Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

samedi 16 mars 2013

Mr Wu - William Nigh - 1927



Lon Chaney ...
Mr. Wu / Wu's Grandfather
Louise Dresser ...
Mrs. Gregory
Renée Adorée ...
Nang Ping
Holmes Herbert ...
Mr. Gregory
Ralph Forbes ...
Basil Gregory
Gertrude Olmstead ...
Hilda Gregory (as Gertrude Olmsted)
Mrs. Wong Wing ...
Ah Wong
Claude King ...
Mr. Muir
Sonny Loy ...
Little Wu
Anna May Wong ...
Loo Song


91 minutes


En Chine, le vieux Wu est fier d'éduquer à la façon de ses vénérables ancêtres son petit fils Petit-Wu, avec l'aide de Mr Muir un occidental qui lui enseigne les préceptes de l'Ouest. Avant de passer l'arme à gauche, Mr Wu a encore la chance de voir le mariage de Petit-Wu avec sa promise dès sa naissance. 
Un an plus tard Wu fils perd sa femme qui lui laisse une fille, Nang Ping. Celle-ci grandit tandis que Wu devient un Mandarin respecté. Un jour Nang Ping fait la connaissance de Basil Gregory, le fils d'un homme d'affaires américain qui grimpe le long du mur du Palais pour découvrir qui lance des fleurs sur la route. Nang Ping tombe amoureuse de Basil et les deux jeunes gens se voient secrètement tous les jours sous les arbres en fleurs. Un jour Basil annonce à Nang Ping qu'il doit suivre ses parents qui s'en retournent dans leur pays. Nang Ping lui avoue attendre un enfant de lui tandis que Wu organise selon les rites anciens de son pays le futur mariage de Nang Ping avecc le fils aîné d'un autre Mandarin ...



Le scénario n'est pas très recherché et se résume en une phrase : Un mandarin porteur de traditions ancestrales qui n'accepte pas que sa fille ait bafoué les règles auxquelles il croit cherche à se venger de sa mort qu'il a lui-même apportée pour payer la dette familiale.
Le début est long à se mettre en place, heureusement les décors sont fort jolis et poétiques, les costumes soignés et on se fait donc plaisir aux yeux d'un point de vue esthétique.
Lon Chaney est très LonChaneyique (sorry), courbé et un peu obséquieux, il entre dans la peau d'un chinois à la façon dont les occidentaux imaginent les asiatiques. Son art du maquillage n'est pas remis en cause : Lon Chaney est méconnaissable dans le rôle du vieux Mr Wu qui parait simiesque à la fin de sa vie !
Holmes Herbert offre un interlude bienvenu dans le rôle de M. Gregory Père en montrant tout le dédain possible pour le pays, ses habitants, ses coutumes et ses habitudes culinaires. Ainsi le verra-t-on s'emporter en tentant de faire arrêter un ventilateur par un employé chinois qui ne comprend rien, arriver très impoliment en retard au rendez-vous, jeter son thé derrière lui et critiquer grossièrement le met qu'il goûte, sans parler du fait qu'il ne reviendra même pas au palais à la deuxième demande de Wu.
Sa femme jouée par l'excellente Louise Dresser joue diplomatiquement l'intermédiaire qui s'excuse au nom de son mari. Son fils n'est qu'un enfant dira-t-elle au Mandarin ... 
Ralph Forbes a un rôle de lâche sans caractère comme tous les rôles de ce type (voir par exemple le rôle de Kenneth Harlan dans the Toll of the See) donc il fait surtout office de figuration.
J'aime beaucoup Renée Adorée qui se montre adorable mais n'est pas très convaincante en chinoise. C'est bien navrant de ne pas avoir donné le rôle à Anna May Wong qui non seulement est belle comme un coeur mais aussi toujours parfaite.
Un film assez ennuyeux dans le fond, mais ce n'est pas étonnant avec une trame aussi faible.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres