Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 20 octobre 2010

White Rose (The) - D. W. Griffith - 1923


Mae Marsh ...
Bessie 'Teazie' Williams
Carol Dempster ...
Marie Carrington
Ivor Novello ...
Joseph Beaugarde
Neil Hamilton ...
John White
Lucille La Verne ...
'Auntie' Easter
Porter Strong ...
Apollo
Jane Thomas ...
Cigarstand Girl
Kate Bruce ...
An Aunt
Erville Alderson ...
Man of the World
Herbert Sutch ...
The Bishop
Joseph Burke ...
The Landlord
Mary Foy ...
The Landlady



100 minutes
En Louisiane, un jeune aristocrate séminariste, Joseph (Novello) décide de voir le vrai monde avant d'être nommé à la tête d'une paroisse. Durant son périple il découvre une jeune orpheline devenue vendeuse, Bessie, (Marsh). Tout d'abord naïve, ses collègues lui apprennent vite à attirer le regard du client et à favoriser le pourboire. Bien sûr Joseph ne tarde pas à s'intéresser à elle. Peu de temps après, convaincu d'avoir fauté (hem, avec raison !), Joseph s'en retourne chez lui et Bessie se retrouve seule enceinte ...



Ivor Novello est très convaincant : fin, un air innocent et une classe certaine, pas étonnant qu'il plaisait tant aux dames de cette époque. L'histoire en elle-même n'a rien de très originale : basée sur la morale, d'un pasteur qui plus est, la bonté des femmes, et en particulier celle de son amie d'enfance Marie (Dempster), qui renoncera à lui (mais il semblait pourtant qu'elle aimait John ?) pour laisser la place à Bessie.
Le pauvre garçon, John (Hamilton), l'amoureux transi de Marie n'apparait quant à lui pas beaucoup dans ce film, mais il est sensé écrire un roman qui lui apportera la célébrité et lui pemettra de retrouver Marie à la fin. Carol Dempster en fait un peu trop, ses mimiques évoquent souvent le regard d'un chien battu, Mae Marsh est toujours excellente !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres