Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 19 juillet 2011

My Best Girl - Sam Taylor - 1927



Mary Pickford ...
Maggie Johnson
Charles 'Buddy' Rogers ...
Joseph 'Joe' Grant (as Charles Rogers)
Sunshine Hart ...
Ma Johnson
Lucien Littlefield ...
Pa Johnson
Carmelita Geraghty ...
Elizabeth 'Liz' Johnson
Hobart Bosworth ...
Robert E. Merrill
Evelyn Hall ...
Esther Merrill
Avonne Taylor ...
Millicent Rogers
Mack Swain ...
The Judge
John Junior ...
Nick Powell

80 minutes

Maggie Johnson (Pickford) travaille aux grands magasins Merrill à l'approvisionnement de la marchandise. Un jour on lui confie un certain Joe Grant (Rogers), plutôt maladroit qu'elle prend sous son aile. Personne ne le sait, mais Joe est le fils Merrill que son père envoie ainsi faire ses armes et qui est fiancé à Millicent Rogers (Taylor) une jeune fille de la bonne société. 
Très vite Joe va donc obtenir d'autres responsabilités mais reste un garçon attaché à Maggie qu'il vient voir régulièrement. Un jour Maggie lui propose de venir manger à la maison mais n'ose le présenter à sa famille, un père maladif, une mère qui assiste à tous les enterrements du quartier et une soeur, Liz (Geraghty) qui s'est amourachée d'une crapule du coin ! Il se trouve que justement ils se chamaillent tous à leur arrivée, à tel point que Maggie fait croire à Joe qu'ils répètent une pièce de théâtre ! Un jour, Joe emmène Maggie sortir alors qu'il est sensé fêter son anniversaire en compagnie de Millicent et de ses parents. Comme le slogan des grands magasins est "aux magasins Merrill, les employés forment une grande famille", il l'emmène chez lui en lui assurant qu'avec un slogan pareil on ne peut que les recevoir cordialement. Mais Maggie est très réticente, d'autant plus qu'elle est sensée rentrer à la maison où ses parents l'attendent pour qu'elle se rende à la rescousse de la soeur qui vient d'être arrêtée ...



En voilà une délicieuse comédie !
Le tempo est parfait, le début vous plonge dans les grands magasins Merrill qui visiblement font de bonnes affaires : leurs employés déploient tous leurs talents pour vendre, la clientèle afflue, et le comptoir des casseroles en action fait un malheur. Un jeune vendeuse fait monter de la marchandise supplémentaire qui est maladroitement apportée par une jeune fille toute simple : Maggie. Et comment résister aux mimiques de Mary Pickford, alors au top de sa carrière ? Elle et Charles Buddy Rogers forment un magnifique couple plein de douceur et de gentillesse. C'est un vrai régal que de les regarder.
Malgré tous les obstacles, la fortune de l'un, la famille excentrique de l'autre, Joe et Maggie ne peuvent vivre l'un sans l'autre. C''est un film plein d'humour et de drames qui ne peut laisser indifférent. Lorsque le père de Joe tente de l'éloigner en lui proposant une grosse somme d'argent, Maggie se lance dans une scène terrible où elle essaie de se faire passer pour une aventurière calculatrice sous le regard de Joe, incrédule et confiant, des larmes plein les yeux. Touchant !

Tous les protagonistes sont de plus excellents, les parents, la soeur, le gangster, le juge, le mendiant (Nigel de Brulier) au coin de la rue qui observe avec tendresse le jeune couple et qui se charge de jouer au bras du destin, et même Carole Lombard qu'on aperçoit quelques secondes (voir ci-dessous) : que du beau monde !

avec Carole Lombard



C'est le coup de foudre au premier regard, au propre et au figuré puisque Mary Pickford et Buddy Rogers se marièrent 10 ans plus tard et vécurent ensemble jusqu'à la mort de Mary, en 1979.

le DVD est magnifiquement restauré en 1998 par Milestone Film (très peu d'attaque de nitrate, juste en bordure pendant un très court laps de temps) et comporte un excellent accompagnement musical composé par David Michael Frank, joué par le Bohuslav Martinu Philharmonic Zlin (Czechoslovakia), conduit par Bill Motzing.

Bref, le tout est charmant, pourquoi s'en priver ?









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres