Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

lundi 28 mars 2011

Pollyanna - Paul Powell - 1920





Mary Pickford... Pollyanna Whittier
Wharton James... Reverend John Whittier
Katherine Griffith... Aunt Polly Harrington
Helen Jerome Eddy... Nancy Thing, Polly's Maid
George Berrell... Old Tom, Polly's Handyman
Howard Ralston... Jimmy Bean
William Courtleigh... John Pendleton
Herbert Prior... Dr. Tom Chilton

58 minutes
D'après une nouvelle d'Eleonor H. Porter, adaptation Frances Marion

Dans les monts Ozark, le révérend Whittier décède en laissant seule sa fille Pollyanna, une enfant courageuse qui voit toujours le bon côté des choses. Celle-ci est aussitôt recueillie par sa tante Polly, une vieille fille pour laquelle le mot "devoir" est sacré et qui n'est pas franchement un modèle de tendresse. Pollyanna découvre son nouvel environnement et fait la connaissance d'un jeune orphelin, Jimmy Bean et d'un homme riche qui retrouve en elle la femme qu'il aimait dans sa jeunesse, la propre mère de Pollyanna. Grâce à son célèbre jeu du contentement, Pollyanna va apporter du soleil et donner des raisons de vivre à bien des habitants de la petite ville, jusqu'au jour où elle se fait renverser par un chauffard en essayant de sauver une petite fille au milieu de la route...



 La "sauce" ne prend pas très bien dans ce film qui reste assez superficiel. Peut-être est-ce dû au fait que Frances Marion ait trouvé l'histoire écœurante et que Mary Pickford ne l'ait pas apprécié non plus.  En tout cas Mme Porter assure qu'elle n'a jamais voulu que son héroïne ait l'air d'être contente de tout sans discernement. Étonnamment, bien que très sirupeux, le remake de 1960 à la sauce Walt Disney passe beaucoup mieux en tout cas.
Honnêtement ce film ne casse rien et Mary Pickford s'acquitte de sa tâche sans beaucoup de conviction. 

Une ou deux trouvailles visuelles toutefois : par exemple les petits diables qui sortent du gâteau et qui indisposent l'estomac de tante Polly, ou la vision de Jimmy et Pollyanna qui se voient entourés de leurs enfants dans le futur tramway que Jimmy se voit conduire ...

Précédemment le cette nouvelle avait été produite et jouée à Broadway avec Helen Hayes en 1916. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres