Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 5 janvier 2011

Black Pirate (The) - Albert Parker - 1926



Douglas Fairbanks ...
The Duke of Arnoldo / The Black Pirate
Billie Dove ...
Princess Isobel
Anders Randolf ...
Pirate Captain
Donald Crisp ...
MacTavish
Tempe Pigott ...
Duenna
Sam De Grasse ...
Pirate Lieutenant
Charles Stevens ...
Powder man
Charles Belcher ...
Chief passenger (Nobleman)
E.J. Ratcliffe ...
The Governor

94 minutes - Technicolor 2-bandes

Le Duke Arnoldo (Fairbanks) est seul rescapé sur une île déserte après une attaque de son bateau par des pirates particulièrement cruels qui ont tué son père. Après l'avoir enterré, il se trouve que le chef des pirates accompagné de quelques membres de l'équipage, viennent sur la même île afin d'y cacher leur butin dans une grotte sous-marine. Ayant juré de venger son père, Arnoldo se fait passer pour le pirate noir et infiltre la bande en tuant le chef en combat loyal. Pour démontrer ses talents, il détourne un navire marchand dans lequel se trouve une princesse à lui tout seul ...



Celui là je redoutais de le regarder, à juste titre dans le fond. Ok Douglas Fairbanks est très (trop, voire démesurément souriant à mon goût toutefois) sympathique et bondissant, ses qualités athlétiques indéniables, mais l'histoire ne tient pas vraiment la route et se résume à du pur divertissement, presque longuet même par moment. D'abord, si ce Arnoldo est si talentueux, malin et agile, comment se fait-il que son propre navire ait coulé, que ses hommes soient tous morts y compris son propre père et que lui-même en ait réchappé sans une égratignure ? Hein ? Toutefois certaines scènes sont dignes d'être vues, comme la scène où les hommes d'Arnoldo viennent à la rescousse en nageant sous la surface de l'eau ... la vision de tous ces hommes nageant comme des grenouilles vus par dessous est particulièrement bien trouvée. 
A noter Donald Crisp reconnaissable quand même sous sa perruque ...
J'ai trouvé The Sea Hawk beaucoup plus percutant et passionnant ...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres