Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 26 juillet 2011

Shanghai Express - Josef von Sternberg - 1932



Marlene Dietrich ...
Shanghai Lily
Clive Brook ...
Captain 'Doc' Harvey
Anna May Wong ...
Hui Fei
Warner Oland ...
Mr. Henry Chang
Eugene Pallette ...
Sam Salt
Lawrence Grant ...
Reverend Mr. Carmichael
Louise Closser Hale ...
Mrs. Haggerty
Gustav von Seyffertitz ...
Eric Baum
Emile Chautard ...
Major Lenard

80 minutes


Pendant la guerre civile, en Chine. Des voyageurs montent à Peiping (Peking, aujourd'hui Beijing) dans un train qui les emmène à Shanghai. Parmi eux se trouvent une vieille anglaise (Closser Hale) qui cache son pékinois dans son panier, un officier français (Chautard) qui ne parle pas un mot d'anglais, un pasteur anglais (Grant) prompt à juger selon ses critères, un capitaine et docteur anglais Doc Harvey (Brook), M. Chang (Oland) un eurasien mystérieux, Sam Salt (Pallette) un homme d'affaires américain, Eric Baum (von Seyffertitz), un trafiquant allemand d'opium plutôt maladif, et deux femmes fascinantes : la sulfureuse Shanghai Lili (Dietrich) et Hui Fei (Wong) une splendide aventurière chinoise. Tout ce petit monde semble très concerné par ces deux femmes, en particulier par Shanghai Lily, pour des raisons diverses qui vont d'attraction à condamnation. Lily fut 5 ans auparavant l'amante de Doc qui a finit par la quitter car il souffrait trop d'incertitudes à son sujet. Les deux amants s'aiment toujours mais Doc est incapable de croire Lily lorsqu'elle dit la vérité.
Le convoi est arrêté et les passeports inspectés : un chinois est arrêté et le train repart. Plus loin il est arrêté à nouveau et cette fois ce sont les rebelles qui sont à la recherche de fonds et d'un otage susceptible d'être utilisé à libérer le prisonnier cité plus haut. A la tête des opérations se trouve Chang qui tente d'abuser de Lily, défendue par Doc. Chang finit par jeter son dévolu sur Doc qui est mandé à Shanghai pour opérer un éminent personnage. Bien sûr, alors qu'il menace de crever les yeux de Doc, Lily négocie la libération de Doc en décidant de rester avec Chang, ce que Doc ne comprend pas ....




Je n'avais pas l'intention d'écrire un topo sur ce film mais après quelques recherches il m'est apparu que la plupart des commentaires portaient sur Marlene Dietrich, sur sa photogénie et sa beauté, ce qu'il est difficile de nier, tant les images sont belles (Marlene et ses plumes, Marlene en déshabillé vaporeux, Marlene en kimono : je comprends le trouble qu'elle provoque !). 
Ce qui m'a agacé c'est plutôt que je n'ai pas trouvé grand'chose sur les autres protagonistes de ce film et pourtant il y a beaucoup à dire ! 
Anna May Wong est magnifique dans ce rôle de femme mise à l'écart par son passé trouble et une certaine forme de racisme vu l'ostracisme ambiant; comme de nombreux autres interprètes de ce film, elle a déjà une longue carrière derrière elle, et sa beauté n'est de loin pas éclipsée par celle de Marlene Dietrich.
Clive Brook paraît toujours très british et quelque peu distant : pourtant on perçoit comme une douleur latente qui se trahit par un minimum d'expressions et certains mouvements très vite réprimés. C'est l'incarnation de la fameuse keep a stiff upper lip dans toute sa splendeur ! Comme les autres, sa carrière a débuté plus d'une décennie auparavant, et ce n'est pas sa première collaboration avec von Sternberg puisqu'on le voit dans "Underworld" tourné en 1927.
Eugene Pallette, Warner Oland, Lawrence Grant et Gustav von Seyffertitz ne sont pas les premiers venus puisqu'il s'agit de vieux routiers de l'industrie cinématographique qui ont à leurs actifs quelques films majeurs qui valent le détour.
Emile Chautard est presque plus connu comme réalisateur : sa carrière débute en 1910.
... Cherchez le chat noir que von Sternberg filme dans chacun de ses films par superstition !
Un film qui se perd un peu dans l'action et qui met en valeur deux femmes magnifiques et de caractère qui vaut le détour !











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres