Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

samedi 5 mars 2011

On the Night Stage - Reginald Barker - 1915



William S. Hart ...
'Silent' Texas Smith
Rhea Mitchell ...
Belle Shields
Robert Edeson ...
Alexander Austin, the 'Sky Pilot'
Herschel Mayall ...
'Handsome' Jack Malone


62 minutes

Texas Smith (Hart) attaque une diligence et s'en va cacher son butin dans sa cabane, en rêvant à son futur mariage avec Belle (Mitchell) la fille du saloon. Arrivé au saloon, il surprend Belle avec Austin (Edeson) un pasteur qui vient de s'installer en ville. Le "Sky pilot" convertit petit à petit Belle. Raillé par un buveur, Texas lui envoie son poing dans la figure et une grosse bagarre débute, mêlant tous les consommateurs contre Texas, seul contre tous. Le pasteur tente de calmer les esprits et finit par prendre le parti de Texas. Plus tard, celui-ci vient serrer la main d'Austin et les deux deviennent amis. Lorsque Austin finit par épouser Belle, Texas leur offre sa seule possession de valeur : sa selle.
Un jour Belle se rend dans la ville voisine, Wichitaw pour visiter l'une de ses anciennes amies. Celle-ci la convainc de la suivre dans le saloon où Handsome Jack Malone le bellâtre local tente de la forcer à danser avec lui et l'embrasse. Outrée Belle s'en revient mais ne tarde pas à recevoir une lettre d'Handsome lui annonçant son arrivée par la diligence de nuit ....

la grosse bagarre ...


Ce film est étonnamment mal noté sur IMDB. Pourtant il se dégage un je-ne-sait-quoi qui vous prend aux tripes, une espèce de nostalgie profonde et douloureuse face à la noblesse du mauvais garçon qui va revenir au crime pour aider ceux qu'il aime. En fait ce qui frappe toujours avant tout dans les personnages campés par Hart, c'est son habilité à composer un héros la plupart du temps très solitaire (et donc unique en son genre puisque obéissant à ses propres règles) à la fois simple et droit, envers et contre tout, qui ne cherche jamais à échapper à la ligne du destin qui semble lui être toute tracée.
Ce film est non dénué d'humour : la scène de la bagarre au saloon est interrompue plusieurs fois par le pasteur levant les bras au ciel, tout s'arrête quelques secondes, puis tout reprend, cela plusieurs fois de suite.  Après le combat, lorsque le pasteur et Texas se serrent la main, ils grimacent tous les deux de douleur puis sourient.

La parabole de la brebis perdue est lue par Belle.

Au final Texas se retrouve seul avec son cheval Midnight qu'il caresse doucement en lui disant tout simplement qu'ils sont tout l'un pour l'autre, FIN. Le poids de la solitude de l'homme projeté sur l'écran est immense et vous savez que vous avez croché au film parce que vous auriez souhaité une autre fin, tout en sachant que la vie est ainsi faite sans faux semblants et que devant vous se trouve un homme qui ne triche pas. Il ne vous reste qu'à soupirer !

On nous présente les acteurs au début du film de façon fort originale : les protagonistes sont introduits par leurs noms, chacun va saluer et se transformer en son personnage de scène, avec les accessoires liés à son rôle ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres