Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 18 novembre 2010

Intolerance: Love's Struggle Throughout the Ages - D. W. Griffith - 1916



Mae Marsh ...
The Dear One (Modern Story)
Robert Harron ...
The Boy (Modern Story)
F.A. Turner ...
The Girl's Father (Modern Story) (as Fred Turner)
Sam De Grasse ...
Arthur Jenkins (Modern Story)
Vera Lewis ...
Mary T. Jenkins (Modern Story)
Mary Alden ...
Self-Styled Uplifter (Modern Story)
Eleanor Washington ...
Self-Styled Uplifter (Modern Story)
Pearl Elmore ...
Self-Styled Uplifter (Modern Story)
Lucille Browne ...
Self-Styled Uplifter (Modern Story)
Julia Mackley ...
Self-Styled Uplifter (Modern Story) (as Mrs. Arthur Mackley)
Miriam Cooper ...
The Friendless One (Modern Story)
Walter Long ...
The Musketeer of the Slums (Modern Story) / Babylonian Warrior (Babylonian Story)
Tom Wilson ...
The Kindly Policeman (Modern Story)
Ralph Lewis ...
Governor (Modern Story)
Lloyd Ingraham ...
Judge of the Court (Modern Story)
 ainsi que de nombreux autres .... http://www.imdb.com/title/tt0006864/fullcredits#cast

178 minutes
L'intolérance et ses effets dévastateurs vus à travers 4 différents cas de figure historiques :
dans l'ancienne Babylone, une jeune montagnarde est prise dans des rivalités religieuses qui mènent à la chute de la ville. En Judée, des hypocrites pharisiens condamnent Jesus Christ. En 1572 à Paris, 2 jeunes huguenots s'apprêtent à se marier, sans prévoir le massacre de la Saint-Barthélemy le 24 août 1572. De nos jours (1916) des réformes sociales détruisent la vie d'une jeune femme et son mari.



C'est long, très long. Bien sûr les décors sont grandioses, le nombre de figurants inouï ... mais au risque de paraitre intolérante, c'est long ! Ce film est un colossal monument à lui tout seul, sans aucun doute. Le montage est très particulier, on saute d'une période à l'autre qui toutes convergent vers la même issue ... Le trait-d'union à toutes ces périodes est un lit d'enfant bercé par une femme, la mère éternelle, incarnée par Lillian Gish. J'avoue avoir eu de la peine à suivre au départ. Sachant la finalité de tous ces évènements, j'ai trouvé le concept beaucoup trop enrobé et lourd, ce qui est peut-être un choix délibéré mais qui ne permet pas une réflexion spontanée. Un tel déploiement de faste, de costumes, de figurants, de décors somptueux est presque contreproductif et quelque peu prétentieux. On sort de ce film assommé et sans voix.

 Ceci dit, le thème est excellent et on ne peut que constater que les temps ne changent guère, somme toute ...



 Un grand nombre d'acteurs de renom figurent dans ce film : voir IMDB
Ce film semble avoir de nombreux admirateurs. Il suffit de faire une recherche sur le WEB pour s'en convaincre !

2 commentaires:

Thierry Robin a dit…

Je fais partie de ces admirateurs.

J'ai eu la chance de le voir sur écran à la Cinematek de Bruxelles.
J'ai été saisi par la qualité et l'énergie du film.
Avec peut-être une réserve sur le segment "Jésus".
Mais la partie "Babylone" est grandiose, et la partie "contemporaine" (si l'on peut dire)possède le suspense d'un film plus récent.
Le désarroi de l’héroïne (Mae Marsh)est très touchant.

731 HOP a dit…

Du coup votre commentaire me donne envie de revoir ce film : Merci d'avoir pris le temps de partager votre opinion !

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres