Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

lundi 18 juin 2012

Lady of the Night - Monta Bell - 1925



Norma Shearer ...
Molly Helmer / Florence Banning

Malcolm McGregor ...
David Page (as Malcolm Mac Gregor)

Dale Fuller ...
Miss Carr - Florence's Aunt

George K. Arthur ...
'Chunky' Dunn

Fred Esmelton ...
Judge Banning

Lew Harvey ...
Chris Helmer - Molly's Father

Gwen Lee ...
Molly's Friend

Betty Morrissey ...
Gertie - Molly's Other Friend (as Betty Morrisey)

64 minutes

Un policier attend sur le palier d'une maison d'habitation, un homme menotté fait ses adieux à sa femme qui tient un nouveau né entre ses bras. Le policier l'emmène et le juge Banning le condamne à passer les 20 prochaines années dans un pénitencier. Alors qu'il est embarqué dans la fourgonnette qui l'emportera purger sa peine, Chris Helmer se retourne et interpelle le juge qui parle avec sa femme et sa fille en lui disant que "Si sa fille n'aura pas de souci, mais qu'en sera-il de la sienne qui n'aura pas de père pendant toute sa jeunesse" ?

18 ans plus tard on assiste à la sortie d'un pensionnat pour jeunes filles huppé de Florence Banning (Norma Schaerer), accompagnée de sa tante et de son père, bien entourée et surtout bien protégée. D'une maison de correction sort au même moment Molly Helmer (Schaerer), la fille du condamné maintenant orpheline. Molly sort avec Chunky (Arthur) un jeune homme avec lequel elle se rend souvent danser et qui ferait n'importe quoi pour lui plaire. Un soir elle fait la connaissance de l'un de ses amis, David Page (McGregor) dont elle tombe aussitôt amoureuse. David invente un moyen de percer les coffres forts avec facilité et Molly lui conseille d'essayer de la vendre du côté des banques. C'est le succès, les banquiers sont enthousiastes menés par Banning qui leur tient lieu de conseiller lui achètent son brevet. En sortant David fait la connaissance de Florence, la fille de Banning dont il tombe très amoureux. Une romance débute entre les jeunes gens et Molly se sent terriblement triste, sous les yeux non moins tristes de Chunky qui ne désespère pas de l'épouser un jour ....


C'est l'histoire d'une jeune fille aimée par un jeune homme qui aime un autre jeune homme qui lui aime une autre jeune fille. 
L'histoire débute de façon très captivante et originale, dans des tons bleutés la caméra se rapproche d'un policeman assis qui regarde à l'intérieur d'un petit appartement par la porte ouverte. On se demande aussitôt qu'est-ce qu'il peut bien attendre et la caméra continue de glisser de son visage jusqu'à l'intérieur de la pièce où une jeune femme est alitée avec un bébé. On recule un peu pour voir qu'un homme se tient au pied du lit et qu'il regarde sa femme avec intensité. Les petits doigts du bébé tiennent les menottes qui emprisonnent les deux mains de son père. On ne saura jamais ce que cet homme a fait, mais on ne peut s'empêcher d'imaginer qu'il a été poussé à commettre un acte répréhensible par la force des choses, et non par malhonnêteté foncière. Qu'importe, le monde des deux jeunes filles est évidemment bien contrasté : l'une d'elle vit dans l’opulence et les bonnes manières et l'autre, attifée de façon beaucoup plus voyante est pauvre et vit donc dans un milieu plus défavorisé (mais non terriblement défavorisé). 
Le réalisateur pourtant ne fait pas de Molly une mauvaise femme, au contraire, il s'attache à la dépeindre comme une femme de coeur pleine d'attentions pour celui qu'elle aime. Les deux jeunes femmes aiment le même jeune homme d'un amour qui semble équivalent. Derrière ce trio il y a Chunky qui se montre d'une maladresse touchante et d'une gentillesse à toute épreuve. Son personnage ne peut que toucher, moins gâté par la nature, il attend. Le final ne lui rend pas justice en ce sens que Molly le rejoindra en disant qu'au moins ce sera amusant, ce que je trouve particulièrement triste puisque dans le fond cet amour immense que porte Chuncky à Molly est loin d'être partagé.
Norma Schaerer est une bien belle femme, les deux rôles en font deux personnes totalement différentes. Florence est gracieuse, évaporée, délicate et fine alors que Molly est un peu plus rude et assez vulgaire, ses toilettes sont voyantes mais originales. Du beau travail d'actrice et de maquilleur !

J'ai beaucoup aimé le début qui commence très fort, après le film devient beaucoup plus conventionnel et c'est un peu dommage. L'acteur qui joue le père, Lew Harvey, campe un homme brisé et cassé de manière convaincante. La tante interprétée par Dale Fuller ressemble à la caricature de la vieille fille un peu frustrée que l'on voit habituellement dans ce genre de rôle.

A noter que c'est Joan Crawford qui double Norma Schaerer dans ce film. 
TCM : Les images sont joliment teintées et la musique d'accompagnement de Jon Mirsalis soutient les images avec sensibilité.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres