Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 16 novembre 2010

Alias Jimmy Valentine - Maurice Tourneur - 1915


Robert Warwick ...
Jimmy Valentine
Robert Cummings ...
Doyle
Alec B. Francis ...
Bill Avery
Frederick Truesdell ...
Lt.Governor Fay (as Fred Truesdell)
Ruth Shepley ...
Rose Fay
Johnny Hines ...
Red Joclyn (as John Hines)
D.J. Flanagan ...
Cotton (as David Flanagan)
Walter Craven ...
Handler
John Boone ...
Blinkey Davis

50 minutes

Lee Randall (Warwick) est un employé ordinaire le jour. La nuit il prend le nom de Jimmy Valentine et dérobe des banques avec ses complices. Il est le roi des ouvertures de coffres "à l'oreille". Un jour, dans un train, Cotton, un des membres de la bande, s'en prend à une dame, Rose Fay, que Jimmy  défend. Durant le violent combat, Cotton est jeté hors du train et, avant de trépasser, dénonce Jimmy  qui est arrêté et écope de 10 ans de prison pour cambriolages de banque. Un jour, Rose et son père sénateur, visitent le pénitencier pour de bonnes œuvres. Rose reconnaît son sauveteur et le sénateur intercède avec succès pour la libération de Jimmy qu'il fait engager comme comptable dans sa banque. Mais le détective Doyle ne renonce pas à coffrer Jimmy ...


Un des tout premiers films de gangsters. Le scénario est simple mais bien fait, l'image magnifiquement restaurée, bref, on suit avec intérêt les péripéties de Jimmy. La scène de l'attaque de la banque au début du film est excellente : le spectateur se retrouve au dessus des locaux et suit les acteurs, telles des souris dans un labyrinthe, ouvrant et refermant des portes, s'agitant et courant, contrant  le veilleur de nuit qui parait, etc. La scène du combat dans le train est violente, Robert Warwick a une personnalité très attachante et on ne peut que souhaiter qu'il échappe à la justice.
Ce film a été repris de nombreuses fois avec le même titre, en 1920 avec Bert Lytell, en 1928 avec William Haines comme interprètes principaux.

On trouve ce film dans un coffret : The Origin of Films, 3 DVD édité en 2001.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres