Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 15 février 2012

Womanhandled - Gregory La Cava - 1925


Richard Dix ...
Bill Dana
Esther Ralston ...
Molly Martin
Edmund Breese ...
Uncle Lester
Cora Williams ...
Aunt Clara
Olive Tell ...
Lucy Chatham
Margaret Morris ...
Iris Vale
Tammany Young ...
Spike
Eli Nadel ...
The Pest
Basset Blakely ...
Cow Hand

55 minutes

A New York, dans un parc de la ville. Un jeune homme, Bill (Dix) donne des cacahuètes à un écureuil lorsqu'un petit garçon tombe dans un bassin. Bill se précipite et plonge à l'eau ... pour se rendre compte que même le petit garçon a son fond ! La tante du rescapé accourt et Bill tombe très vite amoureux de la belle Molly (Ralston). Voyant qu'elle lit 'North of 36' d'Emerson Hough il comprend qu'il a affaire à une fanatique de l'Ouest et prétend qu'il en vient en assurant que son oncle possède un ranch au Texas. La jeune fille a visiblement une dent contre les jeunes gens de l'Est et Bill propose de se former à la dure chez son oncle pour faire à plaisir à Molly et surtout si elle veut bien l'attendre.
Arrivé au ranch, rien n'est comme il l'avait imaginé : le ranch est une belle maison, aucun cowboy n'est vraiment un cowboy, les vaches sont rabattues en voiture, et il y a même un court de tennis devant la maison pour amuser le personnel ...



Une comédie qui débute très bien. Alors que Bill et Molly font plus ample connaissance, le petit Percy se montre sous le visage de la vraie peste par excellence. Il ne cesse d'ennuyer Bill qui laisse faire le garnement pour rester auprès de Molly. Bill découvre vite que la vie du ranch ne correspond pas à ce qu'il croyait et passe son temps à faire du golf avant de décider qu'il est devenu assez rude pour retourner auprès de Molly. Mais Ô malheur, Molly trop heureuse vient le retrouver en compagnie de sa tante et du petit garçon. Les situations loufoques s'enchainent alors, un mensonge en entrainant un autre.
Une comédie qui ne prend pas la tête. Richard Dix démontre une fois de plus ses talents comiques. Il faut le voir se laisser défaire les lacets par Percy pendant qu'il tente de faire sa cour. L'oncle Lester incarné par Edmund Breese ressemble comme deux gouttes d'eau à Harry Carey, à tel point que je doute encore que ce ne soit pas lui. Esther Ralston est très séduisante dans le rôle de cette Molly qui provoque cette situation en prétendant que seuls les hommes de l'Ouest sont des "vrais".

Avec Edmund Breese qui ressemble beaucoup à H. Carey.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres