Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

lundi 15 août 2011

Nurse Marjorie - William Desmond Taylor - 1920



Mary Miles Minter ...
Lady Marjorie Killonan
Arthur Hoyt ...
Anthony, Duke of Donegal
Vera Lewis ...
Duchess of Donegal
Frank Leigh ...
Lord Douglas Fitztrevor
Clyde Fillmore ...
John Danbury
Frankie Lee ...
Dick Allen
George Periolat ...
Andrew Danbury
Mollie McConnell ...
Mrs. Danbury

88 minutes

La jolie et charmante Marjorie Killonan (Miles Minter) est la fille du Duc et de la Duchesse de Donegal. Le père (Hoyt) est irlandais et sa mère (Lewis) anglaise. Comme toute fille d'irlandais qui se respecte, Marjorie n'en fait qu'à sa tête, au grand désespoir de sa mère, une femme qui aimerait la voir se comporter comme son rang l'impose. Marjorie travaille comme nurse dans un hopital composé de patients plutôt fortunés, tel John Danbury (Fillmore) un leader travailliste proche du peuple dont le surnom est people's John venu subir une opération d'un strabisme. Avant d'être endormi, John découvre celle qu'il croit être son infirmière attitrée, une nurse d'aspect revêche et terrible. A peine l'opération terminée, les yeux toujours bandés, il ne peut imaginer être touché par la pauvre femme et ignore que c'est nurse Marjorie qui est chargée de lui apporter les soins. Celle-ci s'occupe en outre de l'occupant de la chambre 19, un petit garçon orphelin fortuné auquel elle voue une affection sincère.
John annonce à son père vouloir sortir au plus vite de l’hôpital pour échapper aux mains de sa terrible nurse, et le père, à la vue de Marjorie, pense bien sûr que son fils a perdu la raison durant l’opération. Lorsque John se rend compte de sa méprise, il tombe irrémédiablement amoureux de Marjorie qui semble beaucoup trop s'occuper du patient de la chambre 19 ...



Les situations sont cocasses, Marjorie souhaitant donner une leçon de morale à John et tester son amour. La lutte des classes est bien sûr le noyau de l'histoire, mais aussi l'amour que l'on croit toujours aveugle. De nombreuses scènes de rue vous projettent tout droit dans le temps, les scènes tournées dans la poissonnerie sont très drôles, et la pauvre horrible nurse à moustache est probablement interprétée par un homme !
Mary Miles Minter est effectivement charmante et fort jolie. Pas étonnant qu'elle ait obtenu beaucoup de succès à l'époque.

Il est amusant ce film, le seul visible de nos jours résultant de la collaboration entre Mary Miles Minter et le réalisateur William Desmond Taylor. Mary Miles Minter était l'équivalent en popularité de Mary Pickford qui l'avait recommandée à la production lorsqu'elle les quitta pour fonder sa propre compagnie.
Il semble que William Desmond Taylor ait été mystérieusement assassiné le 1er février 1922 (le crime n'a jamais été élucidé) : Mary Miles Minter ne s'en est jamais remise et a quitté les studios dès cette nouvelle.
On trouve le film chez Grapevine.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres