Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 16 février 2011

Our Hospitality - George G. Blystone, Buster Keaton - 1923



Joe Roberts ...
Joseph Canfield
Ralph Bushman ...
Canfield's Son
Craig Ward ...
Canfield's Son
Monte Collins ...
The Parson
Joe Keaton ...
The Engineer
Kitty Bradbury ...
Aunt Mary
Natalie Talmadge ...
The Girl - Canfield's Daughter
Buster Keaton Jr. ...
Willie McKay - 1 Year Old
Buster Keaton ...
Willie McKay - 21 Years Old


73 minutes

2 familles se vouent une haine féroce allant jusqu'au meurtre depuis des générations. Le motif de cette haine est bien sûre oublié depuis longtemps. Le jeune Willie McKay (Buster Keaton) a passé son enfance loin du Kentucky. Un jour il reçoit une missive l'informant de venir prendre possession de la propriété laissée par son père. Quittant sa tante et sa vie New Yorkaise (ville qui se comporte de quelques maisons à cette époque), il prend le train et fait la connaissance d'une charmante jeune fille  (Talmadge) qui rentre chez elle, mais qui n'est autre que la fille de Joseph Canfield qui a juré de se venger de la famille McKay. Lorsque Willie débarque, la jeune fille est accueillie par son père et ses deux frères. Willie découvre que la maison léguée par son père n'est qu'un taudis, et sur le chemin du retour se fait inviter le soir même chez les Canfields qui ont entre temps appris son identité. Chacun va se procurer un pistolet, et tenter d'abattre Willie. Mais attention, on ne badine pas avec les lois de l'hospitalité ...



Ce film, que l'on peut voir sur http://www.archive.org/details/OurHospitality (lien dont l'accompagnement musical est presque insupportable, on entend même quelqu'un tousser plusieurs fois) est d'un rythme assez lent, mais tout à fait divertissant. Buster prend l'ancêtre du train, une chaudière à grosse cheminée incroyable (reconstitution du célèbre Rocket Stevenson) qui tire deux diligences adaptées aux rails, placés de manière fantaisiste souvent. Son chien n'a aucune peine à devancer le convoi, vus les obstacles rencontrés et la vitesse de l'engin !
Outre son accoutrement datant du début du XIXe siècle visiblement, on peut voir Buster sur une draisienne (appelé vélocipède en France il me semble - revenu à la mode ces dernières années d'ailleurs), le premier agent de police qui fait la circulation, et même Buster déguisé en femme (il déguisera d'ailleurs de manière fort habile un cheval vu de dos en jeune femme séduisante). Malin, il échappe aux membres de la famille, tous immenses, non sans peine toutefois. Pendu à un tronc coincé au-dessus d'une monumentale cascade, il réalise des prouesses pour échapper au vide.
Un poète que rien n'arrête, ce Buster. Le rôle de la jeune fille est tenu par Natalie Talmadge,  la première Mme Keaton à la ville. Certaines personnes pensent que ce film est inspiré par la vie matrimoniale de Buster,  jeune marié qui par le mariage est entré dans la famille Talmadge, une famille composée de femmes bien connues dans le monde cinématographique (Norma et Constance, les sœurs de Natalie, étaient des actrices célèbres de l'époque). Le petit bonhomme amusé filmé au départ, est leur propre fils. L'ingénieur est le propre père de Buster, Joe.












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres