Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

samedi 16 avril 2011

Secrets - Frank Borzage - 1933


Mary Pickford ...
Mary Carlton / Mary Marlow
Leslie Howard ...
John Carlton
C. Aubrey Smith ...
Mr. William Marlowe
Blanche Friderici ...
Mrs. Martha Marlowe (as Blanche Frederici)
Doris Lloyd ...
Susan Channing
Herbert Evans ...
Lord Hurley
Ned Sparks ...
Sunshine
Allan Sears ...
Jake Houser
Mona Maris ...
Senora Lolita Martinez
Huntley Gordon ...
William Carlton as an Adult
Ethel Clayton ...
Audrey Carlton as an Adult
Bessie Barriscale ...
Susan Carlton as an Adult


90 minutes
Scénario : Frances Marion (remake d'une version muette de 1924)

Mary Marlow (Pickford) appartient à la bonne société et son père (Aubrey Smith), un armateur banquier, souhaite la voir épouser un Lord anglais. Mais Mary a fait la connaissance de John (Howard), un clerc de son père et en est tombée amoureuse. Aussitôt son père saque son employé en lui promettant qu'il ne trouvera jamais plus de travail dans la région;  John n'a donc d'autre choix que de partir pour la Californie. Le soir d'un bal arrangé où les fiançailles de Mary avec le Lord sont subitement annoncées, Mary feint de se trouver mal et remonte dans sa chambre. John rejoint Mary à l'aide d'une échelle et Mary décide de s'enfuir avec lui en Californie : c'est le début d'un long voyage en direction de la terre promise. Malgré les embuches, ils finissent par s'installer et élèvent du bétail. Mais les soucis continuent : des voleurs sévissent dans les parages, et leur fils est bien malade ....



C'est une saga familiale (en trois époques, de styles différents et en mode concentré), qui porte sur une cinquantaine d'années. Un film charmant et original. 
On débute par la cour faite à Mary par John en grand bi, le déshabillage de Mary par John qui enlève les jupons par couches, la fuite des deux amants sur le grand bi (avec les jupes !), le mariage symbolique et la longue marche avec les chariots jusqu'en Californie - filmée de manière particulièrement réaliste et où l'on voit les embuches de la piste, entre les chemins caillouteux, la boue, les orages, etc.- les gros plans sur les jambes des chevaux, des hommes, les roues des chariots etc sont très réussis et vous font comprendre parfaitement toutes les difficultés du parcours.
La deuxième partie nous montre l'installation du jeune couple et leur fils dans une région hostile et s'apparente plus à un western et la troisième partie nous entraîne assez rapidement dans la reconnaissance sociale de John maintenant gouverneur de Californie en poste à Washington et les difficultés du couple sur la durée.
Le tout termine dans une charmante pirouette où l'on voit le couple, maintenant âgé, s'enfermer dans une pièce alors que leurs enfants (adultes) tentent de les convaincre de ne pas partir pour la Californie. Finalement Mary leur annonce qu'ils les aiment tous mais que maintenant ils aimeraient se retrouver en couple, comme avant qu'ils arrivent, et cesser de parler d'eux pour enfin se consacrer à eux-mêmes. Elle ajoute qu'ils ont des secrets, qu'ils ne tiennent pas à partager avec leurs enfants. Des joies secrètes, des soucis secrets, des secrets charmants et d'autres terribles ... qui appartiennent à eux seuls !
Une belle fin idéaliste, qui prend le cœur en compte et qui nous fait penser qu'il ne faut finalement pas grand'chose, sinon une seule chose, pour faire durer un couple : l'amour avec une bonne dose de grandeur d'esprit !

A cette époque Mary Pickford avait bien de la peine avec la transition au parlant. Ses deux films précédents avaient été mal accueillis par le public, elle traversait une crise matrimoniale avec Douglas Fairbanks. 
Les critiques de l'époque étaient bonnes mais malheureusement ce film n'obtint pas le succès escompté, peut être est-ce dû au décret anti-dépression prononcé par le Président Roosevelt  en ces temps difficiles de l'époque ?






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres