Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 8 mai 2012

Broadway Drifter (The) - Bernard McEveety - 1927



George Walsh ...
Bob Stafford
Dorothy Hall ...
Eileen Byrne
Bigelow Cooper ...
Myron Stafford
Arthur Donaldson ...
Frank Harmon
Paul Doucet ...
Phil Winston
Nellie Savage ...
Mignon Renee
Gladys Valerie ...
Laura Morris
Donald Laskley ...
Sam
George Offerman Jr. ...
Tommy

90 minutes env.

Bob Stafford (Walsh), un jeune homme surnommé Drifter par ses amis, vit aux crochets de son père, un constructeur d'avions. A Broadway, il donne des soirées prisées dans lesquelles l'alcool et la musique coulent à flot. Parmi les habitués figurent Winston (Doucet) un habile joueur de poker qui doit ses gains à ses doigts agiles plus qu'à son honnêteté. Comme sa compagne Laura (Valerie) vient de comprendre que Winston en a finit avec elle car il se met à courtiser ouvertement Mignon (Savage), elle décide alors de révéler à Drifter la tricherie de Winston. Alors que Drifter lui intime l'ordre de quitter la maison, son père venu de Boston fait son apparition et lui annonce qu'il lui coupe les vivres, car dit-il, ses frasques sont connues jusqu'à Boston et ses pseudos amis ne sont que des parasites. En effet tous quittent l'appartement et Laura lui glisse en partant que si besoin était elle aurait des révélations à lui faire sur Winston. 
Bob se retrouve seul et comprend qu'il s'est quelque peu égaré en chemin. En lisant le journal il découvre un article indiquant que les flappers manquent d'exercices et décide, avec l'aide de son fidèle Sam, d'ouvrir un centre sportif sous le nom de Gilbert Adams. Bientôt les "unflapping flappers" affluent et parmi l'une des premières clientes se trouve Eileen Marshall (Hall), une riche héritière nièce de Frank Harmon (Donaldson), un constructeur d'avions dont l'objectif est de mettre au point des stabilisateurs de vol. Celui-ci lui amène le petit Tommy qui souffre d'un manque de développement physique. Bien vite les exercices mis au point par Bob font des miracles et Eileen se sent attirée par lui car lui rappelle un certain Bob Stafford qu'elle admirait tant alors qu'ils étaient encore au collège.
Adams est engagé dans la compagnie Harmon et courtise Eileen. Mais dans l'ombre Winston veille car il compte bien mettre la main sur la fortune d'Eileen en l'épousant. Lorsqu'il se rend compte qu'Eileen lui montre peu d’intérêt il se résout à dévoiler la vraie identité de Bob et le dénonce en tant qu'espion de son père qui travaille dans le milieu aéronautique lui aussi. Bob se fait virer et Eileen ne veut plus le voir ni l'entendre. Bientôt ses fiançailles avec Winston sont annoncées....



Une histoire fort bien montée. On commence par découvrir la vie dissolue de Bob (bien que franchement il semble plutôt sérieux toutefois), ses amis qui ne se montrent pas très fidèles lorsque la vanne de l'argent est coupée. Bob alors décide de changer de vie et commence par raser sa moustache. Il donne des leçons de gymnastique à un parterre de jeunes demoiselles très intéressées (on les comprend). 
Bien sûr l'affreux Winston semble remporter l'affection de la jeune demoiselle et on se demande bien comment cela est possible tant il n'y a pas photo entre George Walsh et lui. Bref on trépigne un peu sur son fauteuil dans l'attente du dénouement que l'on devine partiellement.
Les plans sont pris de près ce qui nous permet une fois de plus de découvrir l'extraordinaire capacité de George Walsh à faire passer ses émotions de manière à la fois très sobre et très parlante. Un sourcil qui se lève ou un regard qui s'assombrit, il dénote une fois de plus une expressivité toute en finesse admirable.
Il est très bien soutenu par la sympathique Dorothy Hall, Nellie Savage et ses superbes cheveux, Gladys Valerie dans le rôle de la femme qui en sait beaucoup, Bigelow Cooper et Arthur Donaldson dans les rôles des pères, l'obséquieux Paul Doucet qui manigance de manière très naturelle, le mignon George Offerman Jr dans le rôle du petit Tommy qui montre plus de bon sens que la plupart des adultes qui l'entourent.
Un chouette film qui se suit sans temps mort. La musique accompagne fort bien le film. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres