Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

vendredi 1 octobre 2010

Patent Leather Kid (The) - Alfred Santell - 1927



Richard Barthelmess ...
Patent Leather Kid
Molly O'Day ...
Curley Boyle, the Golden Dancer
Lawford Davidson ...
Lieutenant Hugo Breen
Matthew Betz ...
Jake Stuke
Arthur Stone ...
Jimmy Kinch
Ray Turner ...
Mabile Molasses (as Raymond Turner)
Hank Mann ...
Sergeant
Walter James ...
Officer Riley
Lucien Prival ...
The German Officer
Nigel De Brulier ...
The French Doctor
Fred O'Beck ...
Tank Crew
Clifford Salam ...
Tank Crew
Henry Murdock ...
Tank Crew
Charles Sullivan ...
Tank Crew
John Kolb ...
Tank Crew



150 minutes

Le "gosse cuir verni" est un boxeur talentueux qui soigne son aspect. Il reste invaincu face à ses adversaires, malgré la pression du public qui souhaiterait le voir perdre quelquefois. Durant l'un de ses combats, son regard est attiré par les cris provocateurs d'une jeune danseuse, Curley, venue assister au combat avec son ami, Hugo Breen. C'est l'amour at first sight ! A la sortie, il s'arrange pour enlever Curley à son ami.

La guerre déclarée, le Kid ne souhaite pas s'engager. Curley est attirée par l'uniforme et s'engage en tant que nurse en France. Lorsqu'à son tour le Kid est, après sa première défaite, appelé sous les drapeaux, il se retrouve sous les ordres d'Hugo Breen...



Fascinant Richard Barthelmess : encore un rôle différent dans lequel il crée un personnage tout à fait original, à tel point qu'on se demande si c'est bien lui.



Le film est constitué de deux parties d'une heure environ, la première traite de la rencontre et de la vie de boxeur, la deuxième nous plonge directement dans la première guerre mondiale (Par sa conception, ce film rappelle beaucoup La Grande Parade).

Richard Barthelmess incarne très bien cet homme fier et soigné capable de se coiffer entre deux rounds. Il est entouré en outre de son manager (un homme qui encaisse 60% des gains mais pas 60% des coups !), d'un soigneur et d'un masseur, qui plus tard seront aussi engagés sous les drapeaux.

Molly O'Day campe une danseuse de cabaret passionnée et au caractère bien trempé.  Son personnage apporte une force et un soutien considérables et les deux protagonistes forment un excellent couple tumultueux.

La partie "boxe" se laisse suivre avec intérêt. La partie "guerre" est très bien faite. On est surpris de voir le Kid trembler de peur et d'angoisse. Après la mort de son ami Puffy, il passe à l'action et finit grièvement blessé dans les décombres d'une église. In extremis, grâce à la force de Curley qui ne peut concevoir de perdre le Kid, le docteur opère malgré des pronostiques défavorables. La scène de Curley découvrant le visage du Kid sous la boue et le sang est remarquable. La fin est quant à elle assez improbable, mais il est vrai que les miracles arrivent quelquefois !

Bref, un film à voir absolument !
Oscars 1929
1929 - Academy Awards, USA : Nominé as Best Actor in a Leading Role : Richard Barthelmess (C'est Emil Jannings qui raflera le titre pour The Last Command)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres