Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 2 mars 2016

La souriante Madame Beudet - Germaine Dulac - 1923




Jeudi 29 avril, en province,derrière la façade des maisons tranquilles, des âmes, des passions ... Madame Beudet joue du piano et rêve tandis que son mari, un marchand de tissus, s'occupe du commerce qu'il tient avec son associé Lebas. 
Madame Beudet n'aime pas son mari qui ne sait comment l'intéresser. Ainsi cherche-t-il régulièrement à la faire réagir en brandissant un revolver sur sa tempe ce qui impressionne guère sa femme.
Un jour il reçoit des billets pour aller voir Faust en compagnie des Lebas. Chez les Lebas c'est Madame qui porte la culotte. Madame Beudet feint un mal de tête et reste seule à la maison, la bonne ayant demandé la permission de sortir avec son fiancé.
Madame Beudet n'en peut plus et décide de mettre une balle dans le barillet du revolver de son mari. 

Le lendemain, après une nuit agitée, Monsieur Beudet se lève et retrouve son associé en bas. Madame Beudet de son côté fait tout pour éviter son mari, sa conscience la taraude.  Elle tente bien de retirer la balle mais peine perdue, il se présente toujours quelqu'un à la porte qui l'en empêche.
Lorsque son mari pointe le revolver contre sa tempe la pauvre femme ne peut s'empêcher de crier ce qui pousse son époux à brandir le revolver dans sa direction car finalement, c'est elle qui devrait se tuer ....



Décrit comme l'un des premiers films féministes, c'est un film terrible qui décrit bien l'ennui d'une femme au sein d'un foyer petit bourgeois. La pauvre Madame Beudet ne sourit jamais à Monsieur Beudet, les simagrées de celui-ci l'ennuient au plus haut point. Plus elle se désintéresse de son mari, plus celui-ci est pénible. Perdue dans ses rêveries, elle imagine un joueur de tennis emportant au loin son époux ...

La fin montre bien que leur vie de couple est un théâtre de guignols. Tous deux resteront ensemble, les conventions sont respectées, le couple salue le curé du village. 
Grâce à de délicates incursions en surimpression, on imagine sans peine les rêves de Madame Beudet.
L'ambiance est lourde et pesante, le spectateur n'a pas de peine à sentir le ressentiment de cette femme que la simple vue de son mari exaspère.



38 minutes

Germaine Dermoz ...
Madame Beudet
Alexandre Arquillière ...
Monsieur Beudet
Jean d'Yd ...
Monsieur Labas
Yvette Grisier ...
La bonne
Madeleine Guitty ...
Madame Labas
Raoul Paoli ...
Le champion de tennis

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres