Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

vendredi 8 février 2013

Path to Paradise - Clarence G. Badger - 1925



Betty Compson... Molly
Raymond Griffith... The Dude from Duluth
Tom Santschi... Chief of Detectives Callahan
Bert Woodruff... Bride's Father
Fred Kelsey... Confederate

d'après une pièce de Paul Armstrong

78 minutes

Molly et son gang ont une idée d'enfer pour se faire de la thune. Pour les touristes fortunés en mal d'exotisme qui souhaitent visiter les bas fonds de la ville, elle monte des mises en scène visant à leur vider les poches. 
Ce soir là les escrocs arrivent à extorquer une coquette somme à un dude désireux de découvrir un bouge chinois. Déguisée en Queen de Chinatown, Molly fait croire qu'elle est séquestrée et le pauvre homme abat un malabar lors de leur fuite. Bien sûr en échange de quelques dollars, un homme prendra volontiers sa place en prison. Mais il s'avère que le touriste a plus d'un tour dans son sac car un détective fait son apparition : le gang pense avoir affaire à la police et paie très cher les deux hommes, croyant éviter la prison. Molly comprend qu'ils ont été grugés par un habile voleur.
Quelques jours plus tard Molly repère dans un hôtel un homme qui se vante d'avoir fait l'acquisition de la plus grosse pierre précieuse du continent pour l'offrir à sa fille dont le mariage est prévu le lendemain. Mais visiblement le Dude est sur le coup lui aussi. Or il se trouve qu'il est à l’hôtel pour appliquer une de ses stratégies qui est de répondre à tous les noms appelés dans le hall dans l'espoir que cela le mêne à un nouveau coup. Bien lui en prend car après avoir répondu au nom de Calahan le porteur de la pierre précieuse lui indique où il va cacher le bijou, croyant avoir affaire au détective chargé de sa protection. De leur côté Molly et ses hommes réussisent à connaitre le nom de l'homme en provoquant un accident sur la route et Molly se fait engager comme soubrette dans la place tandis que le Dude s'annonce comme invité ....

Ainsi que de nombreuses autres stills sur
Rires, voire fous rires assurés grâce à un scénario hilarant par certains moments. Raymond Griffith est le vrai gentleman cambrioleur, yeux de velours, classe et toujours positif, il ruse tout en finesse. On comprend que Betty Compson soit charmée, tant il se montre séduisant et drôle dans ce film.
L'action va crescendo, de tentative en tentative pour dérober les pierres précieuses entre les deux rivaux qui finiront par s'associer, pour terminer dans une course poursuite complétement folle dingue : poursuivis par des centaines de motards de la police, les deux voleurs foncent sur la route en palliant avec ingéniosité au moindre souci technique susceptible de les faire arrêter, ainsi verra-t-on le changement de roue le plus rapide de l'Ouest et le remplissage du réservoir sans s'arrêter, le tout avec élégance et distinction.
Il y a de nombreuses scènes excellentes mais la scène la plus hilarante survient lorsque Raymond Griffith, porteur du coffre fort qu'il a finalement emporté se trouve dans le rai de lumière de la lampe de poche de l'un des détectives qui se bat contre le chien de la maison. Le pauvre voleur court dans tous les sens pour y échapper mais le rayon le suit sans le lâcher ...
Betty Compson est tout à fait charmante, elle s'en donne à coeur joie pour faire passer à l'écran de nombreuses expressions craquantes. Tom Santschi est parfait de sérieux dans ce rôle de détective sûr de lui. Ses deux collègues m'ont fait bien rire aussi !

Il semble qu'il manque la dernière bobine : après qu'ils soient passés au Mexique, Molly éprouve des remords et les deux amis vont rapporter le collier à la jeune mariée.
On trouve ce film édité par Televista, Inc, facilement. L'accompagnement musical est standard mais bon (on retrouve certains thèmes musicaux dans les films édités par cette compagnie, mais ils sont loin d'être mauvais je trouve).





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres