Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 10 janvier 2012

Pilgrim (The) - Frank Borzage - 1916



Frank Borzage ...
The Pilgrim
Ann Little ...
Nita Dudley (as Anna Little)
Jack Richardson ...
Joe Mex
Dick La Reno ...
Niles, Jim
Mary Gladding ...
Little Eva


28 minutes

Un homme (Borzage) et son âne de bât apparaissent au détour d'un chemin. L'âne boîte et l'homme, mal rasé, s'engouffre dans le bar après avoir soigné la jambe de l'animal. Il échange sa paire d'éperons contre une bouteille et s'assoit à une table. Le contremaitre d'un ranch aperçoit les éperons et le barman lui désigne l'homme attablé. Quelques mots sont alors échangés : "Pilgrim ?" -"Yep", "cowman ?" -"yep", "work ?" -"yep" et l'homme suit le contremaître qui lui indique où attacher son âne et où déposer son paquetage. L'homme ne peut dormir dans le dortoir et rejoint son âne étendu au sol qu'il caresse en s'endormant. 
Le contremaître reçoit un message du propriétaire du ranch qui lui annonce l'arrivée de sa fille Nita. Il lui est conseillé de lui faire voir la vie rude de l'Ouest. Lorsque Nita débarque du train, tous les hommes du ranch se sont endimanchés sauf l'homme qui s'est arrêté au bar où il boit, seul. Little Eva, une entraîneuse, tente de le séduire mais l'homme la repousse ce qui provoque la jalousie de Mex, son boyfriend attitré. Les deux hommes en viennent aux mains et Mex sort un couteau. La foule accourt car il git maintenant au sol et l'homme jette un couteau sur la table ...



C'est l'histoire d'un homme solitaire qui n'attend rien et qui rencontre un amour inattendu ...Un film comme une respiration lente. Un film qui met le temps en suspension. Le style est épuré au maximum : aucune fioriture, un minimum d'intertitres. Et pourtant malgré tous les non dits, il en est beaucoup dit en 28 minutes. Juste l'essentiel et des images poétiques et sensuelles. Des scènes en effet terriblement sensuelles parsèment ce film : lorsque l'homme soulève la jeune femme endormie et la dépose sur le lit délicatement et la recouvre d'une couverture, lorsqu'il met ses mains sous le courant d'eau pour lui permettre de boire, la manière de caresser l'âne même, et ses regards qui veulent tout dire. C'est juste beau et vrai et ça me touche.
Frank Borzage est magnifique dans ce film, le visage sérieux, à part durant les quelques moments qu'il passe avec Nita. Un film qu'on pourrait résumer ainsi : Il est venu, il a vu, il a vécu ...

Je le classe sous western, mais c'est juste un morceau de vie qui passe. D'ailleurs que l'action se passe ici ou là n'a pas vraiment d'importance.
La version provient de la cinémathèque suisse de Lausanne : magnifique !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres