Dawley ...
Bobbie Roche
Warren Cook ...
Doctor
Brad Sutton ...
Bouncer


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres