Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 19 décembre 2013

Within our Gates - Oscar Micheaux - 1920


En 1919, Sylvia, une institutrice noire se rend dans le Nord pour visiter sa cousine Alma. Celle-ci jalouse et amoureuse de l'homme que Sylvia est sur le point d'épouser intercepte un télégramme lui annonçant la venue de son fiancé Conrad et s'arrange pour qu'il la trouve dans une position compromettante avec son beau-frère Larry, un habile escroc qui en profite pour serrer Sylvia de près. 
Malgré les explications de sa fiancée, Conrad s'en va sans même essayer de comprendre. Sylvia s'en retourne alors dans le Sud où elle compte aider le Révérend Wilson Jacob qui tient une école fondée pour éduquer les enfants de la région avec l'aide de sa soeur. Malheureusement l'école manque cruellement de fonds et Sylvia retourne dans le Nord, convaincue de pouvoir obtenir un financement.
Alors qu'elle arrive à Boston elle se fait dérober son sac à main qui lui permet de faire la rencontre du Dr Vivian qui réussit à arrêter le voleur. Plus tard elle sauve un enfant sur le point de se faire écraser par une voiture. A l’hôpital elle fait la connaissance de Madame Warwick, une riche philanthrope qui lui donne rendez-vous afin de discuter de ses projets. Mais Madame Stratton, une riche femme du Sud la décourage en lui expliquant que les noirs n'ont pas besoin d'éducation.
Toutefois Madame Warwick persiste dans son désir d'aider la jeune femme. De son côté le docteur Vivian recherche Sylvia qui lui a fait grande impression. Il finit par rencontrer sa cousine Alma qui lui raconte le passé de Sylvia ...


On peut voir ce film dans le coffret The Origin of Films, avec une musique de Philip Carli, on le trouve aussi chez Grapevine ou sur le net. On n'a donc pas d'excuse de ne pas regarder ce film !

L'histoire est compliquée à suivre, les méandres sont particulièrement déconcertantes, on oscille entre passé et présent sans trop vraiment comprendre le sens du film pendant une bonne partie du début. Une fois les personnages plus clairement établis et la quête expliquée, on peut enfin suivre sans trop d'efforts les images. La difficulté provient du fait que du présent on bascule dans des explications imagées sensées expliquer les paroles sans transition.

Le film n'est pas franchement passionnant en lui-même par contre il m'a paru étonnamment moderne par certains côtés. En effet Alma est divorcée, son beau-frère est l'affreux Larry. Sylvia voyage aisément du Sud au Nord, elle et sa cousine son joliment vêtue, etc. et le réalisateur ne joue pas sur les clichés.
Le film semble assez impartial, il y a des bons et des mauvais tant chez les blancs que chez les blacks. Madame Stratton explique à Mme Warwick que le vieux Ned par exemple est un révérend opportuniste qui conforte ses ouailles dans l'ignorance en les assurant que les blancs iront en enfer. Bien sûr après le prêche il ne manque pas de faire passer la sébile pour récolter quelques sous.
L'histoire du passé de Sylvia est terrible et donne lui à des images terribles de pendaison et d'agression.
Ce film est touchant lorsqu'on pense à tous les préjudices subis par les noirs à cette époque. L'histoire de Sylvia témoigne en ce sens. Toutefois on sent un gros effort pour paraitre avant tout un citoyen américain. En ce sens le film est très en avance sur son temps, sachant qu'il faudra encore de nombreuses années avant que les noirs aient les mêmes droits que les blancs aux Etats-Unis !

On apprend entre autres que les Etats Unis versaient 1.49 dollars par année pour éduquer un enfant noir.

Oscar Micheaux est le premier réalisateur Afro-Américain, il a écrit et réalisé une quarantaine de films. Ce film est sa réponse à The Birth of a Nation de Griffith (1915), un film qui glorifie le Ku Klux Klan et qui justifiait l’oppression exercée sur les noirs pour prévenir les croisements interraciaux.

Evelyn Preer est une pionnière du cinéma. Après avoir tourné 18 films, dont la plupart avec Oscar Micheaux, elle mourut à l'âge de 36 ans en mettant au monde sa fille unique en 1932.


Evelyn Preer ...
Sylvia Landry
Flo Clements ...
Alma Prichard
James D. Ruffin ...
Conrad Drebert - Sylvia's Fiancé
Jack Chenault ...
Larry Prichard - Alma's Stepbrother
William Smith ...
Philip Gentry - A Detective
Charles D. Lucas ...
Dr. V. Vivian
Bernice Ladd ...
Mrs. Geraldine Stratton
Mrs. Evelyn ...
Mrs. Elena Warwick
William Stark ...
Jasper Landry
Mattie Edwards ...
Jasper's Wife
Ralph Johnson ...
Philip Gridlestone
E.G. Tatum ...
Efram - Gridlestone's Servant
Grant Edwards ...
Emil Landry
Grant Gorman ...
Armand Gridlestone


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres