Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 9 juin 2010

Beggars of Life - Wlliam A. Wellman - 1928



Wallace Beery... Oklahoma Red

Louise Brooks... The Girl (Nancy)

Richard Arlen... The Boy (Jim)
Blue Washington... Black Mose (as Edgar Washington Blue)
Kewpie Morgan... Skinny (as H.A. Morgan)
Andy Clark... Skelly
Mike Donlin... Bill
Roscoe Karns... Lame Hoppy
Bob Perry... The Arkansaw Snake (as Robert Perry)
Johnnie Morris... Rubin
George Kotsonaros... Baldy
Jack Chapin... Ukie (as Jacques Chapin)
Robert Brower... Blind Sims
Frank Brownlee... Farmer



Un vagabond (Richard Arlen) frappe à la porte d'une maison en quête d'un petit déjeuner. Devant une table se tient un homme, mort assassiné. Une jeune fille (Louise Brooks) apparaît et avoue le crime, son beau père la maltraitait et a tenté d'abuser d'elle. Le vagabond l'emmène en lui expliquant qu'elle n'aura qu'à sauter dans un train en direction de l'est. Malheureusement elle rate son saut et Jim l'emmène dans un train en direction de l'ouest. Très vite ils sont chassés du train par un employé zélé qui les évacue manu militari.

Peu de temps après commencent à fleurir les avis recherchant la jeune fille pour meurtre et les deux jeunes gens ont fort à faire pour survivre, en particulier face à une bande de clochards menés par Oklahoma Red (Wallace Beery)...



Citation : Ain't it funny when you think of the millions o' people in warm houses and feather beds, an' us just driftin' 'round like the clouds? But I guess it's about even when you boil it down. Even them people in feather beds ain't satisfied - we're all beggars of life.



Cette citation résume bien l'ambiance de ce film étrange et beau : on suit avec intérêt les aventures des deux protagonistes qui restent soudés coûte que coûte envers et contre tout. Des scènes mémorables : la nuit dans la meule de foin, la scène des meules sous la lune, Louise Brooks et Richard Arlen forment un magnifique couple. Wallace Beery est inquiétant à souhait jusqu'à l'ultime revirement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres