Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

vendredi 2 juillet 2010

Broken Blossoms (The yellow Man and the Girl) - D.W. Griffith - 1919



Titre français : Le Lys Brisé



Lillian Gish... Lucy Burrows (as Miss Lillian Gish)
Richard Barthelmess... Cheng Huan (as Mr. Richard Barthelmess)
Donald Crisp... Battling Burrows
Arthur Howard... Burrows' manager
Edward Peil Sr.... Evil Eye (as Edward Peil)
George Beranger... The Spying One
Norman Selby... A prizefighter



Une très jeune fille battue par son père, un boxeur violent et alcoolique, est observée par un missionnaire chinois, venu à Londres apporter la bonne parole. Désillusionné, il tient une échoppe dans laquelle la jeune fille finit par échouer ...



Je n'aime pas les acteurs déguisés, en chinois,dans le cas présent, et pourtant je ne suis pas vraiment choquée de voir Richard Barthelmess dans un rôle qu'il n'aurait pas dû tenir. Force est de constater que je ne m'explique pas vraiment pourquoi, si ce n'est qu'il a l'air souvent d'un pantin désarticulé et surtout d'une légèreté hallucinante qui lui donne l'air d'être complètement aérien et désincarné ... C'est étonnant, il arrive à provoquer de la sympathie, tout en en faisant trop …



L'histoire est fascinante à plus d'un titre : le thème parait assez inusuel même s'il est longuement expliqué sur de nombreux sites que Griffith, accusé de racisme dans son film précédent a voulu montrer une autre facette de son talent. L'ambiance est d'une grande poésie, et cela est dû sans nul doute à la musique obsédante qui accompagne parfaitement les images. Liliane Gish campe une Lucy toute de sensibilité et de retenue, ses expressions vous hantent longtemps après la fin du film. Donald Crisp est particulièrement odieux : de nombreux gros plans vous font voir toute l'horreur à laquelle la pauvre Lucy est confrontée. Le titre est particulièrement bien choisi car Lucy évoque une fleur qui ne demande qu'à éclore ...

C'est un beau film délicat tout en finesse et sensibilité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres