Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

samedi 30 avril 2011

Leo D. Maloney


Récemment vu un film avec ce sympathique acteur né en 1888 ou 1885 selon les sources (156 films) et réalisateur (47 films) : Leo Daniel Maloney.


5'11" (1m80)
170 pounds (85 kg)

Propriétaire des studios "Leo Maloney Studio" situés dans les montagnes du San Bernardino dans le sud de la Californie. Quelques uns des tout premiers westerns y ont été filmés. Le dernier film produit et dirigé par Leo Maloney  "Overland Bound," a été l'un des tout premiers film parlant. C'est juste après avoir fêté le succès de ce film que Maloney a eu une crise cardiaque, à l'âge de 41 ans !

Le maître mot de la carrière qui court sur plus d'une décennie de cet acteur/scénariste/réalisateur/producteur est intégrité, à l'heure où les producteurs indépendants souffraient d'un vrai manque d'argent pour dénicher des talents capables de concurrencer un Tom Mix ou un Hoot Gibson.
Après avoir suivi des études au College Santa Clara tout près tout près de San José, sa ville natale, il travaille ensuite dans de nombreux ranchs de la région. Vers 1912 il entre dans l'industrie cinématographique : son premier goût du succès il l'obtiendra face à Helen Holmes dans la série The hazards of Helen produite par Kalem en 1914.

Maloney incarnait en général un homme de loi déchiré entre son sens du devoir et son amour pour l'héroïne. Contrairement à de nombreux héros qui ne succombent jamais à la tentation face à leur devoir, Leo était souvent tenté voire même succombait volontiers temporairement aux charmes d'une femme dont le chemin n'était pas le plus droit ! Leo devait ensuite racheter son honneur et gagnait ainsi l'amour de l'héroïne. Contrairement à de nombreuses stars du western de l'époque, il portait volontiers une redingote et la cravate fine (string tie).

Un de ses compagnons les plus fidèles était un chien appelé Bullet qui avait un rôle de pivot essentiel dans l'action de la plupart de ses films. Si le chien avait été aussi malin que Rintintin, l'action n'aurait jamais pu dépasser la première bobine mais grâce à ce chien, pas très malin et lent, une piste était découverte et suivie puis ignorée à différents stages de l'action ce qui permettait au public de connaître une partie de l'intrigue qui apparaitrait à la lumière au final.
Bullet était un cascadeur intrépide lorsqu'il s'agissait de sauter d'une falaise de 15 mètres (50 foot).
Senator était le nom de son cheval.

Les westerns tournés pour Pathé en 1927 et 1928 étaient particulièrement fort en thèmes et actions. Malheureusement les studios Pathé sombrèrent en faillite et le succès de Maloney fut dès lors sur le déclin.
En été 1929, alors qu'il dirigeait Overland Bound le premier parlant des producteurs indépendants, pour ses productions Presidio, avec Allene Ray, Lydia Knott, Jack Perrin, Wally Wales (Hal Taliaferro si vous préférez), les premières critiques furent bonnes.


Source principale : Winners of the West, the Sagebrush Heroes of the Silent Screen par Kalton C. Lahue, 1970 A.S. Barnes



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres