Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 28 avril 2011

Feel my Pulse - Gregory LaCava - 1928



Bebe Daniels ...
Barbara Manning
Richard Arlen ...
Her Problem
William Powell ...
Her Nemesis
Melbourne MacDowell ...
Her Uncle Wilberforce
George Irving ...
Her Uncle Edgar
Charles Sellon ...
Her Sanitarium's Caretaker
Heinie Conklin ...
Her Patient


63 minutes
Titre français : Tais-toi mon coeur 

L'héritière Manning doit éviter tout microbe. A 21 ans, Barbara (Daniels) est devenue une jeune fille couvée par trois infirmières, son oncle la suit de près, lui demandant régulièrement si son cœur bat toujours. Le jour de son anniversaire, son oncle du Texas débarque et comprend que tout cela n'est que fadaise. Il organise le départ de sa nièce au Texas, mais celle-ci craint pour sa santé et décide plutôt de rejoindre un sanatorium qui appartient à la famille et qui se trouve sur une île à 30 miles de la côte mais qui est en fait le repère de contrebandiers qui y font transiter des tonneaux d'alcool sous le couvert d'une clinique. Aucun patient ni médecin ne s'y trouvent.
Arrivée dans une petite ville portuaire en train, elle interpelle un jeune homme (Arlen) en le prenant pour un chauffeur de taxi. Arrivée sur l'île après un trajet en voiture qui l'a secouée, un voyage en bateau qui l'a rendue malade et une marche à pieds pour se rendre dans le sanatorium qui l'a faite passer dans toute l'île afin de donner le temps aux complices de faire en sorte que le sana ressemble à une clinique, elle est installée dans sa chambre ...



Trop drôle ! Bebe Daniels est charmante dans le rôle de l'hypocondriaque qui prend bien soin de sa santé. Bien élevée, elle parle avec des mots choisis, ce qui donne lui à de nombreux quiproquos, les bandits ne comprenant rien à ses paroles et ramenant tout à l'alcool ... 
Richard Arlen a un look à la Indiana Jones : d'abord plutôt rustre, il est interloqué par Barbara et son stéthoscope qu'elle utilise pour s'ausculter elle-même régulièrement (les bandits se demandent au départ quelle fréquence elle capte avec sa drôle d'antenne ..). Celle-ci, fort aimable, tente de soigner tous les pseudos patients qui essaient d'esquiver ses remèdes ..
William Powell est hilarant dans le rôle du pseudo docteur, qui raconte n'importe quoi puis qui tente d'abuser de la pauvre innocente enfant.
Le tout finit dans une bagarre monumentale durant laquelle Barbara montrera une santé hors du commun !

Grapevine, image bonne, quelquefois un peu sombre. Accompagnement au piano bien choisi.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres