Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 1 août 2013

The Great Divide - Reginald Barker - 1925




Alice Terry... Ruth Jordan
Conway Tearle... Stephen Ghent

Wallace Beery... Dutch
Huntley Gordon... Philip Jordan (as Huntly Gordon)
Allan Forrest... Dr. Winthrop Newbury
George Cooper... Shorty

Zasu Pitts... Polly Jordan
William Orlamond... Lon

80 minutes

D'après une pièce de William Vaughn Moody adaptée en roman "Photoplay" par James J. Tynan

The film is supposed to be lost, this post is summarized after the book!

Dans ma série, "Cet été je fais mon cinéma", voici le deuxième (et probablement dernier) opus après The Rustle of The Silk. En effet il est difficile de trouver des versions "photoplay" à des prix avantageux (c'est-à-dire quelques dollars car les frais d'envoi sont plutôt onéreux !)

Par chance j'ai trouvé cette version pour trois fois rien. Et par hasard nous retrouvons Conway Tearle dont la partenaire est cette fois-ci Alice Terry. Wallace Beery et Zasu Pitts ont des seconds rôles.
L'avantage du livre c'est que ça dure plus longtemps qu'un film. Avec une bonne dose d'imagination on se fait donc plaisir encore plus longtemps !


************

Ruth Jordan, son frère Philippe et sa belle soeur Polly quittent la ville fondée par leur ancêtre,  Milford Corners, en laissant derrière eux leur mère un beau dimanche alors que toute la petite communauté se demande ce qui a pu empêcher la famille de se rendre au culte. Tous trois s'en vont en Arizona où ils comptent exploiter un ranch de cactus dont les fibres semblent avoir un bel avenir devant elles. Le ranch a été acheté grâce à l'ami d'enfance de Ruth, Win, maintenant docteur dans une mine non loin de Mesa Grande.
Ruth est une jeune femme énergique qui est ravie de quitter l'endroit qui l'a vue naitre dans lequel elle se sent étouffée. Philippe y va car la fortune familiale n'est pas au beau fixe. Quant à sa femme Polly elle suit par obligation bien que le ranch en question lui paraisse plutôt attractif sur une photo.
Après un long voyage en train tous trois arrivent à la petite gare de Red Mesa où les attendent leur guide et Win. Il leur faudra deux jours à cheval pour atteindre le ranch qui est plutôt délabré, deux jours à subir les geignements de Polly qui n'apprécie pas du tout le voyage. Ruth se sent déjà chez elle dans le désert.


Après quelques semaines de dur labeur l'avenir semble promis aux meilleurs auspices. Les cactus fleurissent et leur beauté ne cesse de ravir Ruth mais désole Polly qui ne supporte pas cet endroit éloigné de toute vie communautaire. Comme l'a promis Philippe depuis son arrivée, Polly pourra repartir à Milford Corners très bientôt. Le jour dit les malles de la jeune femme sont prêtes mais tout le personnel du ranch est parti faire la fête à Mesa Grande. A son grand désespoir Philippe est sur le point d'annuler son voyage mais comme elle verse de chaudes larmes, Ruth assure son frère qu'elle peut très bien rester toute seule au ranch, d'autant plus que son vieil ami d'enfance est justement de passage et qu'il resterait très volontiers seul en sa compagnie. Mais il se trouve qu'un jeune garçon ne tarde pas à faire son apparition pour chercher le docteur car son père vient d'avoir un accident et a besoin du médecin d'urgence.
A son grand plaisir Ruth reste donc seule au ranch où elle passe la soirée à admirer le coucher de soleil et la lune qui pointe son nez en rêvassant à l'homme de ses rêves, qui n'est pas le pauvre Win, malgré l'empressement du jeune homme.

Non loin de là dans les montagnes dans une mine d'or qui rapporte assez pour faire vivre trois hommes avec des moyens rudimentaires, deux hommes, Burt et Lon, se demandent ce qui retient leur patron parti depuis près de trois semaines, un certain Stephen Ghent qui disparait régulièrement très mystérieusement plusieurs semaines d'affilée. Lon sait que Stephen s’enivre et qu'il travaillera d'arrache pieds à son retour. Les deux hommes ne connaissent pas le passé ni les raisons qui le poussent à s'encanailler de la sorte. Stephen a recueilli Lon alors blessé et l'a soigné, il a offert un repas à Burt, du coup les deux employés n'ont pas de raison de se plaindre de leurs conditions de travail ou du boss.


Pendant ce temps Stephen est attablé à Mesa Grande avec deux vauriens, Dutch et Shorty, avec lesquels il fait ses virées destructrices. Pour trouver ses deux comparses nul besoin de chercher longtemps, il suffit de faire les cantinas de la région ... Après s'être copieusement imbibés d'alcool les trois hommes courtisent et s'en prennent à une senorita : cela n'est pas au goût des mexicains et autres buveurs qui les chassent sans façon. Poursuivis, ils s'enfuient au grand galop. Après une longue chevauchée ils croisent un homme qui semble être un médecin et un jeune garçon qui ont l'air bien pressé. Stephen commence à se lasser de Dutch et Shorty...
Encore plus loin ils arrivent à un ranch. Lorsqu'ils jettent un oeil à l'intérieur ils aperçoivent une jeune femme belle comme le jour. Stephen ressent au fond de lui-même comme un choc devant cette scène qu'il semble avoir déjà vécue, ou déjà lue, comme si tout à coup il se trouvait devant la matérialisation de quelque chose qu'il avait inconsciemment cherché depuis toujours.

Ignorant être observée par la fenêtre, Ruth se déshabille, coiffe se beaux cheveux dorés et se met au lit. C'est avec horreur qu'elle aperçoit Dutch qui susurre des mots sensés l'apaiser et la rendre plus coopérative. Au bord de la nausée Ruth essaie d'échapper aux gros bras poilus de Dutch tandis que Shorty jappe non loin qu'il veut sa part. Steven interdit hésite en observant la scène et les yeux pleins de concupiscence des deux ivrognes. Lui-même vit dans un espèce de brouillard du à ses dernières semaines de beuverie. Soudain Ruth accourt vers lui et implore son aide. Il en reste complétement abasourdi, d'autant plus qu'elle lui promet de lui appartenir s'il la sauve. Incrédule Stephen lui demande de répéter. Ruth qui a vu dans ses yeux une lueur différente de celle des deux rustres qui tentent de la saisir, confirme qu'elle fera tout ce qu'il veut d'elle. Les autres veulent la jouer aux dés.


Stephen feinte et essaie de la monnayer. Il sort de l'argent que Dutch et Shorty refusent mais les pépites intéressent finalement Shorty. Comprenant qu'il n'y a plus d'autre choix que de combattre Dutch, Steve fait promettre à Shorty d'emmener le futur blessé à Mesa Grande en gardant le secret sur ce qui s'est passé. Shorty promet. Peu de temps après des coups de feu éclatent dehors.




Des grattements à la porte et seul Dutch revient sous les yeux horrifiés de Ruth. Il s'effondre finalement sans comprendre ce qui lui est arrivé et comme promis Shorty l'emmène pour le soigner à Mesa Grande.



Resté seul avec Ruth, Stephen lui donne l'occasion de se saisir d'un revolver mais Ruth ne peut se résoudre à lui tirer dessus. De même elle hésite à se tirer une balle dans la tête mais son envie de vivre est plus forte.
Elle se rend compte qu'il est blessé à l'avant bras et le panse puis l'implore de la laisser et de quitter la maison, arguant qu'ils seraient maudits tous les deux et que jamais ils ne pourront vivre comme il le souhaite. Steve hésite longuement malgré la promesse que Ruth respectera son engagement, comme son éducation lui l'a appris.


Stephen l’emmène à San Jacinto où il trouve un juge prêt à les marier. La cérémonie est particulièrement minable et Ruth croit vivre un cauchemar. Un des témoins leur lance du riz à leur départ.
Après une longue chevauchée dans les montagnes Stephen propose enfin un pause. Il prépare un feu et monte la tente. En déchargeant la mule, il pousse involontairement un cri de douleur lorsque l'un des chargement heurte son bras blessé. Ruth vient à sa rescousse mais elle ne peut s'empêcher de penser à ce que lui réserve la nuit. Elle observe du haut des montagnes la rivière en bas sans se douter que Steve la surveille du coin de l'oeil, craignant qu'elle se jette en bas des rochers. Ruth, tout à ses craintes ne voit pas les yeux pleins de tendresse de l'homme qui l'a enlevée. Stephen de son côté est à la fois honteux et heureux, il ne sait que faire, la ramener chez elle ou continuer pour le meilleur ou pour le pire, comme l'a dit le juge ?
Lorsqu'enfin elle n'a plus le choix elle pénètre dans la tente anxieusement. Guettant le pan de la tente elle finit par voir que Steve s'est endormi à côté du feu. Soulagée et épuisée après toutes ces émotions Ruth tombe dans un sommeil de plomb.

Le lendemain matin elle surprend Stephen en train de préparer des pancakes avec habileté, le café est déjà prêt et il semble d'excellente humeur. Tous deux déjeunent face à face. Après un moment elle lui demande de la ramener chez elle mais il refuse car pour lui ils sont mariés.
Chacun s'enferme dans ses pensées et voit les choses de son côté, lui empli d'amour ne comprend pas que la femme qui lui fait face aimerait le quitter et elle oublieuse de ce qu'il l'a sauvée et surtout emplie de honte à l'idée d'avoir été quelque part marchandée.

Le soir venu Ruth s'enferme dans sa tente plutôt confiante que la nuit se déroulera comme la précédente mais à sa grande horreur Stephen l'y rejoint et s'emploie à lui démontrer, avec une certaine douceur toutefois, qu'ils sont maintenant mari et femme.

Pendant ce temps Win revient à la hacienda et découvre que la porte a été forcée, il blêmit à la lecture du mot laissé par Ruth. Philippe l'y rejoint et les deux hommes mettent en place les recherches. Ils se rendent à Mesa Grande à 50 kilomètres de là pour commencer ...

De son côté le lendemain Ruth est emmenée à la mine de Ghent où elle fait la connaissance de Lon et de Bert qui se font un plaisir de lui rendre service. Un filon est découvert et Stephen se rend en ville pour organiser l'exploitation de sa mine à l'aide de machines. Il devient riche très rapidement, fait dessiner les plans de leur future maison pour sa femme et lui achète quelques bijoux dans l'espoir de la dérider. Or Ruth se sent profondément salie et l'idée une fois de plus lui vient d'être marchandée pour un montant toujours plus élevé. Elle refuse donc les bijoux d'un Stephen plus que jamais dérouté par ses réactions.
Au loin apparaissent deux cavaliers qui ne sont autres que Win et Philippe qui suivent la trace du couple après être passés à San Jacinto où le mariage a été enregistré.
A la grande surprise de Stephen, Ruth fait semblant d'être heureuse en mariage. Win et lui sympathisent alors que Philippe se montre dubitatif. Après qu'il ait relevé que la porte d'entrée a été enfoncée Ruth lui dit que Ghent est venu à sa rescousse lors d'une attaque de maraudeurs. Les deux hommes repartent donc plutôt rassurés. Cependant Stephen demande des explications à Ruth qui jette les bijoux qu'elle venait de porter pour donner l'illusion d'être heureuse en couple. Ruth explique qu'elle a honte et qu'elle ne tenait pas à ce que son frère et son meilleur ami apprennent la façon dont elle a été traitée. Philippe a tout entendu car il est revenu sur ses pas. Stephen donne le choix à Ruth de rester ou de partir avec son frère. Ruth, hésite bien un peu car elle serait restée si elle n'avait pas eu le choix, mais ne résiste pas plus longtemps et retourne auprès des siens.
Ghent est anéanti et pleure tout son soûl. Les mois passent, il s'occupe avec sa mine et envoie son vieil ami Lon voir Ruth qui refuse de le recevoir, de même qu'elle refuse l'argent que son mari lui envoie. Elle travaille comme une forcenée et tisse des couvertures indiennes qui lui abiment ses mains et ruinent sa santé.
Alarmé Stephen décide de venir la retrouver. Un soir d'orage il apparait dans la porte et lui demande les raisons de ce travail forcé. Il lui assure que la mine qui rapporte tant lui appartient autant qu'à lui mais Ruth lui rit au nez hystériquement, "d'abord c'était un collier de pépites, ensuite une maison, et maintenant une mine, ... mon prix a encore augmenté !". Il argumente bien que c'était le seul moyen d'éloigner les deux vauriens. Elle se sent haineuse et dégoutée et lui humilié et honteux. Elle finit par sortir le collier de pépites de sa robe et lui explique qu'elle a travaillé pour récupéré le collier, symbole de son esclavage et le lui rend. Alors qu'il refuse de le reprendre elle le supplie de l'accepter "si ce n'est pas pour son salut, alors pour celui dont la vie va débuter". Ce qui ravive en un clin d'oeil l'espoir de Ghent qui lui déclare alors qu'il est désormais impossible de les séparer maintenant puisque même la nature toute puissante lui confirme ainsi qu'elle est sienne.
Au bord de l'hystérie Ruth finit par tomber inanimée, Polly apparait et après que Stephen se soit présenté lui indique où amener sa femme qu'il porte dans sa chambre et qu'il couche tendrement. Polly soupçonne que le moment est venu pour elle de mettre au monde son enfant et comme Philip arrive elle l'envoie chercher Win. Or il se trouve que dehors l'orage gronde et la pluie tombe à verse ce qui rend le petit pont impraticable à franchir car il est à moitié immergé par le torrent gonflé d'eau. Stephen décide de tenter le tout pour le tout et enfourche son cheval pour galoper à bride abattue en suivant les instructions de Polly chercher Win. Après maintes tentatives il passe le pont.
Win n'hésite pas une seconde et bondit sur sa monture, les deux hommes repartent par un autre chemin malgré les rafales de pluie et la crue de la rivière North Folk. Alors qu'ils la traversent tant bien que mal, le cheval de Win trébuche et Win tombe. Ghent le soulève littéralement de l'eau pour le déposer sur son propre cheval et le prie de sauver sa femme avant d'essayer de grimper le long de la berge et d'être emporter par une vague d'eau.
Il reprend connaissance une semaine plus tard. Lon l'a retrouvé assommé, une plaie sur la tête, le long de la rivière et Win est venu le soigner. Le jeune docteur le supplie de venir voir sa femme qui l'a appelé durant l'accouchement. Son fils est né et dans 5 jours il devrait être remis de son accident. Stephen comprend que Win est lui aussi follement amoureux de Ruth et éprouve une grande admiration pour lui. Win lui demande à acheter son cheval que Ghent lui offre de tout son coeur.

Cinq jours plus tard, Philip, Win et Polly tentent de faire entendre raison à Ruth qui refuse toujours de revoir son mari. Win va le chercher derrière la porte et chacun s'efforce de la convaincre. Finalement Ruth avoue la triste vérité, le comportement de bête de son mari : Philip prend alors son fusil et tire sur Stephen qu'il manque et qui souhaiterait être mort. Ruth calme Philip, Win essaie de convaincre Ruth que son mari l'aime sincèrement. Tous finissent par se retirer discrètement. Ruth est honteuse d'avoir parlé et Stephen se dirige maintenant vers la porte d'entrée lorsqu'il entend un petit cri de bébé. Il lui parle de loin d'une voix brisée par l'émotion puis se retourne vers Ruth à laquelle il avoue qu'il y a une seule chose qu'elle ne pourra jamais lui reprendre c'est le fait d'être devenu un nouvel homme.


 

Il cite ensuite un sermon entendu au sujet d'une deuxième chance et termine en disant que bien sûr il a mal agit mais globalement il a ressenti de la joie pure de nombreuse fois. D'ailleurs la première fois que leurs yeux se sont rencontrés tout le mal a été balayé, laissant seulement la rencontre, joie pure suffisante pour tous deux, et qu'un jour elle le comprendra.




Elle finit par le retenir alors qu'il se dirige à nouveau vers la porte, et tous deux se rendent au chevet de leur fils. The end.

*******

Un premier film est tourné en 1915. Pour une fois le roman est tiré du film, on peut donc considérer que l'action est très proche des images tournées.

Je dois avouer que je me suis laissée prendre au jeu et que j'ai pris grand plaisir à lire ce livre, une fois commencé je n'ai plus plus m'arrêter. Le fait que ce soit un "western" a été un plus bien sûr. Il se trouve aussi qu'on trouve bon nombres d'illustrations de l'action ce qui fait que du coup on peut vraiment créer son propre film intérieur.

Après un début un peu longuet à se mettre en place on ne peut que suivre avec intérêt l'histoire de Ruth et Stephen. Les chapitres sont assez courts mais plutôt percutants. On sent le découpage du film.

Bien sûr on se doute que Stephen a un passé trouble ou douloureux, bien sûr on se demande bien pourquoi il a besoin de tout oublier en se saoulant en si mauvaise compagnie. Des femmes visiblement il en a connu beaucoup ...
Quant à Ruth c'est le prototype de la fille romantique de l'époque, travailleuse, honnête et sincère, de celles qui s'extasient devant "The Sheik" une histoire un peu similaire. Mais lorsqu'elle vivra l'aventure pour de vrai, ce sera un autre son de cloche ...
Pendant une immense partie du livre on sent qu'un fossé sépare le couple, on comprend le trouble de Stephen qui s'est montré sous un jour peu reluisant, de même qu'on comprend le trouble de la jeune femme à laquelle le destin joue un drôle de tour.
Quelque part c'est un livre qui est étonnant et très osé. Dans le fond on prend cette femme sans son accord, de l'autre elle a toujours rêvé de ne pas vivre une vie conventionnelle ... Du rustre aimant qui lui fait face on ne saura rien du passé. Quelque part il a mal tourné, on ne lui cherche pas d'excuses. Lui même finira par se sentir empli de remords. Comme dira Ruth leur rencontre aura fait sortir le meilleur de lui et le pire d'elle (très exagéré quand même du point de vue de l'émancipation de la femme de nos jours).

J'espère que ce film sera trouvé prochainement, j'aurais grand plaisir à le découvrir et confronter mon imagination avec les images !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres