Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 17 novembre 2011

Yellow Lily (The) - Alexander Korda - 1928




Billie Dove ...
Judith Peredy
Clive Brook ...
Archduke Alexander
Gustav von Seyffertitz ...
Kinkelin
Marc McDermott ...
Archduke Peter
Nicholas Soussanin ...
Dr. Eugene Peredy
Eugenie Besserer ...
Archduchess
Jane Winton ...
Mademoiselle Julie
Charles Puffy ...
Mayor of Tarna

65 minutes

C'est les vacances à Tarna. Un attroupement se forme au village mais la police ordonne à la population de s'écarter afin de faire place à l’Archiduc Alexandre (Brook) qui passe en traineau. La foule en liesse l'acclame alors qu'il glisse à toute allure dans le village sans un sourire. Parmi les badauds se trouve Judith (Dove) la soeur du médecin local, le Dr Eugene Peredy. L'Archiduc se rend dans son palais mais s'ennuie avec la femme qu'il a choisie pour un temps, une actrice de Buda. Arrogant il fait en sorte qu'elle s'en aille mais celle-ci, fine mouche, fait mine de s'empoisonner et est emmenée chez le docteur. L'archiduc, pas dupe, la suit pour lui faire prendre le train du soir et fait la rencontre de Judith qui l'évite soigneusement, comprenant que l'archiduc est simplement habitué à prendre ce qui lui plait, puis à jeter ce qui ne lui convient pas. L'archiduc comprend qu'il a affaire à une femme différente et organise une soirée au palais pour le peuple, en espérant bien y revoir Judith. En effet, celle-ci se présente avec son frère et le jeune homme a tôt fait d'éloigner le docteur pour tenter d'abuser d'elle. Judith réussit à échapper aux étreintes (il lui susurre en effet au creux de l'oreille les paroles d'une valse intitulée the Yellow Lily) et aux manigances de cet homme sans scrupule qui a plus d'un tour dans son sac : il envoie un de ses hommes pour emmener le docteur au loin soigner un patient qui semble aller au plus mal pour retrouver Judith, maintenant livrée à elle-même dans la maison ....



HHHiiii, on dirait un film d'horreur au stade où je m'arrête. Je vous rassure, ça n'en est pas un ! Clive Brook se montre parfaitement dur, lèvres pincées, snob et arrogant comme son rôle l'exige. On comprend qu'il est épris de Judith/Billie Dove, une jeune femme absolument charmante et très belle mais visiblement son éducation comporte quelques lacunes dans la manière de courtiser aimablement une demoiselle. Il est servi par un homme qui donnerait probablement sa vie pour lui, c'est du moins l'impression qu'il donne, dénommé Kinkelin (von Seyffertitz).
A notre époque, l'archiduc aurait probablement ramassé quelques baffes bien méritées, mais on ne plaisantait pas avec l'étiquette et le rang à cette époque. Il ramasse toutefois du plomb dans l'aile, si j'ose me permettre, mais je n'en dirai pas davantage...
Le réalisateur a bien pris soin de filmer régulièrement Clive Brook de profil.
Un film à voir pour la jolie Billie Dove et si on aime les spectacles un peu kitsch.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres