Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 2 février 2011

Rat (The) - Graham Cutts - 1925



Ivor Novello ...
Pierre Boucheron
Mae Marsh ...
Odile Etrange
Isabel Jeans ...
Zelie de Chaumet
Robert Scholtz ...
Herman Stetz
James Lindsay ...
Detective Caillard
Marie Ault ...
Mere Colline
Julie Suedo ...
Mou Mou
Hugh Brook ...
Paul
Esme Fitzgibbons ...
Madeleine Sornay
Lambart Glasby ...
American
Iris Grey ...
Rose


Zelie de Chaumet (Jeans), une courtisane blasée, prie son amant Stetz, (Scholtz) un homme de pouvoir sans scrupule, de l'emmener s'encanailler dans les bas fonds de la ville de Paris. Elle fait ainsi la connaissance de Pierre Boucheron, alias le Rat (Novello), le roi de l'underground parisien. Au premier regard elle est fascinée par la beauté du jeune homme qui la joue distant de prime abord. Odile Etrange (Marsh) est la compagne du Rat, dont elle s'occupe avec amour tandis que celui-ci opère sans vergogne. Un soir, le Rat reçoit un message lui indiquant que Zélie sera seule le soir même : une occasion que le Rat ne peut laisser passer. Il se présente auprès de Zélie, flattée, mais très vite ils se rendent compte que Zélie n'a jamais envoyé ce message et qu'il s'agit d'une machination de Stetz, qui veut possèder la gentille Odile ....


Étonnant et très osé ce film ! Le début démarre lentement, on découvre le quotidien habituel du Rat, que la police recherche activement, et très vite on comprend qu'il est le roi des bas-fonds. Les femmes l'adorent et le cherchent, et lui se comporte en maître tout puissant. Ce film comporte quelques scènes très sensuelles, la danse genre Tango pour "allumer" Zélie, les regards de Zélie et les manigances pour attirer son attention, les regards des filles qui en viennent aux mains pour obtenir les faveurs du Rat ...le tout dans des décors dépouillés. On voit aussi les spectacles et revues de music hall de l'époque, avec des costumes souvent chargés.
Robert Scholtz est inquiétant, son apparence n'est pas sans rappeler Dracula. Isabel Jeans est mise en valeur par des habits très classes et fait les yeux doux, Mae Marsch parait presque quelconque dans le rôle de celle qui aime et qui est prête à se sacrifier pour son bien aimé. Ivor Novello est magnifique, comme toujours !

Un film un peu long au départ, mais dont le final devient passionnant !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres