Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

vendredi 15 juin 2012

Love'Em or Leave'Em - Frank Tuttle - 1926


 

Evelyn Brent ...
Mame Walsh

Lawrence Gray ...
Bill Billingsley

Louise Brooks ...
Janie Walsh

Osgood Perkins ...
Lem Woodruff

Jack Egan ...
Cartwright

Marcia Harris ...
Miss Streeter

Edward Garvey ...
Mr. Whinfer

Vera Sisson ...
Mrs. Whinfer

Joseph McClunn ...
August Whinfer

Arthur Donaldson ...
Mr. McGonigle

Elise Cavanna ...
Miss Gimple

Dorothy Mathews ...
Minnie

76 minutes

Mame (Brent) et Janie (Brooks) vivent ensemble dans la petite chambre d'une pension. Mame a fait la promesse à leur mère défunte de prendre soin de Janie mais ce n'est pas simple, la nuit Janie sort et s'amuse beaucoup pendant que Mame se fait du mouron et peine à dormir. Le matin Mame va réveiller leur voisin Bill (Gray) et tous trois travaillent dans le même magasin. Bill obtient un certain succès grâce aux talents de Mame pour la mise en scène dans l'aménagement des vitrines du magasin tandis que Janie se fait reluquer par Schwartz le directeur du département.
Janie joue son argent qu'elle place dans les mains de Lem (Perkins), un autre voisin de palier pas très honnête. Bill demande en mariage Mame mais celle-ci pense qu'ils ne sont pas encore assez fortunés pour y penser. Alors qu'elle prend quelques jours de vacances, Mame confie Janie à Bill qui succombe à son charme. Pendant son séjour hors de la ville Mame comprend qu'elle est amoureuse de Bill et revient plus tôt que prévu. Les locataires à qui elle confie son bonheur de l'épouser bientôt décident d'organiser une petite fête en leur honneur et se cachent dans la chambre de Bill. Malheureusement il revient et embrasse Janie sous le nez de Mame qui n'en croit pas ses yeux. Elle fait alors semblant d'être le genre de femme qui prend les hommes comme ils viennent et qu'elle jette après usage. 
Plus tard Janie à qui Madame Streeter avait confié la mission de récolter de l'argent pour une soirée du personnel parie 80$ sur un mauvais cheval. Quelques jours après elle table sur un bon numéro qui gagne et qui devrait lui permettre de rembourser la somme engagée. Mais il se trouve que Lem ne lui rend que les 20$ de sa mise initiale en prétendant être arrivé trop tard pour parier. Désespérée Janie fait peser les soupçons de la disparition de la somme sur sa soeur à qui Madame Streeter donne jusqu'à 23h00 le soir même pour restituer la somme sinon elle préviendra la police. Mame entreprend alors de récupérer l'argent auprès de Lem tandis que Janie danse à la soirée organisée pour le personnel ....



La morale de ce film n'est pas très claire. D'ailleurs il n'y en a pas, à vrai dire, car la jeune fille qui ne pense qu'à s'amuser, Janie alias Brooks termine en beauté puisqu'après être montée en grade en courtisant tous les hommes qui croisent à portée de son charme légendaire, elle finira même dans la Rolls Royce du propriétaire du magasin qui lui a même remis un prix au cours de la soirée ! D'ailleurs même la suspicieuse madame Streeter place Janie au-dessus de tout soupçon, ce qui est le comble.
En gros on comprend que si l'on a la chance d’être jolie, il vaut mieux en profiter et s'amuser en laissant les problèmes aux autres. C'est peut-être la raison d'un classement de ce film dans le genre comique. J'imagine surtout qu'en réalité il doit être très pénible de devoir s'occuper d'une soeur telle que Janie, ce qui me fait dire que ce film est un drame !
Il faut dire qu'il doit être difficile de résister aux charmes de Miss Brooks qui captive le regard sans difficulté. Elle ne cesse de faire des compliments bien tournés qui la rende bien sûr irrésistible. A ses côtés les autres protagonistes font presque pâles figures, pourtant Evelyn Brent montre un certain charisme habituellement. Lawrence Grey joue le rôle du sympathique jeune homme qui va tromper sans vergogne la pauvre Mame et Osgood Perkins tire son épingle du jeu dans le rôle du malhonnête Lem. La scène où Mame découvre sa soeur dans les bras de Bill est très bien conçue, on voit l'action de part et d'autre par l'embrasure de la porte à travers le regard de Mame. 
La jolie Louise Brooks porte un costume très attractif pour se rendre à la soirée dansante, tandis que le pauvre Bill porte un costume de page peu attrayant dont les bas glissent le long de ses jambes. 
Arthur Donadson dans le rôle de M. Schwartz démontre de la détermination et du caractère pour s'approcher de Janie et Mme Streeter a l'air pincé comme il se doit pour une femme nommée à une commission récompensant les employés méritants de la compagnie.

 Je ne sais pas comment définir ce film ? comédie ou drame, à vous de choisir, pour ma part j'opte pour le drame pour les raisons citées plus haut.

Après une courte recherche pour illustrer ce poste en tapant le titre de ce film, je me rends compte qu'il est difficile de trouver des photos d'Evelyn Brent, j'en conclus que Miss Brooks a capté l'attention plus que quiconque dans ce film, mais ce n'est pas une surprise !

La version de Sunrise Silents est bonne, avec accompagnement "maison" sympathique.

Un remake a été tourné sous le nom de Saturday Night Kid (La Cadette) réalisé par A. Edward Sutherland en 1929 (parlant) avec Clara Bow dans le rôle de Mayme, Jean Arthur dans celui de Janie et James Hall dans le rôle de Bill.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres