Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 25 décembre 2012

Braveheart - William C. De Mille - 1925



Rod La Rocque ...
Braveheart
Lillian Rich ...
Dorothy Nelson
Robert Edeson ...
Hobart Nelson
Arthur Housman ...
Frank Nelson
Frank Hagney ...
Ki-Yote
Jean Acker ...
Sky-Arrow
Tyrone Power Sr. ...
Standing Rock (as Tyrone Power)
Sally Rand ...
Sally Vernon
Henry Victor ...
Sam Harris

Nipo T. Strongheart ...
Medicine Man

60 minutes environ

Une tribu d'indiens voit ses droits d’accès aux rivières et aux poissons bafoués lorsqu'un riche propriétaire d'une conserverie, Hobart Nelson (Edeson) leur en interdit l'accès et les en chasse.
Dans la forêt, Braveheart (La Rocque) trouve Doroth Nelson (Rich) inanimée après une chute de cheval et la ramène chez elle. En chemin les deux jeunes gens tombent amoureux.
Standing Rock (Power Sr) le chef des indiens s'oppose aux blancs de manière pacifique en envoyant son fils étudier en ville dans l'espoir qu'il pourra bientôt défendre les droits de son peuple. Braveheart retrouve Dorothy mais les deux amoureux doivent faire face à l’opprobre de nombreux blancs.
Braveheart est un sportif très estimé, surtout seulement lorsqu'il fait gagner son équipe. Mais les agissements malhonnêtes du capitaine de son équipe le font renvoyer de l'école après avoir été accusé d'avoir vendu la stratégie de l'équipe à leurs adversaires. Braveheart revient chez lui mais est banni car il a apporté le déshonneur aux siens. Ki Yote (Frank Hagney) se réjouit de ses malheurs et pousse la tribu à se révolter pendant que Bravehart tente d'obtenir les droits de pêche par la voie légale face à une cour d'appel ...



Un chouette petit film sans temps mort et mené de manière très sobre qui nous conte une histoire intemporelle : celle de l'indien au cœur pur et noble qui aime une blanche et se battra seul contre tous. Un bon thème pour illustrer le 25 décembre.
Tourné la même année que The Vanishing American qui le précède de quelques mois, il pourrait avoir inspiré Redskin (tourné en 1929) dont l'histoire est assez similaire.
Dans les deux films les indiens sont envoyés étudier, se démarquent et réussissent, malgré une haine sous-jacente ou carrément directe des blancs. Dans ce film le procès apportera une reconnaissance à Braveheart, comme la guerre apportera des médailles à Nophaie dans The Vanishing American ou la course à pied un trophée à Wing Foot dans RedSkin. Chacun subira l'ire des siens, mais Braveheart ne pourra pas épouser Dorothy qui pourtant l'aime, Nophaie mourra respecté par tous et aimé par l'institutrice, Red Skin pourra épouser Corn Blossom (une indienne Pueblo). 
Le genre de film que j'aime bien.
Le grand et élancé Rod La Rocque se débrouille très bien dans ce rôle de Braveheart, Lilian Rich a l'air sincèrement éprise, Tyrone Power père se montre impassible et fier, Frank Hagney est toujours excellent dans ce genre de grande brute.
On trouve ce film sorti dernièrement chez Grapevine Video.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres