Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

dimanche 24 février 2013

In the Days of the Thundering Herd - Colin Campbell - 1914




Tom Mix... Tom Mingle
Bessie Eyton... Sally Madison
Wheeler Oakman... Chief Swift Wing
Red Wing... Starlight
John Bowers... Dick Madison

short

Tom Mingle travaille pour le Pony Express. Lorsqu'il revient auprès de sa douce Sally, celle-ci reçoit une lettre de son père lui demandant de venir le rejoindre avec son frère car il a découvert un filon d'or. Aussitôt toute la communauté se met en route pour la terre promise, sauf Dick, le frère de Sally qui ne tient pas à se faire trouer la peau par des flèches indiennes. En chemin le convoi est attaqué par Chief Swift Wing et ses guerriers qui déciment les colons. Seuls survivants Sally et Tom sont emmenés au camp où Swift Wing montre son intérêt pour Sally qui trouve refuge dans les bras de la soeur du jeune chef, Starlight tandis que Tom est ficelé soigneusement ...


Ce film est paru sous la forme de 5 bobines (une première pour Tom Mix en 1914 qui jusqu'ici n'avait tourné que des shorts), raccourcies à 3 après la première guerre mondiale pour une réédition.
Il est bien difficile de juger un film qui se présente tronqué de 20 minutes au moins.Tourné en 1914 l'authenticité est impossible à égaler de nos jours.
L'action est un peu étonnante. On se demande par exemple pourquoi les indiens ne se débarrassent pas de Tom tout de suite mais ce n'est pas grave, de  même qu'on s'interroge sur les motivations de Starlight qui semble amoureuse de Tom ...
Il est dommage que le réalisateur n'aient pas incorporé quelques plans rapprochés des protagonistes qui restent à distance respectable de la caméra. Wheeler Oakman et John Bowers sont difficilement identifiables par exemple.
Par contre à cette époque on ne lésinait pas sur le nombre de figurants, les batailles laissent un nombre impressionnant de victimes, les indiens se composent d'une immense troupe de cavaliers montant à cru (à un moment d'ailleurs il y a une espèce de cacophonie de cavaliers dont un qui poursuit sa route sous le cou de sa monture alors qu'un autre semble piétiné ?)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres