Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 27 juin 2013

Anders als die Andern - Richard Oswald - 1919




Conrad Veidt ...
Paul Körner
Leo Connard ...
Körner's Father
Ilse von Tasso-Lind ...
Körner's Sister
Alexandra Willegh ...
Körner's Mother
Ernst Pittschau ...
Brother-in-Law
Fritz Schulz ...
Kurt Sivers
Wilhelm Diegelmann ...
Sivers' Father
Clementine Plessner ...
Sivers' Mother
Anita Berber ...
Else Sivers
Reinhold Schünzel ...
Franz Bollek
Helga Molander ...
Mrs. Hellborn
Magnus Hirschfeld ...
Arzt
Karl Giese ...
Paul Körner als Schüler

60 minutes

Titre anglais : Different from the Others
Titre français : Différent des autres

Restauration partielle Filmmuseum Munich, grâce à une copie retrouvée au Gosfilmfond de la cinémathèque d'Etat russe.


Paul Körner est un célèbre violoniste. Kurt Sivers, l'un de ses plus assidus admirateurs ne rate aucun de ses concerts. Un jour il se rend chez Körner qu'il prie de l'accepter comme élève.  Paul accepte et l'élève fait de grand progrès et bientôt les deux hommes développent un plus tendre sentiment l'un envers l'autre.

Un jour, alors que tous deux se promènent dans un parc public, ils croisent Franz Bollek qui très vite voit là un moyen de s'enrichir en faisant chanter Körner qui cache la situation à Kurt. Il paie jusqu'au jour où il en a assez et envoie une note à Franz l'adjurant de cesser de l'importuner.

Le soir du premier concert de Kurt, Franz se rend chez Paul et cambriole l'appartement. Il est surpris par Kurt que Paul défend aussitôt. Les deux hommes se battent violemment et Franz fait prendre conscience à Kurt de la situation qu'ils vivent.
Kurt comprend donc, après que Franz lui ait fait remarquer qu'il sera bientôt payé, son homosexualité et s'enfuit. Caché il ne donne aucune nouvelle à sa famille et joue du violon dans des cafés mais il ne tarde pas à se faire virer lorsque la fille du patron tente de l'embrasser, faute d'avoir pu lui plaire.

Paul Körner tente de se faire soigner par l'hypnose puis se tourne finalement vers un sexologue qui lui explique qu'il est juste différent et que la nature est ainsi faite.
Par petite touche on revoit sa jeunesse puis sa rencontre avec Franz Bollek dans un lieu de rencontre pour hommes. Franz appâte Paul qui l'emène à la maison mais lorsqu'il tente de se rapprocher, Franz le fait chanter aussitôt en le menacant de le dénoncer ....
La rencontre entre Franz et Paul

On ne peut que compatir devant la stigmatisation vécue par les deux hommes qui représentent une lignée d'hommes persécutés avant eux par la faute en particulier de l'article 175 du code pénal allemand qui considère que l'homosexualité est contre nature.
Plusieurs milliers d'hommes auraient été condamnés à des peines allant jusqu'à 5 ans de prison. Décrétée en 1871 avec la création d'une nation allemande moderne, cette loi contre le vice contre nature entre hommes a été durcie sous le règne des nazis puis allégée en Allemagne de l'Est et de l'Ouest avant d'être complétement abrogée en 1994.

22.03.2017 : bonne nouvelle, L'Allemagne a ouvert la voie mercredi à la réhabilitation et l'indemnisation de quelque 50'000 hommes condamnés pour homosexualité. Ces condamnations se basaient sur un texte nazi resté en vigueur longtemps après la Deuxième guerre mondiale.

Cette loi a été combattue dès 1897 par le mouvement d'émancipation homosexuel allemand, le premier du monde. Son meneur, le Dr Magnus Hirschfeld (1868 - 1935) soutenait que les homosexuels constituaient un troisième sexe, une minorité injustement discriminée.
Hirschfeld soutenait que l'article 175 était plus utile au crime et à l'extorsion qu'à la prévention du "crime" d'homosexualité car pour un homosexuel poursuivi par la loi, cent étaient victimes de maitres chanteurs.

Durant la 1ère guerre mondiale le réalisateur Richard Oswald (1880-1963) débuta une collaboration avec Hirschfeld et d'autres sexologues pour produire une série de films visant à éduquer les foules. Ces films traitaient des maladies vénériennes, de la prostitution, de l'avortement, etc, et tous ces sujets étaient développés à partir d'histoires qui incluaient les conseils d'un sage physicien.

Ce film, le tout premier qui traite explicitement l'homosexualité, fait partie de ces films tournés après la guerre alors qu'il n'y avait pas de censure en Allemagne. En moins d'un an les studios allemands ont sorti près de 150 films sur le thème du sexe. Beaucoup de ces films étaient choquants et exploitaient cette mode mais obtenaient aussi quelquefois du succès. Ils provoquèrent des protestations qui menèrent à la réintroduction de la censure. Au centre de la controverse se trouve ce film qui a été interdit et qui ne survit de nos jours que de manière tronquée.

Servi par de bons (et beaux !) acteurs,  le film interpelle et appelle à la tolérance.


Karl Giese (Paul jeune)


Franz Bollek

Paul et Kurt




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres