Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

dimanche 5 janvier 2014

The Sea Beast - Millard Webb - 1926


Sur le quai du port de New Bedford Ahab Ceeley prend congé de sa fiancée Esther Harper à laquelle il offre un petit chien et sa bague sous les yeux jaloux de son demi frère Derek qui déteste la mer autant que lui l'aime. Sur le pont de la baleinière sur laquelle il va embarquer les rudes hommes de l'équipage chantent une chanson macabre puis le bateau appareille, Esther pleure en le regardant s'éloigner lentement.  
Tout en haut du mât, pendant que l'équipage s'affaire en bas, Ahab Ceeley veille en compagnie de son petit singe. Agile il redescend facilement lorsque son quart est terminé. Après un long périple de plusieurs mois le bateau s'en revient et embarque Derek pour une nouvelle expédition. Plus tard la vigie aperçoit la mythique baleine blanche dévoreuse d'hommes surnommée Moby Dick. Aussitôt les hommes mettent une embarcation à la mer et un harpon atteint l'énorme mammifère. Dans l'action Derek s'arrange pour discrètement pousser son frère à la mer. La baleine ne manque pas de happer l'une des jambes de Ahab avant qu'il ne soit secouru par ses coéquipiers.

Sur le bateau un homme façonne une jambe de bois après que la jambe soit cautérisée dans la douleur et Derek menace de mort le seul témoin de son acte, un nain qu'il terrorise.
De retour au port de New Bedford, Ahab craint de retrouver sa fiancée et descend tardivement du bateau tandis que son frère emmène Esther en lui annonçant que Ahab la retrouvera plus tard.
Un bal est donné et Ahab trouve maison close. Il finit par rejoindre la foule et retrouve Esther qui pousse un cri d'horreur et le prend en pitié en voyant son fiancé amputé. Déconcerté Ahab se cache dans les buissons et Derek l'y retrouve après avoir éloigné Esther. Il emmène son frère à la taverne où il finit par lui annoncer que durant son absence Esther et lui se sont rapprochés et s'aiment; et comme il est revenu mutilé jamais Esther n'osera le lui avouer. Comme Derek se montre effondré, beau joueur Ahab le rassure et l'hypocrite Derek promet de prendre soin d'Esther avant de s'en aller sans plus attendre, en donnant une pièce au tavernier en lui conseillant de ramener son frère à bord du bateau s'il buvait trop ce soir là. De retour auprès de Esther Derek lui raconte que Ahab va la retrouver plus tard mais Ahab, qui finalement a décidé de parler à Esther qu'il a de la peine à croire si peu sincère, surprend leurs reflets devant la fenêtre et croit les voir s'embrasser. Anéanti il retourne sur le bateau pendant qu'Esther pleure tout son soûl.
A nouveau en mer, Ahab remâche des idées noires et recouvre son tatouage à l'effigie de sa bien aimée d'une brûlure de harpon. Les années passent et, vieilli prématurément, Ahab devient un capitaine redouté de tous et seuls les fous ou les inconscients veulent faire partie de son équipage. Mais rien ne change, malgré les années passées auprès de son père loin de New Bedford Esther se languit toujours de Ahab et reste dans l'incompréhension. Son missionnaire de père décide de retourner à New Bedford avec sa fille et son ombre, Derek.

 Quant à Ahab il poursuit obsessionnellement sa vengeance sous la forme de Moby la baleine blanche que les autres bateaux lui signalent de temps à autre. Un jour le témoin de son accident tente de lui parler mais Ahab refuse de l'écouter en prétendant ne pas avoir de passé. Plus tard, un soir d'orage terrible la baleine est aperçue au loin et le Capitaine pousse le bateau et ses hommes au bord de la rupture malgré le vent et les vagues qui fouettent l'embarcation sans répit. Non loin de là le bateau qui ramène Esther, son père et Derek lutte lui aussi contre la tempête. Les trois passagers sont enfermés dans leur cabine afin de leur éviter de passer par dessus bord. Mais une attache rompt, brisant la frêle cabine et Derke est précipité à l'eau.
Pendant ce temps le témoin affolé à l'idée de mourir sans avoir fait part de son terrible secret trouve Ahab à qui il avoue enfin que son pire ennemi n'est pas Moby Dick mais son propre frère ... Or il se trouve qu'après que la tempête se calme enfin un naufragé qui n'est autre que Derek est secouru. Comprenant que son stratagème est éventé, Derek attaque sournoisement son frère qui échappe facilement à ses coups grâce à sa jambe de bois. Ahab finit par précipiter son frère à la mer où il meurt sous ses yeux.
Peu après Ahab a une vision de son aimée qui l'apaise enfin ...


Adapté très librement de Moby Dick, le roman de Herman Melville, le film est assez long, surtout au début avec un certain nombre de gros plans qui n'en finissent pas sur Barrymore. En conséquence il faut presque la moitié du film avant qu'on se passionne un peu plus pour l'histoire. Les images sont pourtant belles et quelques plans sont carrément originaux et prenants, comme les ombres qui s'embrassent derrière Derek et Esther alors que les deux jeunes gens se trouvent à une certaine distance l'un de l'autre ou les images de la vision de Ahab, qui voit Esther lui apparaitre sur la mer et qui pose ses mains sur son visage. Comme lui on sent alors la douceur de ces mains apaisantes et la lumière s'éclaircit au propre comme au figuré. J'avais un mauvais souvenir de la version vue il y a de nombreuses années de 1956 de John Huston avec Gregory Peck et l'excellent Richard Basehart, pourtant plus proche des lignes de Melville. Par contre je n'ai pas vu la version tournée en 1930 par lloyd Bacon avec encore John Barrymore et le beau Lloyd Hugues dans le rôle de son frère, mais il semble que la version soit assez proche de celle-ci. Depuis la version de 1956, de nombreux films ont été tournés sur ce sujet.

La minute philosophique : Comme quoi avant de s'aigrir bêtement et de s'en prendre à tout le monde il vaut mieux s'assurer de ne pas se tromper soi-même ... 

George O'Hara incarne très bien ce frère car il a une certaine ressemblance avec Barrymore himself.

Priscilla Bonner devait remplacer Mary Astor, le flirte de l'époque de l'acteur mais entre temps il avait rencontré la belle Dolores Costello dont il était tombé amoureux.

On peut le voir assez facilement sur  le net, ou on trouve une version éditée chez Televista.

Titre français : Jim le Harponneur

136 minutes


John Barrymore ...
Captain Ahab Ceeley
Dolores Costello ...
Esther Harper
George O'Hara ...
Derek Ceeley
Mike Donlin ...
Flask
Sam Baker ...
Queequeeq
George Berrell ...
Perth (as George Burrell)
Sam Allen ...
Captain
Frank Nelson ...
Stubbs
Mathilde Comont ...
Mula
James O. Barrows ...
Rev. Harper
Vadim Uraneff ...
Pip
Sôjin Kamiyama ...
Fedallah (as Sojin)
Frank Hagney ...
Daggoo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres