Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 26 septembre 2012

Surrender - Edward Sloman - 1927



Mary Philbin ...
Lea Lyon
Ivan Mozzhukhin ...
Constantine (as Ivan Mosjukine)
Otto Matieson ...
Joshua
Nigel De Brulier ...
Rabbi Mendel Lyon
Otto Fries ...
Tarras
Daniel Makarenko ...
Russian general

80 minutes
(Plus long à l'origine)

A la frontière austro hongroise, non loin d'un village où vit une population composée majoritairement de juifs, un chasseur russe (Mozzhukhin) épargne un écureuil et son chien lui ramène en guise de gibier une chaussure qu'une jeune femme (Philbin) avait enlevée pour baigner ses pieds dans la rivière. Sous le charme le jeune homme s'approche mais le père de la jeune fille qui se trouve être le rabbin (De Brulier) du village s'interpose. Le jeune homme ne se laisse pas démonter et le rabbin hausse le ton mais se rend vite compte que l'homme qui lui fait face se trouve être un prince qui est à la tête d'une troupe de cosaques sur le point de prendre le village d'assaut. 
Peu de temps après le village est annexé, le prince Constantine, c'est son nom, rencontre les notables du village dont le rabbin qui fait mine de ne pas le reconnaitre. Constantine se fait inviter de force chez le rabbin dans le but de revoir Lea mais celle-ci est cachée derrière le livre sacré. Pas dupe Constantine ne tarde pas à la découvrir. Comme c'est le sabbah il est invité à s'asseoir à table. Plus tard il fait la connaissance du fiancé de Lea qu'il veut fusiller si Lea ne le prie pas de l'épargner. Celle-ci le lui demande du bout des lèvres et Constantine lui demande de l'embrasser mais elle refuse. 
Constantine menace alors de brûler le village et tous les habitants comme des rats si Lea ne le retrouve pas à 21 heures le soir même. Tous les habitants l'implorent de rejoindre Constantine, sauf le Rabbin ...


Un film étrange mais non dépourvu d'intérêt. Pour des envahisseurs, les cosaques se comportent plutôt bien et ne semblent pas trouver anormal de stopper leur avance victorieuse parce que le chef des troupes est amoureux ! On comprend bien que l'invasion n'est qu'un alibi pour monter cette histoire d'amour de toute pièce sur un fond de contrainte.
Mary Philbin se montre plutôt convaincante mais Ivan Mozzhukhin est assez primesautier. Il hausse les épaules, sourit, fait des gestes peu martiaux et on s'attend presque à ce qu'il fasse des courbettes, en un mot il incarnerait mieux un couturier français qu'un cosaque. D'un autre côté il se montre aussi touchant, mais l'histoire n'est pas très convaincante. Nigel de Brulier a quant à lui la tête de l'emploi et ce genre de rôle lui va comme un gant. Difficile de dire si c'est les acteurs qui ne sont pas convaincants ou si c'est le scénario qui est absurde !

Le point fort de ce film c'est la démonstration de la faiblesse humaine qui est dépeinte de façon caricaturale. Lorsque tout va bien tout semble idyllique. Lorsqu'il s'agit de sauver sa peau, chacun est tout à coup moins sympathique. Lorsque Lea est soupçonnée d'avoir été "souillée" par l'ennemi, le peuple s'écarte mais montre du soulagement quand elle annonce que Constantine ne l'a pas touchée. Par contre quand Lea annonce qu'elle est amoureuse de Constantine, c'est l'horreur à nouveau.
Son fiancé se montre faible face à l'ennemi mais lorsque l'ennemi est vaincu il tente de se montrer fort en le dénonçant et en s'emparant d'un revolver qu'il n'hésitera pas à utiliser. Bref, toutes ces scènes ou clichés sont des reflets d'une réalité connue de tous très représentative de la nature humaine.

J'ai bien aimé les deux frères qui héritent de leur père et se rendent chez le rabbin pour lui demander comment partager l'héritage. Très sage le rabbin dit à l'un des frère de prendre la responsabilité de partager les possessions (sourire de l'intéressé !). Puis il se tourne vers l'autre frère et lui dit qu'il pourra choisir la moitié qui lui convient !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres