Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 12 mars 2013

The Kiss - Jacques Feyder - 1929



Greta Garbo ...
Irene
Conrad Nagel ...
André
Anders Randolf ...
Guarry
Holmes Herbert ...
Lassalle
Lew Ayres ...
Pierre
George Davis ...
Durant

62 minutes
Titre français : Le baiser

Une jeune femme mariée, Irene Guarry, voit en cachette un jeune avocat, André qu'elle rencontre au musée des beaux-arts. Sachant que son mari ne divorcera jamais elle suggère qu'André l'emmène au loin mais celui-ci lui explique que si pour lui ce serait facile, elle ne pourrait certainement pas vivre de cette façon. Les deux amants décident donc de se séparer. Guarry, bien qu'ayant des revers de fortune se doute que sa femme le trompe et la fait suivre par un détective qui lui rapporte que sa femme voit un jeune homme, Pierre Lassalle.
Au cours d'une soirée mondaine Irene est courtisée par Pierre qui du haut de ses 18 ans est très amoureux d'elle. Mais après le début du repas apparait André, venu la voir une dernière fois avant son départ pour la Capitale. Après qu'elle ait dansé avec Pierre, Irene retrouve André derrière un buisson et l'embrasse passionnément dans un dernier baiser d'adieu. Le lendemain Pierre déclare sa femme à Irene qui ne le prend pas au sérieux. Le soir alors que son mari se rend chez Lassalle pour convenir d'un prêt visant à le tirer d'affaire financièrement, Pierre fait mine de passer par hasard et demande à embrasser Irene avant son départ pour ses études. Alors qu'elle l'embrasse gentiment le jeune homme s'embrase et se jette sur elle alors que son mari s'en revient justement car il ne se sent pas bien. Devenu furieux devant la scène qui se joue devant ses  yeux il se précipite sur le jeune homme qu'il se met à battre violemment. La porte se referme et un jeune homme très tuméfié rentre à la maison et on comprend que Guarry vient d'être tué ...

Parce que cet amour n'est pas franchement transcendant, le film ne décolle jamais vraiment ... Dans le fond il s'agit là d'un amour qui se contente de pas grand chose. Pour n'avoir pas compris que l'amour d'un jeune homme de 18 ans était passionné, Irene considère Pierre comme un enfant (ce qui soit dit en passant n'est pas très fin !). Bien que gentiment elle ne le prend pas au sérieux alors que pour Pierre, innocent et idéaliste, le moindre des signaux émis par Irene est une preuve d'amour. 
Grave erreur pour une femme mariée genre diva sur son piédestal qui n'a jamais dû connaitre les émois de l'adolescence ! Jusqu'ici on peut imaginer que cette femme a alors épousé son mari un peu par la force des choses bien que le réalisateur ne nous dise rien sur son passé. Par contre il prend soin de nous faire passer Irene pour une épouse qui fait son devoir de femme mariée plutôt bien. Soit.

Jusqu'à la fin du film nous ne saurons donc rien sur la façon dont sera tué Guarry mais on imagine que Pierre le tue en légitime défense après que le mari furieux ait sorti un revolver par exemple. Ensuite il est plausible qu'Irene tente de protéger Pierre qui a toute sa vie devant lui et elle prend le crime sur elle. Que nenni ... sans rien dévoiler de la fin, au final tout le monde se montre dans le fond bien petit et misérable : Irene car elle est coupable, Pierre parce qu'il est capable du pire et ne sait pas gérer ses pulsions, André parce qu'il se contente de la petitesse d'Irene malgré ses airs de grandeurs, le père de Pierre parce qu'il ment pour protéger son fils .... Quand même c'est un peu décevant, le kiss reste juste un kiss, l'amour c'est une autre paire de manche tout compte fait !
D'ailleurs on se demande même ce qu'Irene trouve à André qui se montre mollement énamouré avec des yeux de merlan frit car le mari avait l'air bien vivant lui au moins (avant d'être assassiné bien sûr) ! 

Ceci dit les images sont bien, les décors aussi, le film cohérent, les moments d'hésitation sur les réponses à donner pendant l'interrogatoire de la police sont fort bien exprimés ... Les croquis faits au tribunal sont très représentatifs des pauses prises par Irene durant le procès ... par contre la coupe de cheveux de Garbo alors que la police enquête n'est pas très réussie, comme si on voulait nous indiquer par là qu'elle était coupable !
A un moment les trois femmes de ménage du tribunal commentent le crime. L'une d'elle dit "dans le fond cette femme est courageuse car elle a fait ce que plus de la moitié des femmes souhaite faire en se débarrassant de leur mari".  Ha ha, j'imagine sans peine que ce doit être vrai pour au moins la moitié des maris aussi !


Perso je ne suis pas du tout convaincue par cette histoire. Imaginons la suite. Ils s'aiment, ils s'en vont loin car ils veulent cacher leur amour qui pourrait les trahir ... et pis quoi ? mmmhhh ? je vous le demande, le temps passe, ils reviennent et retrouvent Pierre par hasard peut-être ? Marié il maintenant un père de famille respectable et Irene fait le petit déjeuner de son mari chaque matin avant qu'il n'aille plaider au barreau et défendre d'autres pauvres accusés qui se prétendent innocents tout en se remémorant la vérité ? géniale perspective, non ?
Vous me direz que la plupart des films pourraient évoquer une fin identique, et c'est bien possible. Mais on imagine en général que les protagonistes vont vivre une aventure intéressante par la suite. Ici pas du tout, rien ne le laisse penser en tout cas.

Des décors intéressants :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres