Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 19 juillet 2017

Where are my Children - Phillips Smalley, Lois Weber - 1916




Derrière le portail d'éternité les âmes des petits enfants attendent leur passage sur terre. Les premiers à passer sont les plus chanceux, les suivants les âmes non désirées nées sous le signe du serpent, estampillées défectueuses moralement ou physiquement, celles vouées à faire d'incessant aller et retour. Viennent ensuite du plus haut niveau des lieux, les âmes les plus fines et fortes qui effectuent le grand voyage sur demande expresse d'une prière et qui portent le sceau du Tout Puissant. (Prologue)

l'avocat Walton était partisan de l'eugénisme. La pratique de son métier l'avait amené à penser de nombreuses fois que le crime aurait déjà disparu si le mystère des naissances avait été percé. Lui même n'a pas d'enfant à son grand regret. Sa propre soeur a un beau bébé qui le fascine au plus haut point.
Un procès débute qui accapare son attention. En effet un homme est accusé de propager de la littérature jugée indécente car elle traite du contrôle des naissances. L'accusé, le docteur Homer, raconte alors que son travail parmi les pauvres l'a amené à ces conclusions à la vue des innocents enfants voués à mourir ou à subir la violence de parents indignes.
Au tribunal les jurés masculins ne sont pas d'accord avec les théories du Dr Homer.

Pendant ce temps, Madame William Carlo reçoit quelques amies dont Mme Walton sa meilleure amie à laquelle elle annonce être enceinte mais ne pas vouloir garder l'enfant. Madame Walton lui recommande d'aller voir le Dr Malfit.
Les deux femmes se rendent chez le docteur pour une consultation. Alors une petite âme non désirée retourne d'où elle est venue et une femme peut retourner à ses activités sociales préférées.

De retour à la maison Mme Walton reçoit son frère Roger lorsque Lilian la fille de la gouvernante rentre justement de sa pension. La fille va rester avec sa mère jusqu'à ce qu'elle trouve un travail et elle est envoyée au jardin ramasser des fruits. 
Roger est un coureur de jupons qui voit en Lilian une proie facile. En effet il n'a aucune peine à embrasser la pauvre fille qui ne sait comment résister à ses assauts et tombe dans le piège du jeune homme qui ne voit en elle qu'une fille de plus. Bientôt une âme non désirée est appelée sur terre et un mois plus tard Lilian comprend qu'elle est enceinte. Évidemment cela n'est pas au goût de Roger qui se montre odieux.
De son côté Madame Walton voit comme son mari désire des enfants et décide de dépasser son égoïsme pour devenir mère à son tour. 

Quelque temps plus tard Roger vient demander à sa soeur conseil "au sujet d'un ami bien embêté car sa petite amie est enceinte" mais Mme Walton comprend vite qui a fait la bêtise dont il parle. 
De son côté Mr Walton s'est pris d'amitié pour Lilian qui va trouver le faiseur d'anges qui rate son curetage. Mr Walton trouve la pauvre Lilian inanimée dans le jardin et appelle aussitôt le docteur qui accourt au plus vite. Lilian a juste le temps avant de trépasser de tout avouer à sa mère qui l'écoute le coeur brisé. 
Celle-ci se précipite hors de la pièce et accuse Roger qui arrive justement d''avoir assassiné sa fille. M Walton qui n'a jamais apprécié le jeune homme est sur le point de lui filer une raclée bien méritée mais son bras est retenu pas sa femme qui n'en mène pas large d'avoir fourni l'adresse du Dr Malfit à son vaurien de frère.

Walton assigne le Docteur Malfit à comparaitre devant les jurés. Durant le procès Madame Walton reçoit un message de l'accusé qui la menace de la faire témoigner si elle ne stoppe pas son mari dans cette affaire. Finalement le Dr Malfit est condamné à 15 ans de travaux forcés sans qu'il ait pu produire le nom de ses patients. Furieux il se jette sur Walton auquel il crie de "s'occuper d'abord de son propre foyer avant de faire la morale aux autres". Walton trouve le nom de sa femme dans les livres de Malfit et comprend alors que sa femme a avorté plusieurs fois.
De retour à la maison il découvre sa femme entourée de ses amies et déclare d'un ton solennel qu'il a compris pourquoi tant d'entre elles n'ont pas d'enfants et qu'elles devraient être jugées pour meurtre. Raide comme la justice, il leur demande alors de quitter sa maison puis demande à sa femme "où sont mes enfants ?" avant de finir par "moi, un officier de la justice, je dois protéger une meurtrière".
Dès lors le couple ne se parle plus. Toute la nuit Walton pleure ses enfants perdus et la confiance qu'il avait dans la femme qui aurait dû être leur mère. De son côté sa femme maintenant se rend compte qu'après avoir détourné la nature si longtemps, elle ne peut plus porter d'enfant. Dès lors elle finira sa vie en se demandant où sont ses enfants ...


Un film qui soulève plein de questions éthiques et morales et qui joue sur la fibre émotionnelle du spectateur. Les spectateurs de l'époque ont du verser pas mal de larmes à la vue de ce film !

Très moralisateur, ce film est une mise en garde jouant sur la peur du docteur qui provoque une septicémie après un curetage. Le fond n'est pas vraiment développé. Il est étonnant que le jeune homme ayant mis enceinte la pauvre fille ne soit pas impliqué davantage : il s'en sort bien, on ne parlera pas de sa conscience, il est de toute manière montré comme un homme qui n'en a pas ! 
Le parti est pris de montrer des femmes refusant de porter des enfants pour des raisons futiles. Ainsi on nous montre Mme Carlo qui se réjouit de retrouver ses amies et sa vie sociale après son avortement, quant à Madame Walton on ne sait pas trop pourquoi elle ne veut pas d'enfant. Toutefois on précise qu'elle veut tout à coup bien en porter parce que son mari semble désireux d'en avoir.
Ce parti pris empêche une vraie réflexion. La sentence est bien dure : 15 ans de travaux forcés pour  avoir aidé des femmes à assumer leur choix. On ne rigolait pas en ce temps là avec la bienséance.
Si ce film avait développé un scénario différent, par exemple en montrant Lilian avec un avortement réussi et Mme Carlo avec une septicémie, il aurait eu le mérite dans ce cas de donner raison aux faiseurs d'anges !  

La scène de la mort de Lilian puis la suite jusqu'à la fin du film sont très percutantes et même très émouvantes. 
Les âmes des enfants en devenir sont montrées comme des petits angelots en surimpression.

Depuis toujours l'homme lutte contre la nature, pour des raisons qu'il a créées lui-même et qui le dépassent parfois.

Madame Tyrone Powers n'a tourné que dans trois film dont celui-ci.

64 minutes




Tyrone Power Sr. ...
District Attorney Richard Walton (as Mr. Tyrone Power)
Mrs. Tyrone Power ...
Mrs. Richard Walton (as Helen Riaume)
Marie Walcamp ...
Mrs. William Carlo
Cora Drew ...
Walton's Housekeeper
Rena Rogers ...
Lillian - Housekeeper's Daughter
A.D. Blake ...
Roger - Mrs. Walton's Brother
Juan de la Cruz ...
Dr. Herman Malfit
C. Norman Hammond ...
Dr. William Homer


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres