Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 5 juillet 2011

Annie Laurie - John S. Robertson - 1927




Lillian Gish ...
Annie Laurie
Norman Kerry ...
Ian Macdonald
Creighton Hale ...
Donald
Joseph Striker ...
Alastair
Hobart Bosworth ...
The MacDonald Chieftain
Patricia Avery ...
Enid
Russell Simpson ...
Sandy
Brandon Hurst ...
The Campbell Chieftain
David Torrence ...
Sir Robert Laurie
Frank Currier ...
Cameron of Lochiel

Titre français : Le signal de feu
90 minutes
Partiellement coloré

En Ecosse, au milieu du 18e siècle, le clan des MacDonald et des Campbell perpétuent une vieille inimité. Un soir, après que Ian McDonald (Kerry) du clan du même nom ait allumé le signal, un cadavre est apporté à Glencoe avec un petit mot de Campbell indiquant que ce maraudeur a été surpris sur les terres des Campbell qui désormais les attendront au contour ... Plus tard, pour tenter de pacifier la région, Sir Robert Laurie et sa fille Annie (Gish) se rendent chez les Campbell où Annie retrouve sa grande amie Enid (Avery) et le frère de celle-ci, Donald (Hale) qu'Enid aimerait voir épouser Annie. Le soir, alors que Donald compose des odes à la beauté d'Annie et que celle-ci lit son avenir dans un verre d'eau et dans le reflet d'un Loch, les McDonald approchent et enlèvent Enid qui s'amourache d'un McDonald en étant bannie du clan. 
Annie brave les conventions pour rendre visite à sa vieille amie Enid et est emmenée par Ian : elle prend conscience de son amour grandissant pour lui. 
Pendant un rassemblement où les clans s'affrontent dans des joutes sportives, porter et lancer de troncs, etc. Annie, séduite, danse avec Ian sous le regard jaloux de Donald qui les observe. Ian tente d'enlever Annie mais celle-ci n'est pas sûre de vouloir le suivre. C'est alors qu'arrive Donald et sa bande à la rescousse : ils punissent méchamment Ian à coups de trique dans le dos ce qui pousse Annie à le poursuivre mais Ian la repousse en lui disant sèchement "qu'il voulait l'amour d'une femme et non la pitié d'une lâche". 
Alors que Ian et sa troupe se préparent à attaquer les Campbell dans la neige, Annie et son père se rendent à Glencoe pour tenter de raisonner Ian et Annie lui prouve son amour en lui signalant que le roi est prêt à lui rendre ses terres et le château volé si les McDonald signent le traité de paix. Les McDonald acceptent et accueillent les Campbell, menés par Donald, venus demander asile pour la nuit, mais ceux-ci ne voient pas d'un bon oeil la paix et ont d'autres projets ....



Mouais, je n'ai pas vraiment croché sur ce film : Lilian Gish joue trop à la poupée qui écarquille les yeux à tous propos, et Norman Kerry incarne une brute, certes sympathique, un peu trop rustique à mon goût. Creighton Hale n'est pas épargné dans le rôle de Donald où il se montre encore plus efféminé que jamais. Par contre Patricia Avery rend crédible le personnage d'Enid, ainsi que les autres protagonistes. La réalisation est pourtant bien conçue par John S. Robertson, les décors et les vêtements excellents, les figurants bien choisis et assurant la trame de fond de manière adéquate, mais voilà, le temps m'a paru long ...














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres