Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 22 février 2011

All Quiet on the Western Front - Lewis Milestone - 1930


Louis Wolheim ...
Kat Katczinsky
Lew Ayres ...
Paul Bäumer (as Lewis Ayres)
John Wray ...
Himmelstoß
Arnold Lucy ...
Prof. Kantorek
Ben Alexander ...
Franz Kemmerich
Scott Kolk ...
Leer
Owen Davis Jr. ...
Peter
Walter Rogers ...
Behn (as Walter Browne Rogers)
William Bakewell ...
Albert Kropp
Russell Gleason ...
Müller
Richard Alexander ...
Westhus
Harold Goodwin ...
Detering
Slim Summerville ...
Tjaden (as 'Slim' Summerville)
G. Pat Collins ...
Lt. Bertinck (as Pat Collins)
Beryl Mercer ...
Mrs. Bäumer - Paul's Mother


D'après une nouvelle d'Erich Maria Remarque
145 minutes

En Allemagne, au début de la première guerre mondiale. Alors que des soldats défilent devant sa classe, un professeur de grec harangue les élèves de sa classe en parlant du "Fatherland", de la patrie. Enthousiastes, la plupart des élèves s'engagent sous les drapeaux. Après une période d'apprentissage où ils apprennent à obéir quelque soit l'ordre, ils sont propulsés au cœur de la guerre, où deux vétérans sont chargé de leur enseigner à survivre ... 



On suit l'intégration de Paul Baumer (Ayres) et de ses camarades au sein de l'armée, l'accueil par les anciens et en particulier de Kat (Wolheim) paternel envers les petits jeunes inexpérimentés.
On comprend le rêve et l'idéalisme qui les habitent, l'enthousiasme vite cassé par la réalité terrible. A leur arrivée il n'y a rien à manger, il faut se débrouiller, les bombardements et le bruit, les cris de terreur, la mort des camarades, les corps que l'on laisse derrière soi, l'hôpital, le sang. 

Des scènes particulièrement percutantes, au cours d'un combat où il se laisse tomber dans un trou, Paul voit les pieds de ses camarades qui sautent au dessus de lui en direction du front, puis qui passent dans l'autre sens, poursuivis. Un français saute dans le trou et Paul le poignarde violemment puis regrette, le soigne, essaie de calmer sa conscience, trouve des raisons à son geste, lui parle, lui demande pardon, jusqu'au moment où le français meurt. L'attente dans les tranchées, la cohabitations avec les autres, la détente avec des autochtones (un peu de tendresse avec 3 françaises), le facteur à qui le pouvoir monte à la tête, la scène du bombardement dans le cimetière, ...

Ce film ne peut que marquer les esprits : il dépeint de manière simple toutes les atrocités auxquelles sont confrontés les soldats, surtout des jeunes gens sans expérience, et pose de manière simple l'incompréhension et les questions naïves que tout le monde se pose du genre, "pourquoi ne pas mettre les dirigeants dans un ring et voir qui gagne, au lieu de sacrifier tant de vies ?" ou "Le Kaiser a déjà tout, qu'est-ce qu'il veut de plus ?" .... 
Bref, à son retour dans sa famille pour une permission de quelques jours, Paul fait la fierté de son père qui, avec ses amis, est toujours aussi enthousiaste et sait tout mieux que tout le monde. Désabusé Paul se retrouve devant la classe de son professeur de grec et à l'invitation de celui-ci, dépeint la guerre telle qu'il l'a vue : tout de suite il est traité de lâche ...


Un film qui dépeint de manière courageuse l'autre côté, celui des allemands ...








Fin métaphysique pour Paul ...
Ces regards qui vous regardent .... The End.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres