Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

vendredi 21 décembre 2012

Sweethearts on Parade - Marshall Neilan - 1930



Alice White ...
Helen
Lloyd Hughes ...
Bill
Marie Prevost ...
Nita
Kenneth Thomson ...
Hendricks
Ray Cooke ...
Hank
Wilbur Mack ...
Parker
Ernest Wood ...
Denham
Max Asher ...
Store Manager

65 minutes

Dans un parc de divertissement Helen (White), une jeune femme nouvellement arrivée en ville, fait la connaissance de Nita (Prevost). Les deux jeunes filles épluchent les petites annonces pour trouver du travail et se mettent d'accord pour que Nita se rende postuler dans un grand magasin de la ville qui recherche deux vendeuses. Alors qu'elle attend sa nouvelle amie sur un banc, un marin, Hank (Cooke), s'approche et entame la conversation. Au même moment, Bill (Hughes), un autre marin esseulé aperçoit Helen et vient à sa rescousse. Au retour de Nita, les deux jeunes gens se bagarrent violemment et les jeunes filles s'eclipsent discrètement.
Plus tard Bill retrouve Hank devant une vitrine de magasin où Helen attire les chalands en se montrant très dévêtue dans une baignoire. Hank et Bill finissent par sortir avec les deux demoiselles. Lors d'une soirée, des hommes fortunés viennent s'encanailler et un certain Hendricks (Thomson) se sent attirer par Helen. Le même soir Bill offre une bague à Helen en lui faisant promettre de l'attendre durant son absence.
Pendant que les garçons sont à bord d'un vaisseau qui croise au large, Helen sort avec Hendricks qui la couvre de cadeaux. A son retour Bill croit qu'Helen l'attend toujours mais le repas préparé n'est pas à son honneur ...

On comprend que les passants se massent devant la vitrine, n'est-ce pas ?


Une comédie enlevée sans grande prétention, si ce n'est celle de divertir le spectateur. Le film ne casse pas grand chose bien que le casting soit plaisant. Au final on se demande comment un gars qui se voit évincé par une femme qui recherche la sécurité financière peut quand même croire à son amour sincère et désintéressé ? C'est la magie du cinéma, d'ailleurs dans le fond la vie est souvent un grand cinéma permanent finalement.
Alice White et Marie Prevost sont les deux copines face au charmant Lloyd Hughes et à l'amusant Ray Cooke. Kenneth Thomson est l'homme fortuné. Il y a pas mal de bagarres et on est sensé croire à cette romance peu plausible.
On trouve ce film muet chez Grapevine. La version parlante semble avoir disparu à ce jour. L'accompagnement musical est assez martial, ce qui rajoute un soupçon d'humour.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres