Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

vendredi 8 juin 2012

Rush Hour (The) - E. Mason Hopper - 1928



Marie Prevost ...
Margie Dolan
Harrison Ford ...
Dan Morley
Seena Owen ...
Yvonne Dorée
David Butler ...
William Finch
Ward Crane ...
Dunrock
Arthur Hoyt ...
Professor Jones


60 minutes

Dans une pension de famille. Margie (Prevost) ouvre les yeux à la troisième sonnerie de son réveil et se prépare à partir travailler. Dans la chambre d'en face Dan (Ford) donne un dernier coup de cirage aux chaussures de Margie qu'il aide à les enfiler en vitesse. Les deux jeunes gens quittent la maison en trombe pour monter dans le tram qui leur file sous le nez mais qu'ils finissent par rattraper.
Ironie du sort, Margie ne rêve que de voyager et travaille dans une agence de voyages et Dan est clerc dans un drugstore ce qui lui permet d'obtenir de nombreux échantillons gratuits qu'il offre à Margie. Le soir Dan lui montre son carnet d'épargne, bientôt il pourra l'épouser et s'acheter son propre petit drugstore. Margie qui rêvait d'une sortie en amoureux se retrouve avec un échantillon de parfum et pique la mouche. Alors envoyée par son patron sur le Maurevania, un paquebot en partance pour le vieux continent, elle décide de s'y cacher dans une cabine. Un vieux professeur découvre deux pieds dépassant de dessous son lit et appelle un steward qui, pour faire payer son billet à la passagère clandestine, la nomme femme de ménage.
Pendant ce temps, deux escrocs Yvonne (Owen) et Dunrock (Crane) ont repéré une proie qui leur parait facile, William Finch (Butler), un homme riche ayant fait fortune en Oklahoma, mais il se trouve que celui-ci ne s'intéresse pas aux femmes mariées. Les deux voleurs introduisent alors Margie comme la dame de compagnie d'Yvonne et Bill est aussitôt charmé. Arrivés en France tout ce petit monde se rend sur la Riviera pendant que Dan, ayant reçu un mot de Margie lui indiquant son départ pour la France, fait sa valise et se lance à sa recherche.
Un soir alors que la fête bat son plein au Bohemia, Dunrock fait croire que Margie touche une commission sur un faux investissement et Bill se montre prêt à payer pour lui faire plaisir. Mais Margie regrette Dan et Dunrock lui fait du gringue ...


Une bien charmante comédie enlevée et pleine d'humour léger. Marie Prevost (qui venait de tout juste de divorcer de Kenneth Harlan et mourra moins de 10 ans plus tard de malnutrition et d'alcoolisme) s'y montre vive et pleine d'entrain, Harrison Ford semble très amoureux, Seena Owen joue la femme sophistiquée (elle était la première femme de George Walsh). Harrison Ford dont la carrière semblait sans nuage jusque là  ne tournera plus grand'chose et le parlant achèvera sa carrière. J'ai toujours eu un faible pour David Butler qui se montre toujours d'une extrême gentillesse et délicieusement léger. C'est l'un de ses derniers films en tant qu'acteur.

Certaines scènes sont franchement très drôles grâce aux talents comiques de Marie Prevost/Margie qui est de plus très séduisante : elle attrape le mal de mer et ses mimiques vous donnent presque mal au coeur aussi, ou bien elle commande au hasard un plat au restaurant et se retrouve devant des escargots. Bill/David Butler décide alors de tenter l'aventure et goûte un escargot que visiblement il ne peut avaler ...
Le départ est intéressant par l'évocation de la vie des travailleurs de l'époque et les aléas des transports publics dans ces années là ! Une scène très représentative montre les deux amoureux traversant la foule compacte qui prend le ferry matinal. Une scène étonnante : le faux duel entre les deux femmes organisé par des clients éméchés dans le restaurant ...
C'est un film sympathique idéal pour passer un bon moment sans se prendre la tête.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres