Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

dimanche 8 mai 2011

After Tomorrow - Frank Borzage - 1932




Charles Farrell ...
Peter Piper
Marian Nixon ...
Sidney Taylor
Minna Gombell ...
Else Taylor
William Collier Sr. ...
Willie Taylor
Josephine Hull ...
Mrs. Piper
William Pawley ...
Malcolm Jarvis
Greta Granstedt ...
Betty
Ferdinand Munier ...
Mr. Beardsley
Nora Lane ...
Florence Blandy



79 minutes

Deux jeunes gens attendent d'avoir un petit pécule afin de se marier. Malgré les quolibets de leurs collègues, Pete (Farrell) et Sidney (Nixon) se fréquentent maintenant depuis 3 ans et affichent une patience sans faille. Tous deux épargnent soigneusement, sont travailleurs et entretiennent leurs familles en sus. Malheureusement, les deux sont pourvus de mères particulièrement égocentriques. La situation pourrait se décanter si la mère de Pete (Hull) voulait bien accepter de partager un logement avec les jeunes gens mais celle-ci refuse catégoriquement de vivre avec le couple. Le jour tant attendu semble enfin approcher lorsque Pete obtient une augmentation. Enfin les préparatifs peuvent concrètement commencer, la robe est prête, l'autel construit, la décoration en place, mais tout s'effondre lorsque la mère de Sidney s'enfuit avec le locataire, et que Willie Taylor, le mari délaissé, fait une crise cardiaque...




Ah, mon Dieu, même ma famille est mieux ! Non sans rire, les pauvres ! Frank Borzage frappe durement les femmes, ou plutôt mères pour être exacte, toutes plus ... tiens, mais comment les décrire ? Une est du genre mère qui traite son fils comme son bébé, elle va le border, lui fait boire des verres de lait, etc, bref, ne tient pas à le laisser échapper tout en étant une insupportable casse-pieds; L'autre n'aime pas son mari, ni même sa fille d'ailleurs, enfin, elle feint les maux de tête, est toujours de mauvaise humeur, puis finalement finit par s'enfuir avec un sombre type, poursuivi par la justice de surcroit ! Une vraie caricature que ce film ...
Charles Farrell est toujours séduisant : là il incarne Pete, le genre de type gentil qui tente de faire plaisir à tout le monde avec bon cœur. De même Sidney, qui aimerait tant se marier et qui, craignant que Pete lui échappe, lui fait même des propositions "malhonnêtes" ou plutôt "indécentes" pour l'époque.
Il y a quelques scènes très sensuelles, en particulier la scène où les deux se chatouillent pour se retrouver à moitié sous les couvertures au sol, décoiffés. Évidemment Mme Piper est terriblement choquée. A chaque fois que les deux amoureux s'étreignent, un intrus fait son apparition ...
Josephine Hull excelle dans ce genre de rôle de femme un peu excentrique insupportable, une vraie tête à claques dans ce film ! William Collier Sr est tout à fait crédible dans le rôle de Willie, le père de Sidney, en montrant une figure paternelle aimante mais pas très énergique.
Minna Gombell en femme ne supportant plus sa famille a des mots terribles, il m'a été difficile de savoir à quel point ils étaient sincères. Elle semble exprimer des regrets, mais ses motifs me semblent confus.

Leur chanson favorite est "All the World Will Smile Again After Tomorrow"... Après tous leurs efforts et sacrifices, vont-il enfin trouver le bonheur ?






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres