Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 25 juillet 2013

Das Schiff der verlorenen Menschen - Maurice Tourneur - 1929




Marlene Dietrich ...
Ethel Marley
Fritz Kortner ...
Capt. Fernando Vela
Robin Irvine ...
William 'T.W.' Cheyne - a young American doctor
Vladimir Sokoloff ...
Grischa - the Cook (as Wladimir Sokoloff)
Gaston Modot ...
Morain - the escaped convict
Boris de Fast ...
The tattooed sailor
Feodor Chaliapin Jr. ...
Nick (as F. Schaljapin)
Max Maximilian ...
Tom Butley
Fritz Alberti ...
The captain of the luxury liner

121 minutes

Autres titres : Grisha the Cook (alternatif) et The Ship of the Lost Men

Un évadé de prison rejoint une ville où il sait trouver de l'aide pour fuir vers de nouveaux horizons. Après une certaine course il arrive de nuit dans une maison faiblement éclairée où il rencontre Vela, un capitaine de bateau en partance pour le Brésil qui le taxe chèrement pour l'emmener à bord.
A l'heure dite une multitude d'hommes qui cherchent à fuir le pays montent sur le rafiot, tous ont quelque chose à cacher.
A terre, un jeune américain William Cheyne aide un marin assommé à se remettre sur pieds. Voyant le désarrois de son copain il propose de les amener près du bateau en voiture mais comme le marin est en mauvais état il aide à le monter à bord. Le bateau met les voiles avant qu'il ait eu le temps de revenir à terre et le voilà embarqué dans un voyage de 3 mois ...

Vela force les hommes à récurer et nettoyer le bateau, et tous sont occupés. Le cuisinier Grisha sympathise avec William. Un soir il lui offre un café à l'eau de mer et durant la veillée ils aperçoivent un avion qui s'est écrasé en mer. Dans le cockpit un corps est visible et William plonge et le ramène. Le barreur, le cuisinier et l'américain ne tardent pas à se rendre compte que le pilote est une jeune femme. Ils décident alors de ne pas alerter le capitaine et de cacher la demoiselle dans une cale pour la soigner. Ethyle Marley est une jeune femme fortunée qui tente de battre un record de vol au-dessus de l'Atlantique, malheureusement une panne d'huile l'en empêche.

A bord les hommes organisent la mutinerie tant Vela est un homme cruel. Ils se saisissent du capitaine qu'ils balancent sans pitié dans la mer et son second est soigneusement battu et ficelé. Morain l'évadé prend sa place, sa dureté n'a rien à envier à celle de Vela.
Les hommes font le tour du bateau dans le but de le piller et ne tardent pas à découvrir la cale où Ethyle est enfermée. La porte est enfoncée et la pauvre prend la fuite poursuivie par une meute d'horribles types. William la prend sous son aile mais la convoitise rend les hommes fous, d'ailleurs le capitaine compte bien être le premier à se servir. La cave est pillée, les hommes sont à moitié saouls et la violence s'installe, le jeu du chat et de la souris peut commencer  ....

Une violence contenue qui va crescendo dans ce film très sombre qui débute par ce fugitif qui apparait à travers de très hautes herbes, le ton est donné, la nuit est sombre, une fenêtre est allumée. Les images sont cadrées de façon minutieuse. Vladimir Sokoloff incarne Grisha, le cuisinier, un homme simple et bon dans un monde de brutes. L'américain apparait comme un heureux interlude dans sa vie confinée à la cuisine du bateau. Les deux hommes (ainsi que le barreur présent le soir du sauvetage d'Ethyle) font tout pour préserver la jeune femme, au point que Willliam lui ment en prétendant être sur un bateau de pêcheurs. Bien sûr il l'enferme pour lui éviter de se confronter aux hommes cruels qui tentent tous pour une raison ou une autre de s'évader du pays dans lequel ils se trouvaient.

Marlène Dietrich apparait encore bien jeune, son visage est encore rond ce qui lui donne un petit air de chérubin et apporte de la douceur à son visage qui s'est émacié en vieillissant.

Robin Irvine que l'on peut voir dans Easy Virtue ou dans Downhill d'Alfred Hitchcock par exemple, était le mari de Ursula Jeans. Il pris froid au cour d'un voyage aux Bermudes et contracta une pleurésie qui l'emporta à l'âge de 31 ans, après avoir tourné seulement 15 films.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres